Sainte Jeanne d'Arc, « La Pucelle d'Orléans », Patronne secondaire de la France (1412-1431). Fête le 30 Mai.

Mercredi 30 Mai 2018 : Fête de Sainte Jeanne d'Arc, « La Pucelle d'Orléans », Patronne secondaire de la France (1412-1431).

Mais savons-nous qui est la Patronne de la France ???
Notre Dame de L’ASSOMPTION est proclamée Patronne principale de la France et Sainte Jeanne d’Arc, Patronne secondaire, par le Pape Pie XI (Autre Patronne secondaire de la France : Sainte Thérèse de Lisieux).
(N’oublions pas L’Archange Saint Michel, qui n’est pas déclaré Patron, mais Protecteur de la France).

P1120486 2 Sculpture de Jeanne d'Arc à la Cathédrale Notre-Dame de Paris. (Pour la voir en grande taille :p1120486-2.jpg p1120486-2.jpg )

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1137/Sainte-Jeanne-d-Arc.html.

Sainte Jeanne d'Arc

Vierge (✝ 1431)

Fille d'humbles paysans de Lorraine, ("on m'appelait Jeannette") elle entendit des voix mystérieuses alors qu'elle n'avait que 13 ans.
Saint Michel, Sainte Catherine et Sainte Marguerite, pendant trois ans lui demandèrent de libérer la France et de faire sacrer le roi à Reims.

A Chinon, premier prodige, le roi donne une armée à cette bergère de 16 ans, ignorante des lois de la guerre.
En huit jours, au début du mois de mai, elle délivre Orléans assiégée depuis sept mois. En juillet, Charles VII est sacré roi à Reims.
Après les réussites difficiles, vint le temps des épreuves. Le roi abandonne Jeanne, un an après Orléans, elle est faite prisonnière à Compiègne, livrée aux Anglais, passe un an en prison, courageuse, héroïque dans sa pureté devant les tentatives des soldats.

Sous prétexte qu'elle s'habille en homme, elle est condamnée comme hérétique. Seule lui reste la Foi et l'encouragement de ses voix. Elle meurt brûlée vive à 19 ans, à Rouen le 30 Mai 1431, en prononçant le Nom de Jésus.

Jeanne d'Arc est fêtée par la République Française le deuxième Dimanche de Mai, fête nationale de Jeanne d'Arc et du patriotisme (loi du 10 Juillet 1920); la date de Sainte Jeanne d'Arc fixée par le martyrologe de l’Église Catholique est le 30 Mai date anniversaire de sa naissance au Ciel (c'est à dire de sa mort).
Tout au long de l’année 2012, des manifestations sont prévues en France pour commémorer le sixième centenaire de la naissance de Sainte Jeanne d’Arc. (portail de l’Église catholique en France)

A lire aussi:
- Benoît XVI: Sainte Jeanne est une des figures caractéristiques de ces 'femmes fortes' qui 'à la fin du Moyen Age, portèrent sans peur la grande lumière de l’Évangile dans les évènements complexes de l’Histoire' ...
Sainte Jeanne d’Arc nous apprend que lorsque le pays est marqué par la division et par le découragement et la résignation, la Foi qui puise à la Sagesse Divine offre au Chrétien la capacité de trouver les moyens extraordinaires d’intelligence et de force, pour offrir des raisons d’une nouvelle espérance pour la société... (Homélie pour la fête de Sainte Jeanne d’Arc 2012, Mgr Luigi Ventura)
-
Centre spirituel de Domrémy - Un peu d’histoire : 27 Janvier 1894 Jeanne est déclarée "vénérable" par Rome, 18 Avril 1909 Béatification de Jeanne d’Arc à Saint-Pierre de Rome, 30 Mai 1920 Canonisation de Jeanne d’Arc.

- "Sainte Jeanne d’Arc fut Canonisée en 1920, quatre siècles après sa mort et à la fin d’une longue polémique entre ceux qui, comme l’historien Michelet, célébraient en elle, la fille du peuple de France et ceux qui, avec les Évêques d’Orléans, en commençant par Mgr Dupanloup, voyaient surtout en elle une vraie fille de l’Église. Les temps du procès, de Béatification et de Canonisation furent des temps de luttes anticléricales: expulsion des religieux et loi de Séparation de l’Église et de l’Etat, en 1905."
La sainteté comme suprême forme de sagesse (Homélie de Mgr Lluis Martinez-Sistach)

- Jeanne d'Arc, brûlée en 1431, ne sera Béatifiée qu'en 1909 puis Canonisée, c'est-à-dire inscrite sur la liste des Saints de l'Église, en 1920. Les églises du diocèse de Poitiers possédant une représentation de Jeanne d'Arc sont très nombreuses. (diocèse de Poitiers- quelques saints du Poitou et d'ailleurs)

À Rouen, en 1431, Sainte Jeanne d’Arc, vierge, appelée la pucelle d’Orléans, qui combattit avec force pour sa patrie, mais, livrée au pouvoir des ennemis et condamnée à mort par un tribunal ecclésiastique inique, malgré la simplicité de sa Foi et son attachement à l’Église, elle mourut sur le bûcher à l’âge de dix-neuf ans.
Martyrologe romain

"Messire Dieu, premier servi" "Dieu fait ma route" (Jeanne)
Lors de son jugement: "Ne te chaille pas de ton martyre. Prends tout en gré, Dieu t'aidera; tu t'en iras par grande victoire au Paradis" (Ses voix)

2451388398 1Photo : 6ème centenaire de la naissance de Jeanne d’Arc, le 06 Janvier 2012. Statues restaurées devant la Basilique de Domrémy (photo datée de Juillet 2011) : l'Archange St Michel, protecteur de la France était accompagné de Sainte Catherine d'Alexandrie et de Sainte Marguerite d'Antioche, que Dieu donnait à Jeanne comme conseillères et comme soutien.

https://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180530&id=11314&fd=0

Sainte Jeanne d'Arc
« La Pucelle d'Orléans »
Patronne secondaire de la France

Sainte Jeanne d'Arc montre une fois de plus, et d'une manière particulièrement éclatante, deux choses : combien Dieu aime la France et comme il est vrai qu'Il se plaît à choisir les plus faibles instruments pour l'accomplissement des plus grandes choses.

Jeanne d'Arc naît à Domrémy, dans la Lorraine actuelle, le 6 Janvier 1412 ; ses parents, Jacques d'Arc et Isabelle Romée, étaient des cultivateurs faisant valoir leur petit bien.
La première parole que lui apprit sa mère fut le Nom de Jésus ; toute sa science se résuma dans le Pater, l'Ave, le Credo et les éléments essentiels de la religion.
Elle se Confessait et Communiait très régulièrement ; tous les témoignages contemporains s'accordent à dire qu'elle était « une bonne fille, aimant et craignant Dieu », priant beaucoup Jésus et Marie.
Son Curé put dire d'elle : « Je n'ai jamais vu de meilleure Chrétienne, et il n'y a pas sa pareille dans toute la paroisse.

La France était alors à la merci des Anglais et des Bourguignons, leurs alliés ; la situation du roi Charles VII était désespérée.
Mais Dieu se souvint de son peuple, et afin que l'on vît d'une manière évidente que le Salut venait de Lui seul, Il se servit d'une humble fille des champs.

Jeanne avait treize ans quand l'Archange Saint Michel lui apparut une première fois, vers midi, dans le jardin de son père, lui donna des conseils pour sa conduite et lui déclara que Dieu voulait sauver la France par elle.
Les visions se multiplièrent ; l'Archange protecteur de la France était accompagné de Sainte Catherine d’Alexandrie et de Sainte Marguerite d’Antioche, que Dieu donnait à Jeanne comme conseillères et comme soutien.

Jeanne d arc orleanide 1Jusqu'ici la vie de Jeanne est l'idylle d'une pieuse bergère ; elle va devenir l'épopée d'une guerrière vaillante et inspirée ; elle avait seize ans quand le roi Charles VII, convaincu de sa mission par des signes miraculeux, lui remit la conduite de ses armées.
Bientôt Orléans est délivrée, les Anglais tremblent et fuient devant une jeune fille. Quelques mois plus tard, le roi était sacré à Reims.

Dans les vues Divines, la vie de Jeanne devait être couronnée par l'apothéose du martyre : elle fut trahie à Compiègne, vendue aux Anglais, et après un long emprisonnement, où elle subit tous les outrages, condamnée et brûlée à Rouen (30 Mai 1431).
Son âme s'échappa de son corps sous la forme d'une colombe, et son cœur ne fut pas touché par les flammes.

Jeanne d'Arc a été Béatifiée le 18 Avril 1909, par Saint Pie X (Giuseppe Melchiorre Sarto, 1903-1914), et proclamée Sainte le 16 Mai 1920 par le Pape Benoît XV (Giacomo della Chiesa, 1914-1922).

Jeanne d'Arc demeure la gloire de la France, sa Protectrice puissante et bien-aimée. Elle a été déclarée sa Patronne secondaire par un Bref du Pape Pie XI, le 2 Mars 1922.

Sainte jeanne d arc 11Sculpture de Jeanne d'Arc à la Cathédrale Notre-Dame de Paris (Pour la voir en grande taille : jeanne-d-arc-cathedrale-notre-dame-de-paris.jpg jeanne-d-arc-cathedrale-notre-dame-de-paris.jpg).

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI :
>>>  Sainte Jeanne d’Arc
 [Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE
Salle Paul VI
Mercredi 26 Janvier 2011

[Vidéo]

Sainte Jeanne d’Arc

Chers frères et sœurs,
Je voudrais aujourd'hui vous parler de Jeanne d'Arc, une jeune sainte de la fin du Moyen-âge, morte à 19 ans, en 1431.
Cette Sainte française, citée à plusieurs reprises dans le Catéchisme de l'Église Catholique, est particulièrement proche de Sainte Catherine de Sienne, patronne d'Italie et de l'Europe, dont j'ai parlé dans une récente Catéchèse.
Ce sont en effet deux jeunes femmes du peuple, laïques et consacrées dans la virginité; deux mystiques engagées non dans le cloître, mais au milieu de la réalité la plus dramatique de l'Église et du monde de leur temps.
Ce sont peut-être les figures les plus caractéristiques de ces «femmes fortes» qui, à la fin du Moyen-âge, portèrent sans peur la grande lumière de l'Evangile dans les complexes événements de l'histoire.
Nous pourrions les rapprocher des saintes femmes qui restèrent sur le Calvaire, à côté de Jésus crucifié et de Marie sa Mère, tandis que les Apôtres avaient fui et que Pierre lui-même l'avait renié trois fois.
L'Église, à cette époque, vivait la crise profonde du grand schisme d'Occident, qui dura près de 40 ans.
Lorsque Catherine de Sienne meurt, en 1380, il y a un Pape et un Antipape; quand Jeanne naît en 1412, il y a un Pape et deux Antipapes.
Avec ce déchirement à l’intérieur de l'Église, des guerres fratricides continuelles divisaient les peuples Chrétiens d'Europe, la plus dramatique d'entre elles ayant été l'interminable «Guerre de cent ans» entre la France et l'Angleterre.

Jeanne d'Arc ne savait ni lire ni écrire, mais elle peut être connue dans la profondeur de son âme grâce à deux sources d'une valeur historique exceptionnelle: les deux Procès qui la concernent.
Le premier, le Procès de condamnation (PCon), contient la transcription des longs et nombreux interrogatoires de Jeanne durant les derniers mois de sa vie (février-mai 1431), et reporte les paroles mêmes de la sainte.
Le second, le Procès en nullité de la condamnation, ou de «réhabilitation» (PNul), contient les dépositions d'environ 120 témoins oculaires de toutes les périodes de sa vie (cf. Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, 3 vol. et Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc, 5 vol., ed. Klincksieck, Paris 1960-1989).

Jeanne naît à Domremy, un petit village à la frontière entre la France et la Lorraine. Ses parents sont des paysans aisés, connus de tous comme d'excellents Chrétiens.
Elle reçoit d'eux une bonne éducation religieuse, avec une influence importante de la spiritualité du Nom de Jésus, enseignée par saint Bernardin de Sienne et répandue en Europe par les Franciscains.
Au Nom de Jésus est toujours uni le Nom de Marie et ainsi, sur un fond de religiosité populaire, la spiritualité de Jeanne est profondément christocentrique et mariale.
Depuis l'enfance, elle démontre une grande Charité et Compassion envers les plus pauvres, les malades et tous les souffrants, dans le contexte dramatique de la guerre.
2480152060 9ced6c72dfDe ses propres paroles nous apprenons que la vie religieuse de Jeanne mûrit comme expérience mystique à partir de l'âge de 13 ans (PCon, I, p. 47-48).
A travers la «voix» de l'Archange Saint Michel, Jeanne se sent appelée par Le Seigneur à intensifier sa vie Chrétienne ainsi qu'à s'engager personnellement pour la libération de son peuple.

Sa réponse immédiate, son «oui», est le vœu de virginité, avec un nouvel engagement dans la vie Sacramentelle et dans la Prière: participation quotidienne à la Messe, Confession et Communion fréquentes, longs temps de Prière silencieuse devant le Crucifix ou l'image de la Vierge.
La Compassion et l'engagement de la jeune paysanne française face à la souffrance de son peuple sont encore renforcés par son rapport mystique avec Dieu.
L'un des aspects les plus originaux de la sainteté de cette jeune fille est précisément ce lien entre l'expérience Mystique et la mission politique.
Après les années de vie cachée et de maturation intérieure s'ensuivent deux brèves, mais intenses années de sa vie publique: une année d'action et une année de passion.

Au début de l'année 1429, Jeanne entame son œuvre de libération. Les nombreux témoignages nous montrent cette jeune femme de 17 ans seulement, comme une personne très forte et décidée, capable de convaincre des hommes incertains et découragés.
Surmontant tous les obstacles, elle rencontre le Dauphin de France, le futur roi Charles VII, qui à Poitiers la soumet à un examen mené par plusieurs théologiens de l'université. Leur avis est positif: en elle, ils ne voient rien de mal, seulement une bonne Chrétienne.

Le 22 Mars 1429, Jeanne dicte une importante lettre au roi d'Angleterre et à ses hommes qui assiègent la ville d'Orléans (ibid., p. 221-222).
Sa proposition est une véritable paix dans la justice entre les deux peuples Chrétiens, à la lumière des Noms de Jésus et de Marie, mais elle est rejetée, et Jeanne doit s'engager dans la lutte pour la libération de la ville, qui advient le 8 Mai.

jeanne-d-arc-pantheon-iii-bis.jpgJeanne d'Arc au sacre du roi Charles VII (Pour voir l’image en grande taille : jeanne-d-arc-pantheon-iii.jpg jeanne-d-arc-pantheon-iii.jpg).

L'autre moment culminant de son action politique est le couronnement du roi Charles VII à Reims, le 17 Juillet 1429.
Pendant toute une année, Jeanne vit avec les soldats, accomplissant au milieu d'eux une vraie mission d'évangélisation.
Nombreux sont leurs témoignages sur sa bonté, son courage et son extraordinaire pureté. Elle est appelée par tous et elle-même se définit comme «la pucelle», c’est-à-dire la vierge.

La passion de Jeanne débute le 23 Mai 1430, lorsqu'elle tombe prisonnière entre les mains de ses ennemis.
Le 23 Décembre, elle est conduite dans la ville de Rouen. C'est là que se déroule le long et dramatique Procès de condamnation, qui commence en Février 1431 et finit le 30 Mai avec le bûcher.
C'est un grand procès solennel, présidé par deux juges ecclésiastiques, l'Évêque Pierre Cauchon et l'inquisiteur Jean le Maistre, mais en réalité il est entièrement guidé par un groupe nombreux de théologiens de la célèbre université de Paris, qui participent au procès comme assesseurs.
Ce sont des ecclésiastiques français qui, ayant fait un choix politique opposé à celui de Jeanne, ont a priori un jugement négatif sur sa personne et sur sa mission.
Ce procès est une page bouleversante de l’histoire de la sainteté et également une page éclairante sur le mystère de l’Église, qui, selon les paroles du Concile Vatican II, est «à la fois sainte et appelée à se purifier» (LG, n. 8).
C’est la rencontre dramatique entre cette Sainte et ses juges, qui sont des ecclésiastiques.
Jeanne est accusée et jugée par eux, jusqu’à être condamnée comme hérétique et envoyée à la mort terrible sur le bûcher.
A la différence des Saints théologiens qui avaient illuminé l’université de Paris, comme Saint Bonaventure, Saint Thomas d’Aquin et le Bienheureux Duns Scot, dont j’ai parlé dans plusieurs catéchèses, ces juges sont des théologiens auxquels manquent la Charité et l’Humilité pour voir chez cette jeune l’action de Dieu.
Les paroles de Jésus viennent à l’esprit, selon lesquelles les mystères de Dieu sont révélés à qui possède le cœur des tout-petits, alors qu’ils restent cachés aux sages et aux savants qui n’ont pas d’Humilité (cf. Lc 10, 21).
Ainsi, les juges de Jeanne sont radicalement incapables de la comprendre, de voir la beauté de son âme: ils ne savaient pas qu’ils condamnaient une Sainte.

jeanne-d-arc-pantheon-iv-bis.jpgJeanne d'Arc sur le bûcher (détail d'une peinture au Panthéon de Paris par Jules-Eugène Lenepveu en 1889)…voir la photo en grande taille :jeanne-d-arc-pantheon-iv.jpg jeanne-d-arc-pantheon-iv.jpg .

L’appel de Jeanne au jugement du Pape, le 24 Mai, est rejeté par le tribunal. Le matin du 30 Mai, elle reçoit pour la dernière fois la Communion en prison, et est immédiatement conduite au supplice sur la place du vieux marché.
Elle demande à l’un de ses Prêtres de tenir devant le bûcher une Croix de procession. C’est ainsi qu’elle meurt en regardant Jésus Crucifié et en prononçant plusieurs fois et à haute voix le Nom de Jésus (PNul, I, p. 457; cf. Catéchisme de l’Eglise Catholique, 435).

Environ vingt-cinq ans plus tard, le Procès de nullité, ouvert sous l’autorité du Pape Calixte III, se conclut par une sentence solennelle qui déclare nulle sa condamnation (7 Juillet 1456; PNul, II p. 604-610).
Ce long procès, qui recueillit les dépositions des témoins et les jugements de nombreux théologiens, tous favorables à Jeanne, met en lumière son innocence et sa parfaite fidélité à l’Église. Jeanne d’Arc sera ensuite Canonisée par Benoît XV en 1920.

Chers frères et sœurs, le Nom de Jésus invoqué par notre sainte jusqu’aux derniers instants de sa vie terrestre, était comme le souffle incessant de son âme, comme le battement de son cœur, le centre de toute sa vie.
Le «Mystère de la Charité de Jeanne d’Arc», qui avait tant fasciné le poète Charles Péguy, est cet Amour total pour Jésus, et pour son prochain en Jésus et pour Jésus.
Cette sainte avait compris que l’Amour embrasse toute la réalité de Dieu et de l’homme, du Ciel et de la Terre, de l’Église et du monde.
Jésus est toujours à la première place dans sa vie, selon sa belle expression: «Notre Seigneur premier servi» (PCon, I, p. 228; cf. Catéchisme de l’Eglise catholique, 223).
L’aimer signifie toujours obéir à sa volonté. Elle affirme avec une totale confiance et abandon: «Je m’en remets à Dieu mon créateur, je l’aime de tout mon cœur» (ibid., p. 337).

Avec le vœu de virginité, Jeanne consacre de manière exclusive toute sa personne à l’unique Amour de Jésus: c’est «la promesse qu’elle a faite à Notre Seigneur de bien garder sa virginité de corps et d’âme» (ibid., p. 149-150).
La virginité de l’âme est l’état de grâce, valeur suprême, pour elle plus précieuse que la vie: c’est un don de Dieu qui doit être reçu et conservé avec Humilité et confiance.
L’un des textes les plus connus du premier Procès concerne précisément cela: «Interrogée si elle sait d’être en la grâce de Dieu, elle répond:
“Si je n’y suis, Dieu m’y veuille mettre; et si j’y suis, Dieu m’y veuille tenir”» (ibid., p. 62; cf. Catéchisme de l’Eglise catholique, 2005).

Notre Sainte vit la Prière sous la forme d’un dialogue permanent avec Le Seigneur, qui illumine également son dialogue avec les juges et lui apporte la Paix et la sécurité.
Elle demande avec confiance: «Très doux Dieu, en l’honneur de votre sainte Passion, je vous requiers, si vous m’aimez, que vous me révélez comment je dois répondre à ces gens d’Église» (ibid., p. 252).

jeannedarc-2.jpgJésus est contemplé par Jeanne comme le «Roi du Ciel et de la Terre». Ainsi, sur son étendard, Jeanne fait peindre l’image de «Notre Seigneur tenant le monde» (ibid., p. 172): icône de sa mission politique.
La libération de son peuple est une œuvre de justice humaine, que Jeanne accomplit dans la Charité, par Amour de Jésus.
Elle est un bel exemple de sainteté pour les laïcs engagés dans la vie politique, en particulier dans les situations les plus difficiles.
La Foi est la lumière qui guide chaque choix, comme témoignera, un siècle plus tard, un autre grand Saint, l’anglais Thomas More.
En Jésus, Jeanne contemple également toute la réalité de l’Église, l’«Église triomphante» du Ciel, comme l’«Eglise militante» de la Terre.
Selon ses paroles, «c’est tout un de Notre Seigneur et de l’Église» (ibid., p. 166). Cette affirmation, citée dans le Catéchisme de l’Eglise catholique (n. 795), possède un caractère vraiment héroïque dans le contexte du Procès de condamnation, face à ses juges, hommes d’Église, qui la persécutèrent et la condamnèrent.
Dans l’Amour de Jésus, Jeanne trouve la force d’aimer l’Église jusqu’à la fin, même au moment de sa condamnation.

8c451fe7.jpgJ’ai plaisir à rappeler que Sainte Jeanne d’Arc a eu une profonde influence sur une jeune Sainte de l’époque moderne: Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.
Dans une vie complètement différente, passée dans la clôture, la Carmélite de Lisieux se sentait très proche de Jeanne, vivant au cœur de l’Église et participant aux souffrances du Christ pour le Salut du monde.
L’Église les a réunies comme patronnes de la France, après la Vierge Marie. Sainte Thérèse avait exprimé son désir de mourir comme Jeanne, en prononçant le Nom de Jésus (Manuscrit B, 3r), et elle était animée par le même grand Amour envers Jésus et son prochain, vécu dans la virginité consacrée.
Chers frères et sœurs, avec son témoignage lumineux, Sainte Jeanne d’Arc nous invite à un haut degré de la vie Chrétienne: faire de la Prière le fil conducteur de nos journées; avoir pleinement confiance en accomplissant la volonté de Dieu, quelle qu’elle soit; vivre la Charité sans favoritismes, sans limite et en puisant, comme elle, dans l’Amour de Jésus un profond Amour pour l’Église. Merci.

Chers pèlerins francophones, que le témoignage lumineux de Sainte Jeanne d’Arc, patronne secondaire de la France avec Sainte Thérèse de Lisieux, soit un appel à aimer Le Christ et à vous engager, avec Foi et détermination, au service des autres dans la Charité! Bon séjour à tous!

Statue de jeanne d arc place du martroi jargeau 1 

http://missel.free.fr/Sanctoral/05/30.php.

Biographie

Le mercredi 23 Février 1429, à Vaucouleurs, le cortège fut prêt vers trois heures de l’après-midi.
Jeanne était à cheval, entourée de son escorte composée de quatre lorrains : Jean de Metz, chef de l’expédition, Bertrand de Poulangy et leurs valets, Julien et Jean, puis Collet de Vienne, envoyé de Chinon par le Dauphin et son archer Richard.

Agé de vingt-huit ans, rude soldat ayant conquis son grade et sa noblesse dans les récents combats, Jean de Metz avait joyeusement accepté d’escorter cette fille jusqu’à Chinon, à travers un territoire rempli d’ennemis.
S’ils passèrent la première nuit à l’Abbaye de Saint-Urbain où ils étaient attendus, ils se firent héberger, les jours suivants, dans des fermes isolées, par des paysans qui n’osèrent pas refuser leur grange.

Le voyage dura onze jours. Après avoir traversé l Aube et la Seine, ils arrivèrent à Auxerre, où Jeanne entendit la Messe dans 1a Cathédrale, franchirent la Loire à Gien, s'enfoncèrent dans les forêts de Sologne puis, après avoir passé le Cher et l’Indre, se trouvèrent enfin, le 5 Mars, devant un petit village, nommé Sainte-Catherine-de-Fierbois, où Jean de Metz fit halte tandis que Collet de Vienne et son archer allaient prévenir le Dauphin du succès de l’expédition.
A Sainte-Catherine-de-Fierbois était un pèlerinage. Quelques malades y faisaient des neuvaines et deux Prêtres en assuraient la garde.

Ce matin-là, Jeanne entendit trois Messes de suite tandis que les quatre compagnons qui lui restaient se tenaient auprès des chevaux.
Après les offices, elle demeura longtemps dans la chapelle regardant alternativement les murs, l’autel et les statues, comme si elle avait voulu découvrir quelque chose. Il y avait des béquilles suspendues en ex-voto, des médailles, des inscriptions et des fleurs. L'odeur de l’encens flottait dans l’espace étroit.
Collet de Vienne revint dans l'après-midi. Le Dauphin donnait ordre de mener immédiatement la jeune fille à Chinon où elle logerait chez une femme désignée par lui.
Tandis qu’à leur tour Jean de Metz et Bertrand de Poulangy étaient convoqués auprès de Charles pour rendre compte du voyage, Jeanne demeura trois jours chez son hôtesse, évitant de sortir et de répondre aux questions du voisinage.

On sait comment, le 9 Mars, elle reconnut le Dauphin puis comment, quelques jours plus tard, elle répondit victorieusement à toutes les questions des examinateurs ecclésiastiques de Poitiers.
Le 26 Mars, Jeanne rentrait à Chinon, en compagnie du Dauphin qui était venu la chercher à Châtellerault.
Maintenant, il s’agissait d’aller à Tours où étaient rassemblés les renforts pour Orléans, les armes et les approvisionnements.

50031621.jpgCependant, avant de partir, il fallait équiper Jeanne. Lorsque son armure fut prête, on s’inquiéta de l’épée : voulait-elle la garde en forme de croix ou préférait-elle un dessin particulier qui rappelât sa mission ?
Jeanne répondit : « Allez à Sainte-Catherine-de-Fierbois, dans la chapelle du pèlerinage. Vous creuserez derrière l’autel, vous enlèverez une dalle, des pierres, et à peu de profondeur, vous trouverez l’épée qu’il me faut. » Ainsi fut fait, et l’on trouva une grande épée antique à la garde marquée de cinq petites croix.

Des traditions affirment que cette épée était celle de Charles Martel qui, après la bataille de Poitiers, l’aurait offerte aux Prêtres du sanctuaire de Sainte-Catherine-de-Fierbois.
Vers 1375, la chapelle oubliée, envahie par les ronces, n'était plus qu’une ruine.
Un paralytique des environs, Godefroy, eut cependant l'idée de s'y faire porter et d’y réciter une prière quotidienne.
Il fut guéri. Le bruit de ce miracle se répandit. Des Prêtres de Tours accourus sur les lieux organisèrent un pèlerinage local.
Au temps de Jeanne d’Arc, la vogue de Sainte-Catherine-de-Fierbois était déjà sur son déclin et l’épée de Charles Martel était oubliée.

Extraits du procès de Jeanne

Mon père s’appelait Jacques d’Arc. Ma mère, Isabelle. Chez moi, on m’appelait Jeannette. Depuis ma venue en France Jeanne.

- Quel âge avez-vous?

A peu près dix-neuf ans. J’ai été baptisée en l’église de Domremy par maîtreJean Minzet, à ce que je crois.
C’est de ma mère que j’ai appris Pater noster, Ave Maria, Credo. Je n’ai appris ma créance d’ailleurs que de ma mère.
Quand je fus grande, après l’âge de raison, en général je ne gardais pas les bêtes, mais j’aidais à les mener au pré.
Je ne suis venue en France que sur l’ordre de Dieu. Puisque Dieu le commandait, il le convenait faire. Si j’eusse eu cent pères et cent mères, et si j’eusse été fille de roi, je serais partie.

Mon étendard était blanc, en toile blanche. Il y avait dessus écrit les noms de « Jhesus Marie », je crois.
Mon étendard, je l’aimais plus, quarante fois plus que mon épée. Je portais mon étendard, quand j’attaquais, pour éviter de tuer personne. Jamais je n’ai tué personne.

En la semaine de Pâques dernière passée, elle étant sur les fossés de Melun, lui fut dit par ses voix qu’elle serait prise avant qu’il fût la saint Jean, et que ainsi fallait qu’il fût fait. Et qu’elle ne se esbahist. Mais qu’elle prît tout en gré, et que Dieu lui aiderait.

Et encore : Prends tout en gré. Ne te chaille de ton mattyre. Tu en viendras à fin en royaume de paradis.
Très doux Dieu, en l’honneur de votre sainte Passion, je vous requiers, si vous m’aimez, que vous me révéliez ce que je dois répondre à ces gens d’Église.

- Savez-vous si vous êtes en la grâce de Dieu ?

Si je n’y suis, Dieu m’y mette. Et si j’y suis, Dieu m’y garde ! Je serais la plus malheureuse du monde, si je savais ne pas être en la grâce de Dieu ! Je m’en remets à Dieu de tout.

- Ne croyez-vous pas être sujette à l’Église qui est sur la terre, notre Saint Père le Pape, Cardinaux, Évêques et autres prélats d’Église ?

Oui, Notre Seigneur premier servi. Je m’en attends à mon juge, c’est le Roi du Ciel et de la Terre. J’en appelle à Dieu et à notre Seigneur le Pape.

C’est ma mort, maître Jean? Donnez-moi les Sacrements de Pénitence, et la très sainte Eucharistie. Non, non, je ne suis pas hérétique, ni schismatique, mais une bonne Chrétienne. Jésus, Jésus...

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 30/05/2018