Bienheureux Jan Adalbert Balicki, Prêtre en Pologne (1869-1948). Fête le 15 Mars.

Jeudi 15 Mars 2018 : Fête du Bienheureux Jan Adalbert Balicki, Prêtre en Pologne (1869-1948).
Dans le Martyrologe Romain la date de sa mémoire est celle de la naissance au Ciel (dies natalis) : le 15 Mars. En Pologne et localement sa Fête liturgique est célébrée le 24 Octobre.

Blogoslawiony ks jan woj 439

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/10749/Bienheureux-Jean-Adalbert-Balicki.html

Bienheureux Jean-Adalbert Balicki

Prêtre (✝ 1948)

Prêtre à Przemmysl en Pologne, il accomplit un Ministère diversifié envers tout le peuple de Dieu, en apportant un soin particulier à prêcher l’Évangile et à venir en aide aux jeunes filles perdues.
Béatifié le 18 Août 2002 à Cracovie par Saint Jean-Paul II.

"La vie du Bienheureux Jan Balicki fut marquée par le service de la Miséricorde. Comme Prêtre, il a toujours eu un cœur ouvert aux personnes dans le besoin."
Homélie (site du Vatican)

"Dom Jan Balicki consacra à Dieu et aux hommes les années de sa vie de Prêtre, comme professeur et formateur des nouveaux Prêtres, comme prédicateur estimé par un très grand nombre de personnes, comme Confesseur charismatique et comme pasteur à la recherche des brebis qui, pour différentes raisons, s'étaient éloignées du troupeau du Christ."

Biographie (site du Vatican)
Martyrologe romain.

Beato giovanni balicki

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180315&id=14790&fd=0

Bienheureux Jan Adalbert Balicki
Prêtre en Pologne

Dans le Martyrologe Romain la date de la mémoire est celle de la naissance au Ciel (dies natalis) : le 15 Mars.
En Pologne et localement : « Jego wspomnienie liturgiczne obchodzone jest 24 października » (sa Fête liturgique est célébrée le 24 Octobre).

Jan Adalbert Balicki naquit le 25 Janvier 1869 à Staromiescie, dans le quartier de Rzeszów. Il grandit dans une atmosphère familiale très religieuse et décida de se consacrer à Dieu.

Après le baccalauréat, il entra au séminaire diocésain de Przemysl. Une fois ordonné Prêtre, il accomplit son service pastoral dans la paroisse de Polna et il fut ensuite envoyé à Rome pour approfondir sa formation, qu'il conclut par une maîtrise en théologie à l'Université pontificale grégorienne.

Dès son retour dans son diocèse, il fut nommé professeur de théologie dogmatique au séminaire diocésain.
Sa mission de professeur fut animée par une Foi profonde et par l'amour de la vérité. C'est avant tout dans la Prière qu'il trouva la sagesse et la lumière de L'Esprit Saint.
Dans les années 1928-1934, il remplit la fonction de Recteur du séminaire.
Il mourut à Przemysl, le 15 Mars 1948, en odeur de sainteté.

Dom Jan Balicki consacra à Dieu et aux hommes les années de sa vie de Prêtre, comme professeur et formateur des nouveaux Prêtres, comme prédicateur estimé par un très grand nombre de personnes, comme Confesseur charismatique et comme pasteur à la recherche des brebis qui, pour différentes raisons, s'étaient éloignées du troupeau du Christ.

Dom Balicki, humble Prêtre du diocèse de Przemysl, est un exemple lumineux pour tous les fidèles à notre époque, et en particulier pour les Prêtres.
Il enseigne comment unir la vie Contemplative à l'apostolat, comment aider son prochain dans ses besoins matériels et spirituels, comment conquérir la sainteté en évangélisant le monde.

Jan Adalbert Balicki a été Béatifié, avec Mgr Zygmunt Szczesny Felinski, Père Jan Beyzym, Soeur Sancja Szymkowiak, le 18 Août 2002, à Cracovie, par le Pape Saint Jean Paul II qui, au cours de l’homélie a dit : 

« La vie du Bienheureux Jan Balicki fut marquée par le service de la Miséricorde. Comme Prêtre, il a toujours eu un cœur ouvert aux personnes dans le besoin.
Son Ministère de Miséricorde, outre l'aide aux malades et aux pauvres, s'est exprimé avec une énergie particulière à travers le ministère du confessionnal, plein de patience et d'humilité, toujours prêt à rapprocher le pécheur repenti du trône de la Grâce divine.

En faisant mémoire de lui, je voudrais dire aux Prêtres et aux séminaristes: je vous en prie mes frères, n'oubliez pas que, en tant que dispensateurs de la Divine Miséricorde, vous avez une grande responsabilité; rappelez-vous également que Le Christ Lui-même vous réconforte par la promesse laissée à travers sainte Faustyna :
Dis à mes Prêtres que les pécheurs endurcis s'attendriront à leurs paroles, lorsqu'ils parleront de ma Miséricorde infinie et de la Compassion que j'ai pour eux dans mon Cœur” (Journal, 1521 - ed. it. 2001, p. 504). ».

1025rhttp://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0587.htm

Bienheureux Jean Adalbert BALICKI

Nom: BALICKI
Prénom: Jean Adalbert (Jan)
Pays: Pologne
Naissance: 25.01.1869  à Staromiescie (Galicie)
Mort: 15.03.1948  à Przemysl (Galicie)
Etat: Prêtre
Note: Prêtre le 20 Juillet 1892. Professeur de théologie au séminaire de Przemysl. Recteur de 1928 à 1934. Prédicateur, confesseur.
Béatification: 18.08.2002  à Cracovie  par Jean Paul II
Canonisation:
Fête: 15 Mars
Réf. dans l’Osservatore Romano: 2002 n. 34 p.3  -  n. 35 p.5 et 11
Réf. dans la Documentation Catholique:

Notice
Jan (Jean) Adalbert Balicki naît en 1869 à Staromiescie, près de Rzeszow en Galicie (Sud-est de la Pologne).
Sa famille est pauvre mais riche en vertus humaines et chrétiennes.
Il fait sa scolarité à Rzeszow avec des maîtres de haut niveau, imbus d’amour de la patrie et de culture polonaise. (Notons que l’Autriche Catholique reproche à la Russie les excès de sa répression de 1821 et, à partir de 1861, elle tient compte du particularisme polonais dans la Galicie qu’elle contrôle, si bien que l’identité polonaise peut trouver refuge dans ce territoire.).
En 1888, après sa scolarité, il entre au séminaire des latins de Przemysl et il est ordonné Prêtre en 1892.
Pendant un an il est vicaire en paroisse ; là il se fait remarquer comme confesseur, prédicateur et homme de Prière.
On l’envoie à Rome pour y approfondir sa formation. A ses études, il joint la Prière, il lit beaucoup, surtout Saint Thomas d’Aquin et il se pénètre des hauts lieux du christianisme en visitant Rome.
L’humus de cette formation lui profitera pendant tout son Ministère. Après avoir obtenu une maîtrise de théologie en 1897, il revient dans son diocèse et il est nommé professeur de théologie dogmatique dans son séminaire de Przemysl.
Il ne se contente pas d’un enseignement intellectuel; ses leçons sont des méditations des mystères de Dieu et son influence s’étend sur la formation morale de ses élèves.
Il est aussi Préfet des études.
De plus, en 1928 il est nommé Recteur du Séminaire. Il est chargé de la formation spirituelle, et c’est lui qui, après avoir étudié et prié, présente à l’Évêque les candidats à la prêtrise pour l’Ordination.

En 1934, sa santé l’oblige à résigner sa charge mais il demeure au séminaire et continue les confessions et la direction spirituelle.
Beaucoup témoignent de son don extraordinaire de pénétration des âmes. Il accueille tout homme, pauvre ou pécheur, pourvu qu’il soit sincère.
Quand il confesse ses pénitents, non seulement il leur accorde le pardon en donnant l’absolution, mais il veille à leur croissance spirituelle, notamment par des lettres de direction.

Doué de toutes les vertus, en particulier l’humilité, sa qualité dominante est l’Amour. C’est un homme au grand cœur qui malgré sa faible santé trouve toujours le temps d’accueillir celui qui demande à se confesser.
A ce propos, Jean Paul II cite ce que dit Le Christ à Sainte Faustine : « Dis à mes Prêtres que les pécheurs endurcis s’attendriront à leur parole, lorsqu’ils parleront de ma Miséricorde infinie et de la Compassion que j’ai pour eux dans mon Cœur. »

La seconde guerre mondiale détériore sa santé déjà fragile. Il aurait pu se replier dans une région moins dangereuse avec d’autres Prêtres, mais il préfère rester dans la zone contrôlée par les Rouges dans l’espoir de faire survivre le séminaire.
Atteint d’une double pneumonie et de tuberculose il meurt en 1948.
En le Béatifiant, le Pape ne fait que répondre à un ancien désir et à un vœu depuis longtemps formulé.
En effet le 22 décembre 1975, alors qu’il était Cardinal de Cracovie, il écrivit une lettre à Paul VI lui demandant de présenter Jean Balicki comme modèle pour les Prêtres de notre temps.

La Béatification du 18 Août 2002 à Cracovie
Au cours de son 98e voyage apostolique en dehors de l’Italie, le 8e dans son pays, du 16 au 19 août 2002, Jean Paul II s’est cantonné dans le diocèse de Cracovie, son ancien diocèse comme Évêque, en même temps que celui de sa naissance.
Le samedi 17 août, il a fait la dédicace du nouveau sanctuaire érigé en l’honneur de la Divine Miséricorde à Cracovie-Lagiewniki (dévotion à la Miséricorde inspirée par le Christ à Sainte Faustine Kowalska  2 .
Le lendemain, dimanche 18 août, fut le sommet de son pèlerinage avec la béatification de 4 serviteurs de Dieu polonais (Sigismond Félix FELINSKI  2 , Jean Adalbert BALICKI  2 , Jean BEYZYM  2  et Marie Sancha SZYMKOWIAK  2 ) au parc de Blonie près de Cracovie devant une foule de plus de deux millions de fidèles, le plus grand rassemblement qu’ait jamais connu la Pologne.
On pensait que ce voyage du Pape en terre polonaise serait un voyage d’adieu, un voyage ‘sentimental’, de ce Pape âgé de 82 ans.
Fatigué et près d’achever sa 24e année de pontificat. En fait il a dit des paroles très fortes, déclarant d’emblée dès le premier jour à ses compatriotes dont certains craignent l’avenir et notamment l’entrée de la Pologne dans l’Europe unie ; « Arrêtez d’avoir peur ! »

Et lors de l’Audience générale qui a suivi, à Rome, le 21 août, il a donné le sens synthétique de ces Béatifications en disant : « J'ai voulu indiquer ces nouveaux Bienheureux au peuple Cchrétien, afin que leurs paroles et leur exemple constituent un élan et un encouragement à témoigner, à travers les faits, de l'Amour Miséricordieux du Seigneur qui vainc le mal par le bien (cf. Rm 12, 21).
Ce n'est qu'ainsi qu'il est possible d'édifier la civilisation de l'amour désirée, dont la force douce s'oppose avec vigueur au mysterium iniquitatis présent dans le monde.
C'est à nous, disciples du Christ, que revient la tâche de proclamer et de vivre le profond mystère de la Miséricorde Divine qui régénère le monde, en nous poussant à aimer nos frères et même nos ennemis.
Ces bienheureux, ainsi que les autres saints, sont des exemples lumineux de la façon dont l'‘imagination de la charité’, nous permet d'être proches et solidaires de ceux qui souffrent (cf. n. 50), artisans d'un monde renouvelé par l'Amour.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 15/03/2018