Chiara Lubich, italienne, Fondatrice des Focolari. Fête le 14 Mars.

Mercredi 14 Mars 2018 : Fête de Chiara Lubich, italienne, Fondatrice des Focolari (1920-2008).
(Elle n’est ni Canonisée, ni Béatifiée car morte trop récemment, mais une vie à découvrir).

Chiaralubich 2

http://www.peintre-icones.fr/PAGES/CALENDRIER/Mars/14.html

Chiara Lubich (1920-2008)

Née à Trente, au nord-est de l'Italie, c'est sous les bombardements en 1943, au cœur des affrontements entre Allemands et Alliés, que la jeune fille comprend sa vocation.
« J'ai eu alors cette découverte fulgurante d'un Dieu qui m'aimait intensément. Cet Amour était plus fort que les bombardements qui détruisaient Trente.
À tel point que cela changé radicalement ma vie ».

À cette date, elle décide de consacrer sa Vie à Dieu avec un premier groupe de jeunes filles. Chiara Lubich est jetée dans le siècle et ne le quittera plus, tout en développant une spiritualité de la communion originale aux racines profondément mariale.

Le mot d'ordre : « faire de l'unité entre nous le tremplin pour courir là où l'unité n'existe pas, et la réaliser », écrit-elle alors.
Elle crée le mouvement des « Focolari », en collaboration avec Igino Giordani. Aujourd'hui, les Focolari sont présents dans 182 pays, et comptent plus de 2 millions de membres.

Statutairement, leur dirigeante doit être une femme. Ils ont développé leur action en direction du dialogue interreligieux, certains membres sont d'ailleurs Protestants, Orthodoxes, Bouddhistes et Musulmans.
Chiara Lubich a pu parler devant des Moines en Thaïlande, des Musulmans de Harlem aux États-Unis, ou des Juifs de Buenos Aires…

Autre domaine de mission, le champ de l'économique et du politique, à partir du concept de l'économie de communion.
Mais l'une des intuitions les plus importantes de Chiara Lubich pour son mouvement et l'Église, c'est l'œcuménisme de spiritualité, comme la Communauté de Taizé, dont elle était proche.

L'une des dernières personnes à l'avoir vue, est le Patriarche œcuménique Bartholomeos Ier, qui était à Rome la semaine du 14 Mars, et a souhaité lui-même lui rendre visite.

La Fondatrice des Focolari était persuadée que la voie de l'unité entre Chrétiens passait par la Prière: « Jésus abandonné a vaincu toutes les batailles. C'est Lui la réponse à la Prière que je lui avais adressée, avec mes premières compagnes, quand, fascinée par son testament, je lui avais demandé comment réaliser l'unité ».

Chiaraimage2 11

http://www.eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/saints/temoins/371406-chiara-lubich-1920-2008/

Chiara Lubich (1920-2008)

Fondatrice italienne des Focolari, mouvement qui porte le souci de l’œcuménisme. Il est présent dans 70 pays et compte 2700 membres en France.
Le 14 Mars 2008 mourait Chiara Lubich. Il est bon de redessiner la physionomie spirituelle de cette femme exceptionnelle.

Elle est née à Trente, en Italie du Nord, le 22 Janvier 1920. Un jour, (elle a 23 ans) lors d’un acte de charité, sur le chemin, elle entend une voix intérieure qui lui dit : « Donne-toi toute à Moi ».
Avec l’accord de son Confesseur, elle se consacre entièrement à Dieu le 7 Décembre 1943. Cette date est retenue comme la date de naissance du Mouvement des Focolari.

Pendant la guerre, particulièrement lors des bombardements de la ville de Trente, réfugiée avec quelques compagnes dans un abri précaire, elles ouvrent l’Evangile :
« Père, que tous soient Un » (Jn 17,21) disait Jésus comme en un testament.

Désormais, la Parole de Vie les accompagne de jour en jour. Dans un petit logement au 2 Place des Capucins, naît le premier « focolare », le foyer de vie commune où chacune vit la Parole, l’Unité demandée par Jésus et l’Amour fraternel selon le Commandement de Jésus : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15,18).

En quelques mois, plus de 500 personnes adhèrent à ce projet de vie dans l’unité. Mis au courant, l’Évêque de Trente convoque Chiara et conclut : « Il y a là le doigt de Dieu ».

Ce n’est pas pour autant que Rome reconnaît l’Œuvre naissante, qui rassemble des personnes de toute condition : laïcs consacrés, adhérents, Prêtres, etc.
Il faut attendre 1962 pour que Saint Jean XXIII approuve le Mouvement.

Chiara est alors très proche de Paul VI et surtout de Jean Paul II. On lui confie le soin de créer des liens plus forts avec l’Église orthodoxe, spécialement avec le Patriarche Athénagoras.

Ainsi naît un fort souci œcuménique, favorisé par l’entrée dans le Mouvement de chrétiens d’autres Églises, d’hommes et de femmes d’autres religions (bouddhistes, musulmans, hindous, personnes sans religion, etc.).
Chiara met en œuvre le nécessaire dialogue entre toutes ces personnes, de toute conviction à travers le monde.

Contribuer à faire un monde qui vive l’unité dans l’Amour fraternel, tel est son projet, que toutes sortes d’initiatives viennent conforter : toutes les activités humaines, de la politique à l’économie de communion, de la famille à l’art et à l’éducation, aucun secteur de la vie humaine n’est étranger au projet que Dieu lui a inspiré.

Chiara a beaucoup écrit, est intervenue de mille manières, en des dizaines de pays, dans tous les domaines de la vie humaine.
Il reste maintenant à poursuivre son œuvre, dans la certitude qu’elle est projet de Dieu.
Père Pierre Guilbert.

Chiara lubich

http://focolari.fr/chiara-lubich/

Chiara Lubich, Fondatrice du mouvement des Focolari (1920-2008).

Son action inlassable au service de l’Évangile et de la fraternité humaine a fait de Chiara Lubich une personnalité spirituelle incontournable, reconnue aujourd’hui dans le monde entier.

Née à Trente en Italie, le 22 Janvier 1920, Chiara Lubich fait partie d’une famille très unie de quatre enfants.
Son père, imprimeur, aux idées sociales avancées, perdra son travail avec l’arrivée du fascisme.
Chiara, pourtant passionnée par ses études, devra, pour aider la famille à vivre, enseigner comme institutrice dans un village de montagne. Membre de l’Action Catholique, elle est remarquée par la paroisse Franciscaine qui regroupe des jeunes.
Elle donne à ces jeunes filles un dynamisme nouveau :  Dieu nous aime… . leur répète-t-elle inlassablement dans cette période de haine.

En 1943, Trente est secouée par de violents bombardements. Le 13 Mai, la famille Lubich doit se réfugier dans la montagne.
Chiara comprend alors qu’elle doit quitter ses parents qui vont rejoindre la cohorte des réfugiés et doit rester à Trente.
C’est ce que Dieu lui demande pour rester cohérente avec son appel. Elle retournera dans la ville en ruines et, avec quelques amies, se mettra au service des plus pauvres. Au nom de l’Amour de Dieu qui vainc toute haine, en vivant l’Évangile.

Déjà lors des alertes, avec ses premières compagnes, elles avaient pris l’habitude de lire l’Évangile et de le vivre : La Parole de Vie anime leur quotidien.
Elles trouvent un appartement, quelques matelas, quelques chaises.
Le premier focolare est né (en dialecte trentin, ce mot exprime l’espace autour du foyer où chacun peut y recevoir lumière et chaleur).

Après la guerre, l’extension rapide du Mouvement en Italie puis à travers le monde amène sa Fondatrice à rencontrer des personnalités non Catholiques auxquelles une amitié solide la liera : Frère Roger, Prieur de Taizé en France, des Évêques Luthériens en Allemagne, le Patriarche Orthodoxe Athénagoras 1er à Istanbul, le Dr Ramsey, primat de l’Église Anglicane à Londres.

Ces divers contacts lui vaudront, en 1977, le prix Templeton pour le progrés de la religion et de la paix.
Son souci de l’Église l’amènera à collaborer étroitement avec Paul VI puis Jean-Paul II.

Laïque catholique convaincue, elle a ouvert de nouvelles voies dans les dialogues œcuméniques, interreligieux et avec les non-croyants.
Le monde civil lui décernera de nombreux prix dont le Prix Unesco de l’éducation pour la Paix (Paris 1996) et le Prix européen des Droits de l’Homme (Conseil de l’Europe, Strasbourg 1998).

Chiara Lubich est décédée à l’âge de 88 ans, le Vendredi 14 Mars 2008, à son domicile de Rocca di Papa (près de Rome).

Chiara lubich 2>>> En savoir plus…

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 14/03/2018