Saint Jean de Brébeuf, Prêtre s.j. et martyr au Canada (1593-1649). Fête le 16 Mars.

Vendredi 16 Mars 2018 : Fête de Saint Jean de Brébeuf, Prêtre s.j. et martyr au Canada (1593-1649).

Saint jean de brebeuf 11Statue au Sanctuaire des Martyrs, Midland (Ontario).
Téléversé par Tango7174

La mémoire Liturgique de Saint Jean de Brébeuf est célébrée le 16 Mars au martyrologe romain, alors que sa mémoire est célébrée avec ses compagnons le 19 Octobre.

Jeudi 19 Octobre 2017 : Fête de Saints Jean de Brébeuf, Isaac Jogues et leurs compagnons, martyrs († 1649).
La Célébration liturgique des Saints martyrs canadiens a lieu le 26 Septembre au Canada (Solennité) et le 19 Octobre dans l'Église universelle.
Pour voir leur vie et en découvrir davantage sur eux, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » au 19 Octobre, ou sur le lien suivant :
Saints Jean de Brébeuf, Isaac Jogues et leurs compagnons.

Brebuef jesuits04jesuuoft 2 1

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/816/Saint-Jean-de-Brebeuf.html

Saint Jean de Brébeuf

Martyr au Canada (✝ 1649)

Saints Jean de Brébeuf, Isaac Jogues, et leurs compagnons prêtres martyrs Antoine Daniel, Gabriel Lallemant, Charles Garnier, Noël Chabanel, René Goupil, Jean de La Lande.
Fête en France le 19 Octobre
Au Canada, Solennité le 26 Septembre. (4 Février ailleurs)

Né en 1593 à Condé-sur-Vire, Jean de Brébeuf désira très tôt devenir Missionnaire, au Canada.
Il entra dans la Compagnie de Jésus et fut envoyé en pays Huron, où il fonda une mission.

Mais en 1649, les Iroquois, entrés en guerre contre les Hurons, pillèrent et envahirent les villages de la mission.
Jean de Brébeuf fut torturé deux jours complets, sans cesser de soutenir les siens et de prier pour ses bourreaux.
Pleins d'admiration, ces derniers lui arrachèrent le cœur et le dévorèrent pour hériter de son courage...
Source: Liturgie des heures du diocèse de Coutances et Avranches 1993.

Jean de Brébeuf, Gabriel Lalemant, Charles Garnier, Antoine Daniel, Noël Chabanel, Isaac Jogues, René Goupil, Jean de La Lande, Canonisés en 1930, patrons secondaires du Canada depuis 1940, ils sont devenus des figures nationales proposées en exemples à l'Église universelle.

Avec nos découvreurs et nos Fondateurs, ils sont nos architectes: leurs courses ont tracé nos routes d'eau et de fer; ils ont fixé le site de maintes de nos cités et donné leurs noms à d'innombrables institutions (hôpitaux, universités, collèges, écoles), à des villages, des paroisses, des routes et des rues du Québec.
Davantage, c'est jusqu'au cœur même du sol qu'ils ont pénétré par leur sang répandu. (Les saints martyrs canadiens - diocèse d'Edmundston)


Au 16 Mars au martyrologe romain: Chez les Hurons au Canada, en 1649, la passion de Saint Jean de Brébeuf, Prêtre de la Compagnie de Jésus, qui fut envoyé de France dans la mission chez les Hurons et, après bien des travaux apostoliques, fut massacré par quelques païens du lieu et succomba pour le Christ, ayant fait le vœu de ne jamais fuir l’occasion du martyre.
Sa mémoire est célébrée avec ses compagnons le 19 Octobre.

Martyrologe romain.

St jean de bre

http://www.jesuites.com/jean-de-la-lande-sj-19-octobre/

Écrits spirituels de Saint Jean de Brébeuf.

Que je meure pour Toi, Seigneur Jésus, Toi qui as daigné mourir pour moi.

Durant deux jours j'ai éprouvé sans discontinuer un grand désir du martyre et j'ai souhaité endurer tous les tourments qu'ont soufferts les martyrs.
Que te rendrai-je, Mon Seigneur Jésus, pour tous les biens que tu m'as faits ? Je prendrai ton calice et j'invoquerai ton Nom.
Je fais donc vœu, en présence de Ton Père éternel et du Saint-Esprit, en présence de ta très Sainte Mère et de son très chaste époux Joseph ; devant les anges, les apôtres et les martyrs, et mes bienheureux Pères Ignace et François-Xavier ; je te fais vœu, dis-je, Mon Seigneur Jésus, si tu m'offres miséricordieusement la grâce du martyre, à moi ton indigne serviteur, de ne jamais me détourner de cette grâce.

Ainsi, je voudrais qu'il ne me soit jamais permis à l'avenir, soit d'éviter les occasions de mourir pour Toi qui se présenteront (à moins que je juge que ce serait pour la plus grande Gloire de Dieu), soit de ne pas accepter joyeusement le coup de mort déjà reçu.

A toi donc, Mon Seigneur Jésus, j'offre déjà joyeusement, à partir de ce jour, et mon sang et mon corps et mon esprit, afin que je meure pour Toi, si tu me l'accordes, Toi qui as daigné mourir pour moi.
Fais que je vive de telle sorte que tu veuilles enfin que je meure ainsi. Oui, Seigneur, je prendrai ton Calice et j'invoquerai Ton Nom : Jésus, Jésus, Jésus.

O Mon Dieu, que n'êtes-vous connu ! Que ce pays barbare n'est-il tout converti à vous ! Que le péché n'en est-il aboli ! Que n'êtes-vous aimé !
Oui, Mon Dieu, si tous les tourments que les captifs peuvent endurer en ce pays, dans la cruauté des supplices, devaient tomber sur moi, je m'y offre de tout mon cœur, et moi seul je les souffrirai.

(The Jesuits Relations and Allied Documents, éd. Reuben Gold Thwaites, t. 34, Cleveland, 1898, pp. 188, 164, 166 ; éd. fr. dans : Jésuites de la Nouvelle France , textes choisis par Fr. Roustang, Bruges, 1961, pp. 129, 130, 138).

San giovanni de brebeuf c 2 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180316&id=14794&fd=0

Saint Jean de Brébeuf
Prêtre s.j. et martyr

Né le 25 Mars 1593 à Condé-sur-Vire en Normandie, Jean de Brébeuf est un des premiers Pères Jésuites à aller en Nouvelle-France. Il arrive à Québec en Juin 1625, s'installe chez les Montagnais et plus tard, chez les Hurons.

Dans ses mémoires, il relate de façon admirable le mode de vie et les mœurs de ces peuples. Ces notes furent par la suite reproduites dans les « Relations des Jésuites » et sont aujourd'hui des sources d'information précieuses pour nous aider à comprendre la vie des Hurons avant les guerres et les épidémies qui décimeront leurs populations.

Il traduit un catéchisme et plusieurs prières dans la langue des Hurons et entreprend même la rédaction d'un dictionnaire et d'une grammaire.
Brébeuf établit plusieurs missions en Huronie dont celle de Ihonatiria (Saint-Joseph). Peu après l'arrivée des Européens, les Hurons sont victimes de plusieurs épidémies de variole, de grippe et de dysenterie.

Le travail de conversion de Brébeuf est difficile et peu efficace. Lors d'une émeute en 1640, Brébeuf et d'autres Jésuites sont battus et la chapelle est détruite.
C'est en 1642 que les vrais problèmes commencent. Soutenus par les Anglais dans leur entreprise, les Iroquois amorcent une vaste offensive contre leurs anciens ennemis les Hurons et leurs alliés français.
Ils bloquent les routes commerciales en multipliant les pillages et les massacres sanglants. En 1647, la menace iroquoise est devenue telle que les Hurons refusent d'entreprendre des voyages vers Québec.

Le 4 Juillet 1648, alors que les guerriers hurons sont absents, les Iroquois attaquent les Missions de Saint-Joseph et Saint-Michel en Huronie.
Plusieurs habitants sont massacrés dont le père Antoine Daniel qui sera criblé de flèches. Les Iroquois prennent 700 prisonniers.
Le 16 Mars 1649, plus de 1000 Iroquois attaquent les missions de Saint-Ignace et de Saint-Louis où se trouvent alors les Pères Brébeuf et Lalemant.
Les deux hommes sont faits prisonniers et emmenés dans un village dans l'actuelle région de Midland, en Ontario.

Le Père Jean de Brébeuf subit alors une des plus atroces tortures. Ces actes furent rapportés par Christophe Regnault qui put observer le cadavre.
Le corps a été sauvagement battu et a reçu au moins 200 coups de bâtons. On avait arraché la chair des bras et des jambes de Brébeuf jusqu'aux os et on l'avait aspergé d'eau bouillante pour ridiculiser le sacre du Baptême.
Les Iroquois avaient également placé un collier de haches incandescentes autour de son cou et de son ventre et lui avaient arraché les lèvres pour qu'il cesse de parler de Dieu.
Son crâne avait été scalpé et son cœur, arraché. Il est possible que les Iroquois l'aient dévoré, croyant ainsi absorber les qualités de leurs ennemis.

La nation huronne entière est bientôt décimée. Quelques survivants se réfugient chez des nations alliées du nord ou encore près de Québec où leurs descendants vivent toujours.
Brébeuf fut proclamé Saint Patron du Canada en 1940.
Jean de Brébeuf, et ses compagnons martyrs (mémoire 19 Octobre) ont été Béatifiés le 21 Juin 1925, par le « Pape des Missions » Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) et Canonisés, par le même Pape, le 29 Juin 1930.

Original 179Pour un approfondissement biographique :
>>> Jean de Brébeuf

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 16/03/2018