Bienheureuse Marie-Anne (Maria Anna) Sala, Religieuse. Fête le 24 Novembre.

Vendredi 24 Novembre 2017 : Fête de la Bienheureuse Marie-Anne (Maria Anna) Sala, Religieuse de la Congrégation des Sœurs de Sainte-Marceline (1829-1891).

90591 11 2

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/10588/Bienheureuse-Marie-Anne-Sala.html.

Bienheureuse Marie-Anne Sala

Religieuse de la Congrégation des Sœurs de Sainte-Marceline (+ 1891)

Née le 21 Avril 1829 à Brivio - Béatifiée le 26 Octobre 1980 à Rome par Saint Jean-Paul II
"Sœur Marie-Anne Sala donna le maximum d'elle-même dans l'observance de ses obligations Religieuses tout comme dans son apostolat, et cela, avec un incomparable esprit de sacrifice, faisant ainsi humblement resplendir tous les dons d'intelligence dont Dieu l'avait gratifiée au point que tous reconnaissaient en elle une éducatrice de grande valeur."
(source: Sœur Marie-Anne Sala - site de de la congrégation des Sœurs Marcellines)

À Milan, en 1891, la Bienheureuse Marie-Anne Sala, vierge de la Congrégation des Sœurs de Sainte-Marceline, qui s’occupa entièrement de la formation des jeunes filles et se révéla maîtresse de science, soutenue par la Foi et la Piété.
Martyrologe romain.

Maria anna sala 01 11 2

http://nouvl.evangelisation.free.fr/maria_anna_sala.htm.

Maria Anna Sala
Religieuse, Bienheureuse
1829-1891

Maria Anna Sala naquit à Brivio (province de Lecce, Italie du SE), le 21 Avril 1829, cinquième des huit enfants de Giovanni Maria Sala et de Giovannina Comi, parents profondément Chrétiens et vivant à l’aise en de bonnes conditions économiques. Monsieur Sala avait sa place dans le commerce du bois et possédait une belle villa au centre du pays. Baptisée le jour-même de la naissance, la petite fille reçut les noms de Maria Anna Elisabetta.

Comme ses nombreux frères et sœurs, Maria Anna reçut au sein de cette grande famille une bonne éducation Chrétienne et une solide formation. Très intelligente, elle fut vite remarquée par sa maîtresse, Mademoiselle Alessandrina, à l’école primaire. Elle reçut la Confirmation le 12 Septembre 1839, à dix ans, et pour la première fois l’Eucharistie, comme c’était la coutume à cette époque.

Comme elle avait de bonnes dispositions pour l’étude, on la confia aux Sœurs Marcellines de Vimercate, une récente Congrégation fondée près de Milan par Mgr Luigi Biraghi, pour l’éducation Chrétienne des jeunes filles de cette bourgeoisie qui commençait à se développer alors. En novembre 1846, à dix-sept ans, Maria Anna obtint brillamment son diplôme de l’enseignement pour les écoles primaires.

Elle rentra aussitôt dans son pays et se donna pleinement à l’assistance auprès de sa mère malade, aux soins de ses petits frères et sœurs, mais aussi autant que possible auprès des petits enfants de la paroisse, aux malades et à ceux qui étaient dans le besoin. Bientôt, elle sentit en elle cet appel Divin à la Consécration totale, au témoignage pour le Christ dans les écoles, et entra chez les Sœurs Marcellines.

Il y eut quelques difficultés, car alors la famille subit quelques revers économiques ; mais Dieu aidant, elle fut accueillie par le Fondateur lui-même. Là elle put s’épanouir et donner libre cours à ses deux aspirations fondamentales : nourrir une intense vie intérieure, et se donner activement à l’apostolat parmi les jeunes filles.

Son noviciat, commencé en 1849, se prolongea au-delà des temps habituels, à cause des vicissitudes politiques que l’Italie traversait alors, de sorte qu’elle ne prononça ses vœux qu’en 1852, au moment où la Congrégation obtenait enfin l’érection canonique, qui est la reconnaissance officielle de la part de l’Église et du gouvernement (autrichien) d’alors.

Elle enseigna successivement la musique et le français dans les écoles primaires, en diverses écoles, jusqu’à Milan, où elle fut aussi assistante à l’Hôpital militaire, tout en préparant et obtenant brillamment le diplôme supérieur de l’Enseignement. Puis elle fut supérieure adjointe des élèves des grandes classes, envoyée ensuite à Gênes avec la même charge, et eut aussi des responsabilités importantes à Chambéry, où elle enseigna et dirigea des groupes de sœurs et de grandes élèves italiennes qui apprenaient le français.

La volonté du fondateur des Sœurs Marcellines était que les religieuses fussent en constant rapport avec les élèves, jour et nuit, à l’étude et à la récréation, à la prière et au travail, à table et au dortoir. C’était une tâche vraiment harassante, que notre Maria Anna accomplissait avec fidélité, sérénité et profond esprit de responsabilité, pendant plus de quarante années.

Rappelée à la maison-mère, elle fut Assistante Générale, sachant donner d’excellents conseils pour les affaires de la Congrégation. Maîtresse des novices, bibliothécaire, chancelière, économe : partout elle montra sagesse, prudence et exactitude, faisant tout remonter à la gloire de Dieu. Toujours disponible, son “J’arrive de suite” était proverbial.

Un des sacrifices qui lui coûta beaucoup fut son transfert de Gênes à Milan. “J’ai honte de moi-même, disait-elle,  parce que je me croyais prête à tout sacrifice, mais en pratique, la nature se manifeste encore bien vivace”.

Aux fatigues quotidiennes vint s’ajouter une tumeur à la gorge. Douleurs intenses et crises de toux lui imposaient d’interrompre son cours, mais elle se dominait, s’excusait pour le “mauvais exemple” qu’elle donnait, et achevait la leçon imperturbablement.

Elle s’éteignit enfin le 24 Novembre 1891, à Milan, en odeur de sainteté. En 1920, on retrouva son corps absolument sans corruption, et elle fut Béatifiée par Jean-Paul II le 26 Octobre 1980.
Source : www.vatican.va
Traduit de l’italien par Bruno Kiefer, Prêtre.

Beata maria anna sala b 2

http://www.marcelline.org/aamm/testi/miscellanea-volumi/beata-maria-anna-sala/f-prg.php

Qui es-tu?

Qui es-tu,
ma douce Sœur?
Je ne connaissais pas
Ton visage, si jeune,
si nouveau.
Tes yeux
Ne rencontrent pas
Les miens,
ils regardent plus loin;
ces yeux,
plongés dans le mystère,
contemplent l’Eternel.
Tes lèvres
Ne répondent pas
À mon sourire,
elles semblent
prêtes à s’ouvrir
à la Parole
qui vient du silence.
Qui es-tu,
ma douce Sœur?
Une “Présence”
Un “Signe”
Quel est le secret
De ton charme?
Le courage
D’une petite femme
Qui ignorait
D’être si grande.
J’aime te nommer
“mon Espoir”,
t’invoquer,
dans ma nuit,
l’Etoile du matin

 

Qui es-tu? 
Introduction 
Son enfance 
Elève des Marcellines 
Sa vocation religieuse 
Le témoignage d'une vie 
Sur les traces de Jésus, son Maître 
Sa souffrance 
Un témoignage unique 
L'intercession de la bienheureuse Marie-Anne 
Son message 
Chaque jour un pas

 

Prière

Ô Dieu, source de toute sainteté, Toi qui as voulu
que la Bienheureuse Sœur Marie-Anne, éprise d'un ardent amour pour Ton Fils, se dévouât avec zèle et sagesse à l'éducation des jeunes;
accorde-nous, par son intercession, de suivre,
en toute simplicité d'esprit,
Jésus Sauveur et de témoigner,
devant nos frères, par nos paroles et nos actes qu'Il est le seul, vrai Maître.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 24/11/2017