Saint Edmond le Martyr, roi d'Est-Anglie (841-870). Fête le 20 Novembre.

Mardi 20 Novembre 2018 : Fête de Saint Edmond le Martyr, roi d'Est-Anglie (841-870).

Edmond 2http://nominis.cef.fr/contenus/saint/17/Saint-Edmond-le-Martyr.html.

Saint Edmond le Martyr

Roi d'Est-Anglia, martyr (+ 870)

ou Saint Edme.
Il était le roi d'un petit royaume de l'est de l'Angleterre que les Danois envahissaient souvent. Fait prisonnier lors d'une bataille dans le Suffolk, il refusa leurs conditions en particulier celle d'apostasier et périt décapité après avoir été criblé de flèches.

Les Anglais lui donnèrent la couronne du Martyre. Il a laissé son nom à l'Abbaye et à la ville de Bury-saint-Edmund (site en anglais).
St Edmund, roi et martyr, histoire de sa légende (site en anglais)

Dans le Norfolk en Angleterre, l’an 870, Saint Edmond, martyr. Roi des Angles de l’Est, il lutta contre l’invasion des Vikings, fut vaincu, capturé et tué, parce qu’il refusait de renier la Foi Chrétienne.
Martyrologe romain.

St edmund martyrLe roi-martyr Saint Edmond, un des rares souverains ouvertement morts pour sa Foi.
http://orthodoxia.co/le-roi-martyr-saint-edmond-un-des-rares-souverains-ouvertement-morts-pour-sa-foi/

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171120&id=13625&fd=0

Saint Edmond
Roi d'Est-Anglie et martyr
(841-870)

Edmond était le roi d'Est-Anglie, un petit royaume de l'est de l'Angleterre. Il fut capturé lors d'une bataille dans le Suffolk qu'il livra contre les Danois qui ne cessaient d'envahir son pays. Ceux-ci lui proposèrent la liberté et la vie contre un pacte dont les conditions étaient contraires au bien-être et à la religion Chrétienne de son pays. Il refusa.

Les Danois l'attachèrent alors à un arbre et le criblèrent de flèches avant de lui trancher la tête et de la jeter dans un fossé.
Elle fut retrouvée intacte, entre les pattes d'un loup qui l'avait défendue contre les rapaces. De nombreuses églises anglaises sont dédiées à ce jeune Martyr.

A edmund 2

http://jubilatedeo.centerblog.net/6573782-Les-saints-du-jour-20-Novembre.
Saint Edmund le Martyr, roi (Edmond).
Né en 841; mort à Hoxne, Suffolk, Angleterre, en 869 ou 870. Aussi fêté le 2 Novembre.
Le jour de la Noël 855, le jeune Edmund, âgé de 14 ans, fut acclamé roi de Norfolk par les dirigeants et le clergé de ce pays. Les années qui suivirent, les personnages principaux du pays l'acceptèrent aussi comme leur roi.

15 ans durant, Edmund régna sur les Est Angles, d'une manière qui démontrait une dignité et justice de Chrétien. Lui-même semble avoir modelé sa Piété sur celle du saint roi David de l'Ancien Testament, étant devenu en particulier très compétent dans la récitation des Psaumes dans les Offices publics.

A partir de 866, son royaume fut de plus en plus menacé par les invasions des Danois. Durant 4 ans, les Est Angles s'efforcèrent de maintenir une paix assez relative, souvent brisée par eux. Puis les envahisseurs brûlèrent Thetford. L'armée du roi Edmund attaqua les Danois, mais elle ne vainquit pas ces pirates. Edmund fut fait prisonnier et devint la cible pour les archers Danois.

Dans un récit plus tardif dans la "Chronique Anglo-Saxonne", réputée être le récit d'un témoin oculaire, Abbo compare Saint Edmund avec Saint Sebastien, et lui aussi devint un Saint invoqué contre la peste.
Edmund fut capturé à Hoxne. Il refusa de partager son royaume Chrétien avec les envahisseurs païens, ce sur quoi il fut attaché à un arbre et percé de flèches, jusqu'à ce que son corps soit "comme un chardon couvert de picots"; puis ils lui coupèrent la tête. Il mourut avec le Nom de Jésus sur ses lèvres.

Le récit continue en rapportant que les Danois "tuèrent le roi et envahirent tout le pays. Ils détruisirent toutes les églises qu'ils rencontrèrent, et en atteignant Peterborough, ils tuèrent l'Abbé et les Moines et brûlèrent et détruisirent tout ce qu'ils y trouvèrent".

Saint Edmund demeure le seul souverain Anglais jusqu'à Charles 1er à être mort pour sa Foi de même que la défense de son trône.
Edmund fut vite vénéré comme Martyr, et sa vénération se répandit largement à travers le Moyen-âge. (Attwater, Bénédictins, Bentley, Hervey, Roeder).

On dépeint généralement le roi Saint Edmund en roi barbu tenant son emblème - une flèche. Parfois on le représente attaché à un arbre et abattu, ou avec sa tête entre les pattes d'un loup. (Roeder).
Il est vénéré à Bury-Saint-Edmunds (arrondissement de Saint Edmund), où son corps fut enchâssé et une grande abbaye bâtie en 1020.
On n'y possède plus que 3 dents. Son corps est dans le château d'Arundel Castle et sa tête à Toulouse.

Aa stedmundm 2

Biographie de St Edmond
Avant de s'en aller en Terre-Sainte pour y finir ses jours dans la Prière et la Pénitence, le roi Athelstan 1 choisit son neveu Edmond, fils de Ealhere, ealdorman de Kent, qui descendait des anciens rois saxons d'Est-Anglie, pour gouverner ses Etats 2.
Le jour de la Noël 854, les clercs et les nobles du Norfolk assemblés à Attleborough, élirent pour roi Edmond qui était né à Norbury 3 quatorze ans plus tôt ; l’élection fut acceptée par les habitants du Suffolk.

Lorsque le roi Edmond débarqua sur la terre de son royaume, il se prosterna pour une longue Prière ; quand il se releva, douze fontaines sourdirent (jaillirent) de terre.
Edmond qui voulut terminer ses études dans la résidence royale d'Attleborough, ne fut couronné dans l'église de Bures (Suffolk) qu'à la Noël 856, par Humbert, ancien conseiller de son prédécesseur et Évêque d'Hulme.
« Pourvu de cette triple Consécration, je décidai d'être utile à la nation des Angles, plutôt que de la commander, en négligeant de faire courber les têtes sous un autre joug que celui du Christ ».

Ainsi, Edmond est le premier des saints rois à faire de la sainteté son programme de gouvernement.
Abbon parle de « ce que fut sa Bonté pour ses sujets, sa rigueur pour les méchants », ajoutant qu'il « était pour les indigents d'une magnifique libéralité, pour les orphelins et les veuves un père plein d'indulgence » ; très attentifs aux affaires de gouvernement, « s'il connaissait mal une affaire, il apportait tous ses soins à l'examiner ; sur la voie royale où il marchait, il ne se détournait ni à droite pour se prévaloir de ses mérites, ni à gauche en s'abandonnant aux défauts de la faiblesse humaine. »

Souverain d'un petit royaume, à côté de ceux de Mercie et du Wessex, exposé aux invasions normandes, il employa son règne à négocier les lourds tributs qu'il devait verser aux pirates et qui, au bout de quinze ans, avaient ruiné son Etat et ses sujets.
A partir de 865, les Danois, ne recevant plus les lourdes rançons qu'ils exigeaient, entreprirent la conquête du royaume. Chassés en 866, les Danois ravagèrent la Northumbrie et la Mercie, mais revinrent en East en 869 : le viking Iva envahit l'Est-Anglie, mit le pays à feu et à sang et Edmond fut vaincu à la bataille de Thetford (20 novembre 870) puis massacré. Le royaume d'Est-Anglie passa tout entier sous la domination danoise.

Très vite le roi Edmond, mort en combattant les païens, fut l'objet d'un culte populaire ; un siècle après sa mort, le Bénédictin Abbon, futur Abbé de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), alors qu'il était à l'Abbaye de Ramsey (de l'automne 985 au printemps 987), recueillit, à la demande des Moines, les pieux éléments de la tradition populaire et le témoignage de Saint Dunstan, Archevêque de Cantorbéry, qui, dans sa jeunesse, à la cour du roi Athelstan (925-939) avait entendu raconter la mort d'Edmond par un vieillard qui avait été l'écuyer du Roi.

Abbon raconte que le vikings Ivar envoya un ambassadeur pour proposer au roi Edmond de lui laisser son royaume s'il voulait se reconnaître son vassal et lui donner son trésor ; Edmond répondit que sa Foi lui interdisait de se soumettre à un païen et qu'il préférait mourir.

Ivar fit attaquer le palais ; « afin que ne périsse pas la nation tout entière, le saint roi Edmond dans son palais, en digne membre du Christ, jette ses armes et se laisse prendre. Il sait qu'il va comparaître devant le chef impie, comme le Christ devant le gouverneur Pilate, tant il désire suivre les pas de celui qui s'est immolé en victime pour nous.
Garotté dans des liens étroits, il subit toutes sortes de moquerie et, pour finir, on le bâtonne, puis on le conduit près d'un arbre voisin auquel on l'attache et fort longtemps on le maltraite à coups de fouet, sans qu'il s'avoue vaincu.
 »  

On l'attacha ensuite à un autre arbre, on le perça de flèches comme Saint Sébastien, et on le décapita avant de jeter son cadavre dans la forêt. « C'est ainsi que, le vingt novembre, en holocauste très agréable à Dieu, Edmond, éprouvé au feu de la souffrance, portant la palme de la victoire et la couronne de la justice, entra, roi et martyr, vers la Cour Céleste. »

Quand les fidèles, après avoir récupéré le corps, voulurent trouver la tête, ils crièrent dans la forêt : Où es-tu ? Et la voix du roi Edmond leur répondait : Her ! her ! her ! Jusqu’à ce qu'ils la trouvassent entre les pattes d'un énorme loup qui la gardait contre les atteintes des autres bêtes.

La dépouille du roi Edmond d'abord été enterrée à Hoxne, sur la rivière Waweney, à une trente kilomètres à l'est de Thetford, fut, en 903, déposée dans l'église du Monastère de Beodricsworth 4 (aujourd’hui Bury).

Outre l'œuvre d'Abbon, on connaît une Vie de Saint Edmond le roi, poème anglo-normand composé vers 1180 par Denys Piramus, que reprendra, au siècle suivant, Matthieu Paris.

De nombreux miracles dont deux résurrections, sont attribués à Saint Edmond : un paralytique qui dormait près de son tombeau, l’en vit sortir pour marquer ses membres du signe de la Croix, et fut guéri ; un chevalier du Lindsey qui, paralysé, le vit apparaître dans sa chambre pour lui toucher la tête et le haut du corps, puis lui ordonner d’aller prier sur son tombeau, fut guéri en chemin ; il sortit de son tombeau pour tuer d’un coup de lance le roi Sven qui exploitait les East-Angliens ; il fit mourir deux conseillers d’Edouard III qui voulaient monnayer les métaux précieux de sa châsse (1341 et 1345) ; en 1173, en compagnie de Saint Thomas Becket, il délivra deux prisonniers politiques d’Henri II ; il délivra un prisonnier de guerre, un bailli seigneurial et un meunier emprisonnés injustement et qui l’avaient invoqué ; il délivra des navigateurs de tempêtes, de naufrages et de noyades.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/11/2018