Saint Malo d'Aleth, Évêque en Bretagne († v. 640). Fête le 15 Novembre.

Mercredi 15 Novembre 2017 : Fête de Saint Malo d'Aleth, Évêque en Bretagne († v. 640).

Saint malo 2http://www.peintre-icones.fr/PAGES/CALENDRIER/Novembre/15.html
A en croire son plus ancien biographe, il était Moine à l'Abbaye galloise de Llancarvan, quand l'inspiration lui vint d'aller convertir les Bretons.
Il toucha terre à l'embouchure de la Rance, non loin de la ville qui porte aujourd'hui son nom (Ille-et-Vilaine).

Les gens qui peuplaient cette région étaient si sauvages que Malo résolut de commencer par eux.
A force de zèle et de courage, il finit par rendre le pays à peu près chrétien. Cependant, au bout de vingt ans, " le diable vint semer la zizanie dans son troupeau ".

Jugeant que le temps nécessaire à réfuter les calomnies répandues contre lui serait mieux employé ailleurs, il remit sa charge d'Évêque à celui de ses clercs qui désirait le plus l'avoir, quitta la Bretagne et s'achemina vers l'Aquitaine.
Il s'arrêta en Saintonge (Charente-Maritime) où, sauf dans les villes, le christianisme avait encore peu pénétré.

Il fit autant de bien aux Saintongeais qu'aux Bretons ; et ce fut au milieu d'eux qu'il mourut.
Comme beaucoup de Saints, Malo aimait les bêtes, que Dieu aime aussi puisqu'il les a créées.

Un jour qu'il travaillait à sa vigne, il vit une fauvette en train de pondre dans le capuchon qu'il avait posé sur un buisson.
Il se garda de la déranger.
Les jours suivants, il la laissa pondre et couver tant qu'elle voulait; et il ne revint prendre son capuchon que lorsqu'elle se fut envolée avec sa petite famille.
On signale aussi qu'il évitait de charger son âne de fardeaux trop lourds, et qu'il le dételait toujours avant qu'il fût trop fatigué.

Saint 22 2Saint Malo. Verrière de l'église de Saint-Père-Marc-en-Poulet. Bretagne.

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/103/Saint-Malo-d-Aleth.html

Saint Malo d'Aleth

Malo, Évêque en Bretagne (✝ v. 649)

ou Saint Maclou.
Il serait né au pays de Galles quand l'inspiration lui vint d'évangéliser les Bretons non loin de la ville d'Aleth qui désormais porte son nom.
Mais des querelles lui firent quitter son troupeau et remettre à un autre sa charge d'Évêque. Il s'achemina vers l'Aquitaine et c'est en Saintonge qu'il termina son pèlerinage terrestre. Saint-Malo-35400.
L'église Saint Maclou à Bully (diocèse d'Arras) doit son nom à Maclou ou Malo qui est né fin du VIe siècle dans le pays de Galles et mort vers 640 à Saintes en Charente-Maritime.

Sa Fête est célébrée le 15 Novembre. Son buste, en habit d’Évêque, faux reliquaire en chêne du XVIIIe siècle, est dans le chœur.
La cathédrale de Pontoise est mise sous son patronage.

"Gallois d'origine, né dans la seconde moitié du VIe siècle, Malo fut formé à l'école monastique de Llancarvan, que fonda saint Cadoc, et il y resta comme Moine.
Devenu Évêque, d'après la tradition, Malo quitte le Clamorgan avec des compagnons, prend la mer et accoste devant l'îlot de l'ermite Aaron.

Sur les conseils de l'ermite, Les Moines gallois se rendent à Aleth, une cité de l'ancien pays des Coriosolites.
En butte aux persécutions des habitants d'Aleth, Malo reprend la route et se réfugie en Saintonge.

Il ne revient de l'exil que sur les prières des gens d'Aleth que ravageaient la peste et la famine.
Le fléau écarté, Malo retourna en Saintonge, et c'est dans ce pays qu'il mourut le 16 Novembre 649.

Les Chrétiens d'Aleth purent récupérer, cependant, une partie des reliques. Lors des raids des Normands sur les côtes de Bretagne, les reliques de Malo trouvèrent refuge en Ile de France, en particulier à Saint-Jacques du Haut-Pas (Paris)." (source: Les saints de Bretagne célébrés au diocèse de Quimper et Léon)

En Bretagne, vers 640, Saint Malo, Évêque d’Aleth, venu du pays de Galles, et mort, semble-t-il, à Saintes où il s’était exilé.
Martyrologe romain.

Saint 26 2Saint Malo. Saint-Benoît-des-Ondes. Bretagne.

Pour en savoir davantage
> > > Saint Malo d'Aleth

Cette biographie, plus exacte que celle du père Giry, est de M. l'abbé Grasillier, de Saintes. Cet écrivain s'est inspiré pour son travail, de la savante dissertation sur Saint Malo, due à la plume de M. Brillouin, et adressée en 1842, à M. l'abbé Daunas, curé de saint-Vivien de Saintes.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 15/11/2017