Sainte Bertille, Moniale à Jouarre puis Abbesse de Chelles († v. 705). Fête le 05 Novembre.

Dimanche 05 Novembre 2017 : Fête de Sainte Bertille, Moniale à Jouarre puis Abbesse de Chelles († v. 705).

80062 2 2http://www.peintre-icones.fr/PAGES/CALENDRIER/Novembre/5.html

Née à Soissons, Bertille parvint à convaincre ses parents de lui permettre d'entrer au Couvent de Jouarre, près de Meaux, encouragée par St Ouen.
Là elle fut entraînée à la sainteté à l'école de St Colomban et plus tard fit profession monastique entre les mains de Ste Thelchildes.

Bertille était convaincue qu'elle ne mériterait jamais d'être l'épouse de Jésus-Christ, à moins d'oser Le suivre sur le chemin de l'Humiliation et du renoncement à soi-même.
Par sa parfaite soumission à toutes ses autres Sœurs, elle semblait la servante de toutes. Sa conduite était en tout un modèle d'humilité, d'obéissance, de régularité et de dévotion.

Elle eut la charge de l'infirmerie, fut responsable de l'école conventuelle, et Prieure. Quand Ste Bathilde, l'épouse anglaise de Clovis II, restaura le Couvent de Chelles, elle demanda à l'Abbesse de lui envoyer de ses Sœurs les plus expérimentées et vertueuses.
Ste Bertille fut nommée première Abbesse et elle le gouverna près d'un demi-siècle. Nombre vinrent se placer sous sa direction, en particulier la reine Bathilde, quand Clotaire atteignit sa majorité.

Le Vénérable Bède rapporte que nombre de jeunes filles Anglo-Saxones, dont Ste Hereswitha, épouse du roi Anna des Est Angles, sœur de Ste Hilda et mère des Stes Sexburge, Withburge, et Ethelburge, vinrent aussi se placer à Chelles sous sa gouvernance.

Ainsi, deux saintes reines vinrent se placer sous l'autorité de Bertille pour faire assaut mutuel de soumission, de Charité et d'Humilité.
(Bénédictins, Encyclopaedia, Husenbeth, Walsh).

Sainte bertille 2http://nominis.cef.fr/contenus/saint/9/Sainte-Bertille.html.

Sainte Bertille

Moniale à Jouarre puis Abbesse de Chelles (+ v. 705)

Moniale de Jouarre et première Abbesse de Chelles dans la Brie champenoise, choisie par la sainte reine Bathilde.
Sa sainteté n'a d'autre source que la réalisation, en quarante-cinq ans, de la Vie Monastique dans la fidélité à tout instant et au quotidien à ses engagements Religieux.

Au Monastère de Chelles dans le diocèse de Meaux, vers 705, Sainte Bertille, qui, toute jeune, fut Moniale à Jouarre, puis la première Abbesse du Monastère fondé à Chelles par la reine Sainte Bathilde.
Martyrologe romain.

Saint bertille 2http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171105&id=13584&fd=0

Sainte Bertille
Abbesse
(† v. 705)

Entrée très jeune au Monastère de Jouarre (Seine et Marne), elle fut choisie par Sainte Bathilde pour réorganiser l'Abbaye de Chelles.
Celle-ci connut un essor tel que la veuve du roi d'Est-Anglie, Hereswitha, et Sainte Bathilde vinrent se joindre à la Communauté.

 

Bertille de chelles 45 2

http://nouvl.evangelisation.free.fr/bertille_de_chelles_abbesse.htm.
Sainte Bertille, issue d'une illustre famille du Soissonnais, vint au monde sous le règne de Dagobert Ier, et sa piété lui procura la vraie noblesse des enfants de Dieu.
On la vit dès son enfance préférer l'amour des biens Célestes à celui des créatures. Elle fuyait,autant qu'il lui était possible, les vains amusements du monde, pour ne s'occuper que d'objets sérieux, et surtout de la Prière.

Les douceurs qu'elle goûtait de plus en plus en conversant avec Dieu, lui inspirèrent le dessein de renoncer entièrement au siècle.
Comme elle n'osait s'en ouvrir à ses parents, elle consulta Saint Ouen, qui crut devoir la confirmer dans sa pieuse résolution.
Ils convinrent cependant l'un et l'autre, qu'ils prieraient quelque temps le Père des lumières, afin qu'il daignât manifester plus particulièrement sa volonté.

Le Saint prit cette précaution, parce qu'il savait que rien n'est plus important que le choix d'un état de vie ; qu'il est dangereux de ne pas marcher dans la voie assignée à chaque homme par la Providence ; que l'amour-propre, par ses artifices, ne nous déguise que trop souvent les motifs qui nous font agir, et qu'il n'est pas rare que le démon se transforme en ange de lumière pour nous tromper plus sûrement.

Bertille s'étant assurée que sa vocation venait du Ciel, ne balança plus à découvrir à ses parents ce qui se passait dans son âme.
Ceux-ci, touchés des dispositions de leur fille, lui permirent de suivre les mouvements de la grâce. Ils la conduisirent au Monastère de Jouarre en Brie, qu'avait fondé depuis peu le B. Adon, frère aîné de Saint Ouen, et dans lequel il prit l'habit avec plusieurs jeunes gens de qualité [1].

Sainte Telchilde, qu'on croit avoir été professe de Faremoutiers, gouvernait alors cette maison, dont elle était la première Abbesse.
Elle reçut Bertille avec empressement, et l'instruisit dans les voies de la perfection Religieuse. La jeune novice, qui regardait la solitude comme un port assuré, remerciait sans cesse le Seigneur de ce que, par sa Miséricorde, il l'avait soustraite aux tempêtes de la mer orageuse du monde.

Mais elle pensa qu'elle ne mériterait de devenir l'épouse de Jésus-Christ, qu'autant qu'elle s'efforcerait de le suivre dans la route pénible des humiliations et des renoncements qu'il avait tracés.
Elle se mit donc au-dessous de toutes les Sœurs, ne se jugeant pas digne de vivre parmi elles. La prudence et la vertu prévenant en elle le nombre des années, on lui confia successivement le soin de recevoir les étrangers, de pourvoir au soulagement des malades, et de veiller sur la conduite des enfants qu'on élevait dans le Monastère.

Elle s'acquitta si parfaitement de ces emplois, qu'on l'élut Prieure, pour aider l'Abbesse dans le gouvernement des Religieuses.
Cette place fit briller sa ferveur d'un nouvel éclat. Son exemple animait toutes les Sœurs ; et elles auraient rougi de ne pas pratiquer toutes les observances que pratiquait leur Prieure avec tant de fidélité.

Sainte Bathilde, femme du Roi Clovis II, ayant fait reconstruire l'Abbaye de Chelles, au diocèse de Paris, laquelle avait été fondée par Ssainte Clotilde, pria l'Abbesse de Jouarre de lui envoyer quelques-unes de ses Religieuses qui fussent en état, par leurs vertus et leur expérience, d'établir la régularité dans la nouvelle Communauté.

Bertille fut mise à la tète de la pieuse colonie, et désignée pour être première Abbesse de Chelles, vers l'an 646 [2].
Sa réputation se répandit bientôt au loin. Elle compta parmi ses Religieuses plusieurs princesses étrangères.

De ce nombre fut Héreswith, Reine des Est-Angles. Elle était fille de Héréric, frère ou beau-frère de Saint Edwin, Roi des Northumbres. Elle épousa le pieux Roi Anna, qui consentit qu'elle se séparât de lui pour renoncer au monde. Elle passa en France en 646, et mourut saintement à Chelles, où elle avait pris le voile. Sa Fête est marquée au 20 Septembre dans le martyrologe anglais de Wilson.

Sainte Bathilde, devenue veuve en 655, gouverna le royaume en qualité de régente ; mais à la majorité de Clotaire III, son fils, c'est-à-dire, en 665, elle se retira à Chelles, où elle prit l'habit.
Elle vécut sous la conduite de Sainte Bertille jusqu'en 680, que Le Seigneur récompensa ses vertus par une heureuse mort.

Quelque nombreuse que fût la Communauté de Chelles, et quelque qualifiées que fussent la plupart des Religieuses qui la composaient, la paix n'y était jamais troublée.
Toutes s'efforçaient, par une sainte émulation, de se surpasser les unes les autres en humilité, en douceur, en mortification, en Charité.

Bertille, qui voyait parmi ses filles deux grandes Reines, ne cherchait à se distinguer que par son amour pour la perfection.
Elle montrait par son exemple, qu'on ne sait bien commander que quand on a appris à obéir. Cette heureuse disposition la préservait de l'orgueil et des vices qui en sont la suite ordinaire. Elle gouverna quarante-six ans, toujours avec la même vigueur et la même prudence.

Les infirmités de la vieillesse, loin de diminuer sa ferveur, ne firent que l'augmenter. Elle mourut entre 692 et 705.
Une personne qui a renoncé véritablement au monde, en voit passer la figure devant ses yeux ; elle méprise la frivolité de ses occupations ; elle frissonne à la vue des scènes tragiques qu'il offre si souvent ; elle redoute ses pièges ; elle dédaigne ses promesses flatteuses ; elle se défie de l'amorce de ses plaisirs qui conduisent tant d'âmes à une perte éternelle.

Semblable à un homme qui est tranquille dans le port, elle contemple la fureur de cette mer orageuse, au milieu de laquelle les malheureux Égyptiens périssent après avoir lutté quelque temps contre les vagues qui les engloutissent.
Il n'y a de sauvés du naufrage que ceux dont l'âme prend l'essor, et n'est point retenue par des affections terrestres et désordonnées.
SOURCE : Alban Butler : Vie des Pères, Martyrs et autres principaux Saints… – Traduction : Jean-François Godescard.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 05/11/2017