Ste Rose-Philippine Duchesne, Religieuse de la Société du Sacré Cœur (1769-1852). Fête le 18 Novembre.

Samedi 18 Novembre 2017 : Fête de Sainte Rose-Philippine Duchesne, Religieuse de la Société du Sacré Cœur (1769-1852).

New cathedral duchesneSainte Rose-Philippine Duchesne (mosaïque à la Cathédrale de Saint-Louis, ville de Saint Louis, Missouri).
Téléversé par A. Balet.
(Pour voir en grand format : new-cathedral-duchesne.jpg new-cathedral-duchesne.jpg).

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/9221/Sainte-Rose-Philippine-Duchesne.html.

Sainte Rose-Philippine Duchesne

Religieuse du Sacré-Cœur de Jésus - Missionnaire aux États-Unis (+ 1852)

Originaire de Grenoble dans le Dauphiné, elle entre dans l'Ordre de la Visitation en 1785, mais la Révolution Française disperse sa Congrégation en 1791.
En 1804, elle reprend sa Vie Religieuse dans l'Institut du Sacré-Cœur et à partir de 1818 l'implante aux États-Unis, à la demande de Mgr Dubourg, Évêque de Louisiane de passage en France en 1817 et qui demandait des Religieuses. Éducatrice et Missionnaire au Missouri, c'est là qu'elle rejoint Celui qu'elle a fait découvrir à toute une jeunesse.
Béatifiée par Pie XII le 12 Mai 1940, Canonisée par Saint Jean-Paul II le 3 Juillet 1988.

"Philippine Duchesne est née à Grenoble en 1769 d’une famille implantée à Romans et à Grane. La Révolution - où son père tient une place importante - l’arrache au Couvent de la Visitation.
C’est à Grane qu’elle affermit sa vocation.
En pleine Terreur elle fonde une petite Communauté qui visite les prisonniers et les pauvres.

En 1804 elle entre dans la Société du Sacré-Cœur de Madeleine-Sophie Barat. En 1817 elle part en Mission en Floride et en Louisiane.
Elle fonde une école où enfants noirs, blancs et métis sont éduqués ensemble, en plein Sud esclavagiste. D’autres Fondations suivent. Son tempérament assez fort lui vaut d’être relevée du supériorat.

A 72 ans elle part en Mission chez les Indiens Potowatomies que le gouvernement fédéral vient de déporter. C’était le but de sa vie.
Trop âgée pour apprendre la langue c’est par la Prière qu’elle témoigne.
Les Indiens l’appellent: 'la-femme-qui-Prie-toujours'.

Sa santé donnant des inquiétudes on la rappelle en Louisiane. Elle vivra encore dix ans n’oubliant jamais 'ses' Indiens. Elle meurt le 18 Novembre 1852." (Philippine Duchesne, vierge - diocèse de Valence )
- Sur le site du Vatican:
Rose-Philippine Duchesne (1769-1852) Religieuse, de la Société du Sacré Coeur
- Site des Religieuses du Sacré-Coeur.

À Saint-Charles du Missouri, aux États-Unis d’Amérique, en 1852, Sainte Philippine Duchesne, vierge, Religieuse du Sacré-Cœur de Jésus. Née en France, elle constitua une Communauté Religieuse pendant la Révolution française et passant ensuite en Amérique, y établit beaucoup d’écoles.
Martyrologe romain.

Nous sommes affligés: il y a des milliers de distance
Qui nous empêcheront de placer, une fois de plus,
Nos capes sur son dos.
Elle a appris de nous la manière de les tisser
Et nous, nous avons appris à prier en regardant son visage.
Fais que le soleil brille sur sa tendresse
Et que cette nuit la lune en son plein nous rappelle
Les heures qu'elle a passées devant toi à prier dans cette tente.
Extrait d'un poème que les Indiens Potowamis composèrent pour Philippine Duchesne

Duchesnehttp://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171118&id=13888&fd=0

Sainte Rose-Philippine Duchesne
Religieuse de la Société du Sacré Cœur
(1769-1852)

Photo

Rose-Philippine Duchesne naquit à Grenoble (France) le 29 Août 1769. Baptisée en l'église St Louis elle reçoit comme en présage, les noms de l'apôtre Philippe et de Rose de Lima, première Sainte du Nouveau Continent.
Son éducation commence au Couvent de la Visitation de Ste Marie d'En-Haut ; attirée par la vie Contemplative des Religieuses, elle entre comme novice au Monastère à dix-huit ans.

À l'époque de la Révolution Française la Communauté est dispersée ; et Philippine retourne dans sa famille ; elle se dévoue alors à soulager les prisonniers, les malades et les pauvres. Après le Concordat de 1801, elle tente avec quelques compagnes de faire revivre le Monastère de la Visitation, mais en vain.

En 1804 Philippine apprend la Fondation d'une nouvelle Congrégation : la Société du Sacré-Cœur de Jésus et elle offre son Monastère à la Fondatrice, Madeleine-Sophie Barat ; elle est prête à entrer dans la Congrégation.
Peu après Mère Barat arrive à Ste Marie et accueille Philippine et ses compagnes comme novices dans la Société.

Après sa profession Religieuse, en même temps que son désir de Vie Contemplative, un appel pour les Missions, entendu dès l'adolescence, devient plus pressant.

Dans une lettre à Mère Barat elle confie l'expérience spirituelle qu'elle vient de vivre au cours de la nuit d'Adoration du Jeudi Saint devant l'Eucharistie ; « Toute la nuit j'ai été dans le nouveau continent ... je portais partout mon trésor (le St Sacrement) ... J'avais bien à faire aussi avec tous mes sacrifices à offrir : une mère, des sœurs, des parents, une montagne ... Quand vous me direz « Voici que je vous envoie, je répondrai vite : je pars » ".
Elle attendra encore douze ans.

En 1818 son rêve se réalise : elle part pour répondre à la demande de l'Évêque de la Louisiane qui cherchait une Congrégation éducatrice pour l'aider à annoncer l'Évangile aux Indiens et aux jeunes français de son diocèse.

À St Charles, près de St Louis (Missouri) elle fonde la première maison de la Société hors d'Europe.
Ce n'est qu'une cabane en bois. Là elle rencontre toutes les austérités d'une vie de pionnier : l'extrême froid, la dureté du travail, le manque d'argent.
Elle a aussi beaucoup de difficulté à apprendre l'anglais ; le courrier est lent, les lettres de sa chère France souvent n'arrivent pas ; mais elle s'efforce d'être fidèle en demeurant très unie à la Société en France.

Philippine et ses quatre compagnes Religieuses vont de l'avant. En 1820 elle ouvre la première école gratuite à l'ouest du Mississipi.
Dès 1828 six maisons sont ouvertes qui accueillent les jeunes élèves du Missouri et de la Louisiane. Elle les aime et leur rend bien des services, mais dans son cœur elle aspire toujours à travailler auprès des Indiens.

À soixante-douze ans Philippine est déchargée de toute responsabilité ; une école pour les Potawatomis va s'ouvrir à Sugar Creek dans le Kansas.
Beaucoup de personnes pensent que sa santé est trop délabrée pour qu'elle y parte, mais le Jésuite qui dirige cette Mission insiste :
« Elle doit venir ; elle n'est pas capable de beaucoup de travail mais elle assurera le succès de la Mission par sa Prière. Sa présence attirera toutes sortes de faveurs Divines sur nos travaux ».

Elle reste seulement un an avec les Potawatomis ; cependant son courage n'a pas diminué et ses longues heures de Prière Contemplative amènent les Indiens à la nommer : « La femme qui Prie toujours ».
Mais sa santé ne résiste pas au régime du village.

Dès juillet 1842 elle regagne St Charles bien que son désir pour les Missions soit toujours vivant dans son cœur ;
« J'éprouve le même désir ardent pour la Mission des Rocky montagnes ou tout autre semblable, que j'éprouvais en France pour venir en Amérique... ».
Philippine Duchesne est morte à St Charles le 18 Novembre 1852 à l'âge de 83 ans.

Rose-Philippine Duchesne à été Canonisée, le 3 Juillet 1988, par le Pape Saint Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Philippine mosaic1 e1332354508167Sainte Rose-Philippine Duchesne (détail de la mosaïque à la Cathédrale de Saint-Louis, ville de Saint Louis, Missouri).
Pour un approfondissement biographique
> > > Sainte Rose-Philippine Duchesne

 Rpd by mother nealisPhilippine Duchesne Aboard the 'Rebecca' - undated, oil on panel, 13" x 28",
portrait by Margaret Mary Nealis, R.S.C.J.
location Sacred Heart School in Halifax

http://religieusesdusacrecoeur.com/qui-sommes-nous/un-peu-d-histoire/article/sainte-philippine

Sainte Rose Philippine Duchesne fut la première Missionnaire de la Congrégation des Religieuses du Sacré-Cœur de Jésus.
Elle a su patienter de nombreuses années avant de partir et de rejoindre les Indiens Potowatomis du Nouveau Continent. C'est une femme de Prière, austère et dévouée.

41867 maxi 2duchesne 2

Extrait de lettres de Sophie Barat à Philippine Duchesne :
"Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul ; s'il meurt, il porte beaucoup de fruit." (Jn 12, 24)
"Si donc le Divin Cœur vous destine à l'heureuse vocation des missions lointaines, il vous donnera, je l'espère, un grand cœur pour supporter les travaux" (Lettre de 1856)

"Ce n'est pas sans attendrissement, que je vous trace ces premières lignes, depuis que vous êtes revêtue de la mission presque extraordinaire de conduire un petit troupeau si loin de nous...
Votre exemple d'ailleurs est venu me fortifier ; l'attrait que j'eus autrefois pour cette vocation s'est réveillé et je n'ai pu m'empêcher d'envier votre sort ; pourtant il n'y a guère d'apparence que je puisse jamais le partager.
Hélas ! A quoi serais-je bonne ? ...La persévérance de vos désirs, la facilité avec laquelle ce projet, si difficile en apparence, s'est réalisé quand le moment marqué par la Providence a été arrivé.
Enfin la force que le bon Dieu vous a donnée pour triompher de tous les obstacles, tout me prouve que le Seigneur vous appelait...
Maintenant, entrez de plus en plus dans les desseins de ce Dieu de bonté. Adieu avec le sentiment d'une bien cordiale affection in Corde Jesu."

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 18/11/2017