Saint Denis, Évêque de Paris, et ses deux compagnons Eleuthère, le Prêtre, et Rustique, le Diacre, Martyrs (3ème s.). Fête le 09 Octobre.

Lundi 09 Octobre 2017 : Fête de Saint Denis, Évêque de Paris, et ses deux compagnons Eleuthère, le Prêtre, et Rustique, le Diacre, Martyrs  (3ème s.).

Saintdenis notre dame de parisSaint Denis entre deux anges, ébrasement gauche du portail de la Vierge, façade ouest de Notre Dame de Paris.
Téléversé par Anne97432
(Pour voir en grand format : saintdenis-notre-dame-de-paris.jpg saintdenis-notre-dame-de-paris.jpg).

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1985/Saint-Denis-de-Paris.html.

Saint Denis de Paris

Et ses compagnons, martyrs à Paris (3ème s.)

Denis et ses compagnons, Eleuthère et Rustique, martyrs à Paris.
Le Patron de Paris et de la Seine-St Denis fut le premier Évêque de la capitale de la France. Il meurt martyr vers 250 ou 270 et est enseveli là où s'élève la Basilique de Saint Denis.
C'est tout ce qu'on sait de lui avant le IXe siècle.
Le récit parle également de ses deux compagnons Eleuthère, le Prêtre, et Rustique, le diacre, ainsi que du portement de tête du Saint après sa décapitation depuis Montmartre jusqu'à St Denis.
Les faits sont les suivants: Le nom de Saint Denis apparaît vers 520 dans "la Vie de Sainte Geneviève" qui témoigne de la dévotion de la sainte envers l'Évêque martyr, son père dans la Foi.
Elle obtint du clergé parisien l'érection d'une église sur sa tombe au "vicus Catulliacus" situé à huit kilomètres au nord de la Seine, l'actuelle Basilique Saint Denys, rue Catullienne.
Elle se rendait également et souvent dans une église de la Cité dont il était le titulaire.

Un demi-siècle plus tard, le martyrologe hieronymien mentionne la déposition de Saint Denis et de ses compagnons au 9 octobre et saint Venance Fortunat atteste la diffusion de son culte jusqu'à Bordeaux.
Dans les mêmes années, l'historien Grégoire de Tours raconte que vers 250, le Pape de Rome avait envoyé Denis en Gaule avec six autres Évêques pour y porter l'Évangile.
Celui-ci se fixa à Lutèce où il ne tarda pas à être mis à mort.
On pense en effet qu'il subit le martyre sous la persécution de Dèce (250) ou de Valérien (258).

Près de la Basilique où reposait le premier Évêque de Paris, une Abbaye fut fondée au VIIe siècle et elle devint prestigieuse grâce aux largesses royales depuis Dagobert.
Elle contribua au rayonnement de son saint patron en le dotant d'une merveilleuse légende.
A partir de 835, Hilduin, Abbé du Monastère, se mit en effet à propager en Occident un récit selon lequel Denis de Paris ne ferait qu'un même personnage avec Denys l'Aréopagite, converti par saint Paul.
Ce Denys l'Aréopagite serait lui-même l'auteur des célèbres ouvrages de théologie attribués à Denys le Mystique.
L'obscur et courageux Fondateur de l'Église de Paris devenait, ainsi et pour des siècles, un grand de la sainteté.

Octobre 2012 autour de l’exposition Saint Denis: à en perdre la tête - Conférences gratuites chaque mardi d'octobre à 19h dans la nef de la basilique cathédrale Saint-Denis.
Vers 250, Denys est envoyé par le Pape en Gaule avec six autres Évêques missionnaires. Il s’établit à Paris dont il devient le premier Évêque et y subit le martyre par le glaive. On le représente en général portant sa tête décapitée, signe que la tête du Christ ne peut être séparée de son corps, l'Église... (diocèse de Paris)
Voir aussi Saints parisiens.

Mémoire de Saint Denis, Évêque, et de ses compagnons, martyrs. Selon la tradition, Saint Denis fut envoyé en Gaule avec six autres compagnons par le Pape de Rome vers 250, et, devenu premier Évêque des Parisiens, il subit le martyre avec le Prêtre Rustique et le diacre Éleuthère, sans doute sous la persécution de Valérien, en 258.
Martyrologe romain.

Bedevaart524 1Un Empereur inconnu (Charlemagne?), et Saint Denis entre deux anges, ébrasement gauche du portail de la Vierge, façade ouest de Notre Dame de Paris.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_de_Paris.

Denis de Paris, Dionysius en latin, dénommé dans toute la Chrétienté médiévale saint Denis est le premier Évêque de Paris. La cité se nomme alors Lutèce.

Il est aussi le patron d'un prestigieux monastère homonyme, qui accueille de riches fondations royales à partir du règne de Dagobert, garde depuis ce temps mérovingien les tombes de rois de Francie et de France.

Cette institution monastique devient grâce aux vastes donations et attributions des premiers Carolingiens un des plus riches centres Religieux de l'Occident Chrétien autour de l'an 800.

 

Hilduin, Abbé de Saint-Denis, a puissamment transformé la figure de son saint patron par sa "Passio sancti Dionysii" rédigée entre 835 et 840.

Non content de l'assimiler à Denis l'Aréopagite, moine promoteur intellectuel du mysticisme chrétien, il accroît son prestige miraculeux en admettant les légendes de céphalophorie lumineuse.

Personnage légendaire venu d'Italie peu avant 250 après J.-C., il est chargé par l'illustration médiévale avec six compagnons d'évangéliser le territoire du Royaume de France, dénommé les Gaules.

Dans les premières légendes, Denis, oncle de Pancrace, Évêque de Rome devenu Saint Pancrace a pris la place médiévale d'apôtre des Gaules.

Saint Denis fonde au cours de son apostolat plusieurs églises en France, avant d'être martyrisé avec Rustique et Éleuthère, deux de ses compagnons, vers 250 à Montmartre (mons Martyrum). Des versions tardives proposent une persécution sous Valérien en 258, sur l'île de la Cité.

On fête la Saint Denis le 9 octobre.

Hagiographie, histoire et archéologie

Patron de Paris et de la Seine-Saint-Denis, il est le premier Évêque de Paris, capitale de la France.

L'hagiographie le fait mourir en martyr entre 250 et 272, puis ensevelir à Catulliacus, là où s'élève la basilique Saint-Denis.

Le nom de Saint Denis, lié à un mausolée du Bas-Empire, apparaît vers 520 dans la littérature avec la Vie de Sainte Geneviève.

La sainte femme témoigne de sa dévotion envers l'Évêque martyr, son modeste père dans la Foi. Elle obtient du clergé parisien l'érection d'une église sur sa tombe au "vicus Catulliacus" situé à huit kilomètres au nord de la Seine, à l'emplacement de l'actuelle Basilique Saint-Denis, rue Catullienne. Elle se rendait également et souvent dans une église de la Cité dont il était le titulaire.

Un demi-siècle plus tard, le martyrologe hiéronymien mentionne la déposition de Saint Denis et de ses compagnons au 9 octobre. Le poète et écrivain latin saint Venance Fortunat atteste la diffusion de son culte jusqu'à Bordeaux.

Dans les mêmes années, l'historien Grégoire de Tours raconte que vers 250, le Pape de Rome avait envoyé Denis en Gaule avec six autres Évêques pour y porter l'Évangile.

Celui-ci se fixa à Lutèce où il ne tarda pas à être mis à mort. On pense en effet qu'il subit le martyre sous la persécution de Dèce (250) ou plus tardivement.

Près du lieu-mausolée où reposaient après 320 les restes du premier Évêque de Paris, s'installe une église entourée de tombes aristocratiques.

Une Abbaye est fondée au VIIe siècle et ce centre doté d'une Basilique devient vite prestigieux grâce aux largesses royales à partir de Dagobert, qui choisit d’agrandir le sanctuaire et d'y être inhumé.

L'Abbaye, institution Religieuse royale et centre administratif de regnum francorum, ayant en charge une constellation d'églises, contribue au rayonnement de son saint patron en le dotant d'une merveilleuse légende.

D'après les vies de Saint Denis, écrites à l'époque carolingienne et faisant suite à l'invention de l'Abbé de Saint-Denis, Hilduin, Denis décapité aurait marché vers le nord pendant six kilomètres, sa tête sous le bras, traversant Montmartre par le chemin qui sera nommé rue des Martyrs.

À la fin de son trajet, il donna sa tête à une femme pieuse originaire de la noblesse romaine et nommée Catulla, puis s'écroula.

On l'ensevelit à cet endroit précis et on y édifia une basilique en son honneur. La ville s'appelle aujourd'hui Saint-Denis.

Le récit parle également de ses deux compagnons Éleuthère, le Prêtre, et Rustique, le Diacre, ainsi que du portement de tête du Saint après sa décapitation depuis Montmartre jusqu'à Saint-Denis.

La tradition a peu à peu fait croître la renommée de Saint Denis qui a ensuite été confondu avec Denys l'Aréopagite (Évêque d'Athènes) et Denis le Mystique.

Cette tradition remonte aussi à l'Abbé Hilduin. Mais prestige aidant, elle a été maintenue par les Abbés successeurs, convaincus de la bonne foi de leurs prédécesseurs.

L'Abbé Suger au XIIe siècle aurait fait même fabriquer des faux, pour des raisons politiques, pour imposer l'idée que Saint Denis ait pu assister aux sermons de saint Paul.

Le moiturier circle saint denisEntourage d'Antoine Le Moiturier : Saint Denis, 1460/1470.
Téléversé par Anagoria
(Pour voir en grand format : le-moiturier-circle-saint-denis.jpg le-moiturier-circle-saint-denis.jpg).               

http://www.religion-orthodoxe.eu/article-saint-denis-premier-eveque-de-paris-et-de-ses-compagnons-rustique-et-eleuthere1-57990950.html

Le 9 Octobre, mémoire de Saint DENIS, premier Evêque de Paris, et de ses compagnons RUSTIQUE et ELEUTHÈRE1

Selon la tradition rapportée par Saint Grégoire de Tours, Saint Denis était un des sept Evêques envoyés par le Pape de Rome en Gaule sous le règne de Dèce (vers 250), afin d'y poursuivre l'évangélisation qui n'avait été jusque là que partielle.

Saint Gatien fut envoyé comme Evêque de Tours (cf. 18 Décembre), Saint Trophime, à Arles (29 Décembre); Saint Paul, à Narbonne (22 Mars); Saint Saturnin, à Toulouse (29 Novembre); Saint Austremoine, à Arvernes (1er Novembre); Saint Martial, à Limoges (30 Juin); et Saint Denis, dans la petite ville de Lutèce (Paris).

Cette ville était la plus éloignée et était située dans une région où régnait les plus grossiers cultes païens.

Partout sur son chemin, Saint Denis, assisté de ses compagnons Rustique et Eleuthère, manifestait la vérité de la Foi chrétienne par d'éclatants miracles, convertissait les païens et les persuadait de renverser leurs idoles et leur temples.

Parvenu à Lutèce, il s'installa un peu en dehors de la ville, dans une demeure cédée par un noble converti, afin que les Chrétiens puissent s'y réunir en secret (Montmorency).

Mais lors du passage en Gaule de l'empereur romain, les lois ordonnant la persécution des disciples du Christ furent mises violemment en vigueur, et les fidèles furent partout pourchassés, maltraités et mis à mort dans d'horribles tortures.

Denis, malgré son grand âge et sans crainte du danger, allait visiter les condamnés pour les encourager à maintenir fermement la confession de la Foi.

Dénoncé, il fut capturé avec ses deux disciples Rustique et Eleuthère, et fut soumis à de violentes tortures.

Attaché à une croix, il prêcha à la foule le grand mystère de la Passion du Christ et du Salut du monde.

De retour dans son cachot, le Saint Evêque Célébra une dernière fois les Saints Mystères devant ses compagnons de supplice, au milieu d'une Divine lumière.

Denis eut enfin la tête tranchée avec un grand nombre d'autres Martyrs sur la colline appelée aujourd'hui Montmartre.

Comme on l'a rapporté plus haut (3 Octobre), après son exécution, il resta debout, prit sa tête entre ses mains et parcourut ainsi plusieurs kilomètres, jusqu'au lieu qui devint plus tard la basilique (puis la ville) de Saint-Denis.

C'est dans la crypte de cette église que les rois de France se firent enterrer jusqu'à la Révolution.
1. Nous laissons ouverte la question de savoir si le premier Evêque de Paris est le Denys commémoré en ce jour par la tradition occidentale ou Saint Denys l'Aréopagite, qui serait venu de Grèce au premier siècle (voir plus haut, le 3 Octobre). Historiquement, il semble plus juste de distinguer les deux personnages.

Basilique saint denis portail nord tympan 11La décollation des trois Saints Denis, Rustique et Éleuthère, au tympan du portail nord de la basilique Saint-Denis (France).
Téléversé par Myrabella

http://www.peintre-icones.fr/PAGES/CALENDRIER/Octobre/9.html.

Le Patron de Paris et de la Seine-Saint-Denis fut le premier évêque de la capitale de la France. Il meurt martyr vers 250 ou 270 et est enseveli là où s'élève la Basilique de Saint Denis.

C'est tout ce qu'on sait de lui avant le 9ème siècle.

Le récit parle également de ses deux compagnons Eleuthère, le Prêtre, et Rustique, le Diacre, ainsi que du portement de tête du saint après sa décapitation depuis Montmartre jusqu'à St Denis.

Les faits sont les suivants : Le nom de Saint Denis apparaît vers 520 dans "la Vie de Sainte Geneviève" qui témoigne de la dévotion de la sainte envers l'Évêque martyr, son père dans la Foi.

Elle obtint du clergé parisien l'érection d'une église sur sa tombe au "vicus Catulliacus" situé à huit kilomètres au nord de la Seine, l'actuelle basilique Saint Denys, rue Catullienne.

Elle se rendait également et souvent dans une église de la Cité dont il était le titulaire. Un demi-siècle plus tard, le martyrologe hieronymien mentionne la déposition de Saint Denis et de ses compagnons au 9 octobre et Saint Venance Fortunat atteste la diffusion de son culte jusqu'à Bordeaux.

Dans les mêmes années, l'historien Grégoire de Tours raconte que vers 250, le Pape de Rome avait envoyé Denis en Gaule avec six autres Évêques pour y porter l'Évangile. Celui-ci se fixa à Lutèce où il ne tarda pas à être mis à mort.
On pense en effet qu'il subit le martyre sous la persécution de Dèce (250) ou de Dioclétien (258).

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 09/10/2017