Saint Quentin, martyr (IIIe s.). Fête le 31 Octobre.

Mardi 31 Octobre 2017 : Fête de Saint Quentin, martyr (IIIe s.).

Jacopo pontormo 043

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/2110/Saint-Quentin.html.

Saint Quentin

Martyr dans le Vermandois (3ème s.)

Il était romain, cinquième enfant, si l'on en croit son nom, ce qui était rare dans le Bas-Empire. Il partit pour la Gaule avec saint Lucien de Beauvais et plusieurs compagnons pour évangéliser cette région du Beauvaisis et de la Picardie.

Selon les 'Actes' de sa vie, son succès provoqua la colère du préfet romain Rictiovare  qui l'arrêta à Soissons, lui fit subir interrogatoires et supplices, le fit enfin décapiter, le 31 octobre. Sur le lieu de son martyre, s'éleva une ville qui prendra son nom: Saint-Quentin

Quentin est le fils d'un sénateur romain, (cinquième enfant, si l'on en croit son nom) serait venu en Gaule avec Saint Lucien, futur Évêque de Beauvais, en mission d'évangélisation. Établi à Amiens il est décapité à Augusta Veromandum, capitale du Vermandois, qui deviendra Saint-Quentin.
Il est fêté le 31 Octobre. (source: Saints du Pas de Calais - diocèse d'Arras)

Saint Quentin fut un de ces jeunes Romains qui, comme saint Crépin et saint Crépinien, vinrent prêcher l’Évangile dans les Gaules et y communiquer le trésor de la foi qu’ils avaient reçu... (diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin)

Dans le Vermandois, en Gaule Belgique, vers la fin du IIIe siècle, Saint Quentin, martyr, qui était de l’Ordre Sacerdotal et fut mis à mort pour Le Christ sous l’empereur Maximien.
Martyrologe romain

La parole est vivante lorsque ce sont les actions qui parlent. Je vous en prie, que les paroles se taisent et que les actions parlent.
Saint Antoine de Padoue.

Martyre de saint quentinhttp://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171031&id=7665&fd=0

Saint Quentin
Martyr
(† IIIe siècle)

Saint Quentin fut un de ces jeunes Romains qui, comme Saint Crépin et Saint Crépinien, vinrent prêcher l'Évangile dans les Gaules et y communiquer le trésor de la Foi qu'ils avaient reçu.

Amiens fut le centre de son apostolat. Les miracles confirmaient son enseignement ; il traçait le signe de la Croix sur les yeux des aveugles, et ils voyaient ; il faisait parler les muets, entendre les sourds, marcher les paralytiques.

Ces éclatants prodiges excitaient l'admiration des uns et la haine des autres. Quentin fut bientôt dénoncé à Rictiovarus, gouverneur romain, et il comparut devant lui :

« Comment t'appelles-tu ? lui demande Rictiovarus. - Je m'appelle Chrétien. Mon père est sénateur de Rome ; j'ai reçu le nom de Quentin. - Quoi ! un homme de pareille noblesse est descendu à de si misérables superstitions !

- La vraie noblesse, c'est de servir Dieu ; la religion Chrétienne n'est pas une superstition, elle nous élève au Bonheur parfait par la connaissance de Dieu le Père tout-puissant et de son Fils, engendré avant tous les siècles.

- Quitte ces folies et sacrifie aux dieux. - Jamais. Tes dieux sont des démons ; la vraie folie, c'est de les adorer.

 - Sacrifie, ou je te tourmenterai jusqu'à la mort. - Je ne crains rien ; tu as tout pouvoir sur mon corps, mais Le Christ sauvera mon âme. »

Cette si généreuse confession est suivie de cruels supplices ; mais Dieu soutient son martyr, et l'on entend une voix Céleste, disant : « Quentin, persévère jusqu'à la fin, je serai toujours auprès de toi. »

En même temps, ses bourreaux tombent à la renverse. Jeté dans un sombre cachot, Quentin en est deux fois délivré par un Ange, va prêcher au milieu de la ville, et Baptise six cents personnes.

Après de nouveaux et plus cruels supplices, Quentin eut la tête tranchée à Vermand, ville qui prendra son nom : Saint Quentin. Les assistants virent son âme s'envoler au Ciel sous la forme d'une blanche colombe.

295763957 92fcdd0794 2Reliques de Saint Quentin dans la Basilique de Saint-Quentin (Aisne).

http://missel.free.fr/Sanctoral/10/31.php.

Sa vie

Quentin, dit-on, naquit à Rome d’un père idolâtre, Zénon, qui était sénateur de l’Empire. Converti au Christianisme, Quentin aurait été Baptisé par le Pape Marcellin qui l’aurait envoyé prêcher dans les Gaules en compagnie de Lucius, Crépin, Crépinien, Rufin, Valère, Marcel, Eugène, Victoric, Fuscien, Rieul et Piat.

Arrivés à Amiens, les douze Missionnaires se seraient partagé, par la voie du sort, les pays qu’ils devaient évangéliser : Quentin resta à Samarobriva (Amiens) et Lucius partit pour Beauvais.

Menant une vie de Pénitence, la mission de Quentin, ourlée de nombreux miracles opérés par un simple signe de Croix, fut si fructueuse que Rictiovare, représentant dans les Gaules de Maximien Hercule que Dioclétien avait associé à l’Empire, en fut averti, alors qu’il était à Bâle.

Rictiovare avait tant immolé de Chrétiens à Trèves, sa résidence habituelle, que les flots de la Moselle s’étaient rougis de sang.

Accouru à Amiens, Rictiovare fit arrêter Quentin qui, enchaîné, fut enfermé dans une maison de la ville. Le lendemain, Quentin comparut devant Rictiovare :

- Quel est ton nom ?

- Je porte le nom de Chrétien parce que, en effet, je le suis, croyant de cœur en Jésus-Christ et le confessant de bouche. Toutefois mon nom propre est Quentin.

- Et quelle est ta famille, ta condition ?

- Je suis citoyen romain et fils du sénateur Zénon.

- Comment se fait-il donc que, étant d’une si haute noblesse et fils d’un père si distingué, tu te sois livré à une religion si superstitieuse et que tu adores un malheureux que des hommes ont crucifié ?

- C’est que la souveraine noblesse est d’Adorer le Créateur du Ciel et de la Terre, et d’obéir de tout cœur à ses Divins Commandements.

- O Quentin, laisse-là cette folie qui t’aveugle et viens sacrifier aux dieux !

- Non, jamais je ne sacrifierai à vos dieux qui, en vérité, ne sont que des démons. Cette folie dont tu me dis aveuglé, ce n’est pas une folie, mais, au contraire, et je ne crains pas de le proclamer hautement, c’est une souveraine sagesse. Car quoi de plus sage que de reconnaître le Dieu unique et seul véritable, et de rejeter avec dédain des simulacres muets, faux et mensongers ? Oui, et ceux-là, assurément, sont des insensés qui leur sacrifient pour t’obéir.

- Si tu n’approches à l’instant et ne sacrifies à nos dieux, j’en jure par ces mêmes dieux et par les déesses, je te ferai torturer de toutes manières jusqu’à ce que tu en meures.

- Non, non, seigneur président, sache-le bien, ce que tu m’ordonnes je ne le ferai jamais, et tes menaces, je ne les crains nullement. Fais au plus tôt ce qui te plaira. Tout ce que Dieu te permettra de m’infliger, je suis prêt à le subir. Oui, par la permission de mon Dieu, tu peux soumettre ce corps à diverses tortures et à la mort même, mais mon âme demeure au pouvoir de Dieu seul, de qui je l’ai reçue.

Rictiovare ordonne à quatre soldats d’étendre Quentin sur un chevalet et de l’y déchirer à coups de fouets.

Quentin, pendant cette effroyable torture dit : Seigneur, Mon Dieu, je vous rends grâces de ce qu’il m’est donné de souffrir pour le Saint Nom de Votre Fils, Jésus-Christ, Mon Sauveur. En ce moment donc, ô Mon Dieu, donnez-moi la force et le courage dont j’ai besoin.

Tendez-moi une main secourable, afin que je puisse demeurer supérieur à tous les traits de mes ennemis et triompher de leur cruel préfet Rictiovare ; et cela pour l’honneur et la gloire de votre Nom lequel est à jamais Béni dans les siècles des siècles.

Du Ciel, une voix lui répond : Courage et constance, Quentin ! Je suis Moi-même avec toi. Les bourreaux sont renversés et, sans pouvoir se relever, souffrent d’atroces douleurs au point de crier au préfet : Seigneur Rictiovare, prends pitié de nous ; nous sommes en proie à de cruelles souffrances ; des feux secrets nous dévorent ; impossible de nous tenir debout ; à peine pouvons-nous parler.

Au comble de la fureur, Rictiovare commande : J’en jure par les dieux et par les déesses, puisque de Quentin est un magicien et que ses maléfices ont ici le dessus, qu’on le jette à l’instant loin de ma présence et qu’on l’enferme dans le plus noir cachot où il ne puisse absolument ni voir le jour ni recevoir la visite d’aucun Chrétien.

La nuit suivante, alors que Quentin est dans le noir cachot, un ange lui apparaît et lui dit : Quentin, serviteur de Dieu, lève-toi et vas sans crainte au milieu de la ville ; console et fortifie ses habitants dans la Foi en Notre-Seigneur Jésus-Christ, afin qu’ils croient en Lui et qu’ils se purifient par le saint Baptême : car voici bientôt pour eux le jour de la délivrance ; les ennemis du nom de Chrétien seront prochainement confondus, ainsi que leur préfet, l’impie Rictiovare.

Les gardiens étant frappé d’un profond sommeil, l’ange le conduit hors de la prison, jusque sur la place de la ville où Quentin prêche et convertit six cents personnes. Les gardes, réveillés, rejoignent la place et s’y convertissent aussi puis, revenant chez Rictiovare pour témoigner de leur Foi.

Rictiovare fait reprendre Quentin mais, comme malgré d’horribles tortures, il n’arrive ni à le faire abjurer, ni à le faire mourir, il décide de l’envoyer à Rome.

Parvenus à Augusta Veromanduorum (aujourd’hui Saint-Quentin), les soldats reçoivent l’ordre d’y attendre Rictiovare qui, le lendemain, 31 octobre 303, fait reprendre les tortures au bout desquelles, de guerre lasse, il ordonne qu’on décapite Quentin.

Alors que la tête de Quentin tombe, on entend une voix crier : Quentin, mon serviteur, viens et reçois la couronne que je t’ai préparée. Voici les chœurs des anges qui viennent te faire cortège pour te conduire triomphant dans la Jérusalem Céleste.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 30/10/2017