Saint André Kim et ses compagnons, Martyrs de Corée (1839-1867). Fête le 20 Septembre.

Jeudi 20 Septembre 2018 : Fête de Saint André Kim Taegon, Saint Paul Chong Hasang et leurs 101 compagnons, Martyrs de Corée (1839-1867).

Martyrs de coree 11

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20160920&id=13783&fd=0

Saints André Kim
et ses compagnons
Martyrs de Corée
(1839-1867)

Durant les quatre vagues de persécutions qui se succédèrent en Corée de 1839 à 1867, Saint André Kim fut le premier Prêtre coréen martyrisé pour sa Foi.
Né en 1821, il mourut en Corée en 1846, à l'âge de 25 ans, après d'horribles tortures à l'exemple de son père, Saint Ignace Kim, qui l'avait précédé dans le martyre, décapité lui aussi, neuf ans plus tôt.

Durant les années qui suivirent, 10.000 Chrétiens allaient donner leur vie en témoignage.

En 1984, à Séoul, Jean-Paul II a Canonisé Saint André Kim, avec 102 Prêtres et laïcs morts lors de ces persécutions de 1839-1846 et 1866-1867. Parmi eux, des enfants, 3 Évêques et 7 Prêtres français des Missions étrangères de Paris (rue du Bac).

Le groupe des martyrs est composé de :

- Trois Évêques français :
Laurent IMBERT,
Siméon BERNEUX,
Antoine DAVELUY

- Sept Prêtres Missionnaires français :
Pierre MAUBANT
Jacques CHASTAN
Just Ranfer de BRETENNIERES
Pierre Henri DORIE
Louis BEAULIEU
Martin Luc HUIN
Pierre AUMAITRE

- André KIM TAEGON, premier Prêtre coréen

- 92 laïcs, dont Paul CHONG HASANG, un des chefs de la communauté Chrétienne.

Ils furent tous martyrisés en 1839, 1846 ou 1866.

Ils ont été Béatifiés ainsi :

- 79 Béatifiés le 5.7.1925 par Pie XI : 70 martyrs de 1839-1841 et 9 martyrs de 1846.
- 24 Béatifiés le 6.10.1968 par Paul VI : martyrs en 1866.
-24.05.1839 : Agathe Yi So-sa
24.05.1839 : Anne Pak A-gi
24.05.1839 : Augustin Yi Kwang-hon
24.05.1839 : Barbara Han A-gi
24.05.1839 : Damien Nam Myong-hyog
24.05.1839 : Lucie Park Hui-sun
24.05.1839 : Madeleine Kim O-bi
24.05.1839 : Pierre Kwon Tu-gin
26.05.1839 : Joseph Chang Song-jib
27.05.1839 : Barbara Kim
27.05.1839 : Barbara Yi
01.07.1839 : Sébastien Nam I-gwan

Andrek10 2

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Kim_Taegon.

André Kim Taegon (1821 - 1846) est le premier prêtre coréen, martyr durant les persécutions coréennes de 1839 à 1867.

Biographie

Kim Taegon (ou Tae-gon) est d'une famille de yangban ; son père Ignace Kim Che-jun (saint Ignace Kim) et sa mère se sont convertis au christianisme, son père est martyrisé en 1839 et sera Canonisé en 1984, en même temps que son fils.

Kim Taegon reçoit le baptême à 15 ans et prend André comme nom de Baptême.

André étudie ensuite au séminaire de Macao, alors colonie portugaise. Au bout de neuf ans, il est ordonné Prêtre en 1845 par l'évêque français Jean Joseph Ferréol.

Il retourne en Corée pour prêcher et évangéliser. Sous la dynastie Joseon, beaucoup de chrétiens sont persécutés et exécutés pour leur Foi.

Torturé et décapité en 1846, à l'âge de 25 ans, il est le plus éminent des Martyrs de Corée, qui sont appelés « saint André Kim et ses compagnons », canonisés le 6 mai 1984 par le Pape Jean Paul II. Ils sont Fêtés le 20 septembre.

Martyrs de coree 2

http://missel.free.fr/Sanctoral/09/20.php

Saints Laurent Imbert, André Kim, Paul Chong et leurs compagnons martyrs en Corée.

Biographie

Le christianisme entra dans le royaume de Corée, en 1784, par deux intellectuels, Yi Seung-Hun et Yi Byok.

Yi Byok, considéré comme le premier fondateur de l'Eglise coréenne, naquit en 1754, au sein d’une noble famille qui s'était illustrée dans la carrière militaire : son grand-père, son père, ses deux frères furent tous généraux.

Yi Byok qui était plutôt porté sur l'étude, avait eu l'occasion de lire certains livres chrétiens apportés de Chine par les ambassades qui se rendaient chaque année à Pékin.

En janvier 1780, il apprit qu'un petit groupe de lettrés avait organisé une réunion d'études dans le temple bouddhique de Chon Jin Am, au milieu des montagnes.

Il décida de s'y rendre. Parti de Séoul, il fit à pied quelque soixante kilomètres, en plein hiver et sur des chemins couverts de neige, pour arriver en pleine nuit au lieu de la réunion.

Avec les lettrés, à la lumière des bougies, il discuta sur les livres classiques du confucianisme et pendant plus de dix jours, ils comparèrent les doctrines contenues dans les livres bouddhiques, confucéens et taoïstes avec les vérités chrétiennes, telles qu'elles étaient exposées, en particulier, dans le célèbre livre du jésuite Matteo Ricci à Pékin : « Le Discours véridique sur Dieu. »

Ils décidèrent d'adopter la Foi Chrétienne et d'en vivre de suite. Matin et soir, ils se prosternaient pour la Prière.

Ayant lu que tous les sept jours on doit en consacrer un au culte de Dieu, ils décrétèrent Jour du Seigneur les 7é, 14e, 21e et 28e jours du mois lunaire, le seul qu'ils connaissaient à cette époque.

Revenu chez lui, Yi Byok répandit la doctrine dans son entourage. Mais il se rendait bien compte que sa connaissance du christianisme était insuffisante.

En 1783, à l'occasion d'une ambassade, il envoya son ami Yi Seung-Hun à l'Église de Pékin pour s'informer et rapporter des livres.

Arrivé à Pékin, Yi Seung-Hun se rendit à l'église du Nord (Beitang) où il fut reçu par le P. de Grammont qui l'instruisit et le Baptisa sous le nom de Pierre.

Revenu en Corée, Yi Seung-Hun à son tour baptisa Yi Byok et quelques amis que ce dernier avait déjà convaincus.

Puis la religion commença à se répandre dans les provinces. Dès 1785, les lettrés confucéens voyant bien que cette nouvelle doctrine bouleversait leurs traditions, possèrent à sa proscription.

La police arrêta un des chrétiens, Kim Beom-Woo, propriétaire d'un terrain sur lequel se trouve maintenant la cathédrale Myong Dong de Séoul.

Kim Beom-Woo fut torturé et banni, mourut des suites de ses blessures. Quant à Yi Byok, il fut emprisonné chez lui par sa propre famille.

Il subit une énorme pression, et même un chantage au suicide de la part de son père, un homme emporté, qui se passa une corde au cou et menaça de se donner la mort sur-le-champ si son fils persistait dans son dessein.

Mais Yi Byok témoigna de sa Foi par le jeûne, la méditation continuelle de jour et de nuit. Apres quinze jours de privations, il mourut saintement en 1786, dans sa trente-deuxième année.

La première persécution d’envergure fut décrétée en 1791. Une lettre de l'évêque de Pékin avait interdit le culte des ancêtres comme contraire à la doctrine catholique.

Bien qu'il leur en coûtât beaucoup, les nouveaux convertis refusèrent donc le culte des ancêtres, et un certain nombre d'entre eux moururent martyrs.

En 1794, un Prêtre chinois, Jacques Chu, qui réussit à pénétrer dans le pays des matins calmes, ne trouva pas moins de quatre mille chrétiens dont le nombre augmenta si vite qu’une nouvelle persécution fût décrétée en 1801 où il fut exécuté avec trois cents de ses coreligionnaires.

D’autres persécutions sévirent en 1815 et en 1827, mais, lorsqu’en 1837, débarqua, le premier vicaire apostolique, Laurent Imbert il trouva six mille chrétiens sous la direction du Père Pierre-Philibert Maubant et du Père Jacques-Honoré Chastan, arrivés secrètement en 1836.

 

Mgr. Laurent-Joseph-Marius Imbert, né à Marignane en 1796, d’une pauvre famille de Calas (commune de Cabriès) était entré au séminaire des Missions Etrangères de Paris (1818), il est ordonné Prêtre le 18 décembre 1819, et envoyé en Chine (1820).

Nommé vicaire apostolique de Corée et fait Évêque in partibus de Capsa en Byzacène (Tunisie), il fut sacré au Seu-Tchouen et pénétra en Corée (1837).

Au bout de trois mois d’études, il sut assez de coréen pour prêcher et confesser, si bien qu’il donna trois cents absolutions à Pâques 1838 et augmenta la communauté Chrétienne qui, en janvier 1839 comptait neuf mille fidèles, malgré la proscription.

Je ne demeure que deux jours dans chaque mission où je réunis les Chrétiens, et avant que le jour paraisse, je passe dans une autre maison.

Je souffre beaucoup de la faim, car, après s’être levé à deux heures et demie, attendre jusqu’à midi un mauvais et faible dîner d’une nourriture peu substantielle, sous un climat froid et sec, n’est pas chose facile.

Après le dîner, je prends un peu de repos, puis je fais la classe de théologie à mes grands écoliers ; ensuite, j’entends quelques Confessions jusqu’à la nuit.

Je me couche à neuf heures, sur la terre couverte d’une natte et d’un tapis de laine de Tartarie ; en Corée, il n’y a ni lits, ni matelats.

J’ai toujours, avec un corps faible et maladif, mené une vie laborieuse et fort occupée ; mais ici, je pense être parvenu au superlatif et au nec plus ultra du travail.

Vous pensez bien qu’avec une vie si pénible nous ne craignons guère le coup de sabre qui doit la terminer.

Trahi, il fut pris le 11 Août 1839 et, pour qu’on n’inquiétât pas les fidèles, il invita ses deux confrères à se livrer.

Ayant refusé de dénoncer les fidèles, ils furent questionnés et bastonnés pendant deux jours (15 et 16 Septembre) à Sai-nam-hte, près de Séoul.

Le 21 Septembre, les bourreaux les dénudèrent jusqu’à la ceinture, leur enfoncèrent des flèches à travers les oreilles et leur aspergèrent le visage avant de les saupoudrer de chaux ; exposés au pilori, à genoux, ils furent achevés à coups de sabre.

 

André Kim, le premier Prêtre coréen, ordonné à Shanghaï en 1845 fut décapité en Corée le 16 Septembre 1846.

La quatrième et dernière grande persécution, la plus terrible, eut lieu en 1866. De nombreux Prêtres et fidèles, coréens et français, furent martyrisés.

On évalue à huit mille le nombre des victimes, sans compter tous ceux qui, exilés, moururent de misère ou de froid dans les montagnes.

Le Régent de Corée, en 1866, fit élever une stèle monumentale dans laquelle il fit graver en caractères chinois : « La secte perverse des Chrétiens est anéantie. »

Le 12 Juin 1881 enfin, un édit royal annonça la fin de la persécution et la tolérance pour la religion Chrétienne.

Pie XI Béatifia ces quatre ecclésiastiques, avec soixante-quinze fidèles, le 5 Juillet 1925 ; Jean-Paul II, le 6 Mai 1984, Canonisa cent-trois martyrs de Corée, exécutés entre 1839 et 1867 dont, en plus de ceux qui sont cités plus haut, l’évêque Siméon Berneux, exécuté le 8 Mars 1866, avec les Pères Just Ranfer de Bretenières, Louis Beaulieu et Henri Dorie, et l’évêque Antoine Daveluy, exécuté le 30 Mars 1866, avec les Pères Pierre Aumaître et Luc-Martin Huin (8 Mars 1866).

Standrewkimstpaulchongkoreanmartyrs 11 2Saint Andrew Kim Taegon et Saint Paul Chong Hasang

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/letters/2007/documents/hf_ben-xvi_let_20070215_pres-korea_fr.html.

LETTRE DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. M. ROH MOO-HYUN
PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE CORÉE*

A Son Excellence
M. Roh Moo-hyun
Président de la République de Corée

Je suis heureux d'accueillir Votre Excellence au Vatican, et je vous remercie de votre visite, qui contribue à renforcer les bonnes relations qui existent entre votre pays et le Saint-Siège. Votre présence ici constitue également un signe manifeste de votre estime pour l'Eglise catholique. Je vous prie de transmettre mes salutations affectueuses au peuple de Corée, et de l'assurer de mes prières pour la paix et la stabilité de la péninsule coréenne et de toute la région.

Depuis plus de cinquante ans, le peuple coréen souffre des conséquences de la division. Les familles ont été divisées, des parents proches ont été séparés. Je vous prie de les assurer de ma proximité spirituelle dans leurs souffrances. Au nom de la compassion, je prie pour une solution rapide au problème qui empêche de si nombreuses personnes de communiquer entre elles.

Malheureusement, le monde moderne est caractérisé par un nombre croissant de menaces à la dignité et à la vie humaines. Je désire donc louer tous ceux qui, dans votre pays, œuvrent pour promouvoir et défendre la sainteté de la vie, le mariage et la famille, des domaines dans lesquels, comme vous le savez, l'Eglise catholique qui est en Corée est particulièrement active. Le risque d'une course à l'armement nucléaire dans la région est une source supplémentaire de préoccupation, pleinement partagée par le Saint-Siège. J'exhorte toutes les parties concernées à accomplir tous les efforts possibles pour résoudre les tensions actuelles, à travers des instruments pacifiques, et à ne pas avoir recours à des actions ou des initiatives qui pourraient mettre en danger les négociations, tout en assurant que la partie la plus vulnérable de la population de la Corée du Nord puisse avoir accès à l'aide humanitaire.

Monsieur le Président, votre pays a connu récemment une extraordinaire croissance économique, ce dont je rends grâce à Dieu. Dans le même temps, je suis conscient que tous les citoyens ne sont pas encore en mesure de bénéficier pleinement de cette prospérité accrue. J'exhorte donc votre gouvernement à œuvrer en collaboration avec tous ceux qui s'efforcent de promouvoir le bien commun et la justice sociale.

Pendant ce temps, j'invoque Saint André  Kim  Taegon  et  les martyrs coréens,  afin  qu'ils  protègent les citoyens de votre bien-aimée nation, et je vous assure de mes prières et de mes meilleurs vœux pour tout le peuple de Corée.

Du Vatican, le 15 Février 2007

Commentaires (1)

1. CIZA egide 25/07/2018

J aimerai savoir la signification du mot KIm dans la foi chretienne catholique.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/09/2018