Rosario Livatino, Juge anti-mafia italien, assassiné. Fête le 21 Septembre.

Vendredi 21 Septembre 2018 : Anniversaire de l’assassinat de Rosario Livatino, Juge anti-mafia italien (1952-1990).

20140407015540 giudice rosario livatino 2

http://www.peintre-icones.fr/PAGES/CALENDRIER/Septembre/21.html

Rosario Livatino (1952-1990)

Ce jeune magistrat, né à Canicatti (Agrigente), est resté un inconnu jusqu’au 21 Septembre 1990 jour où il fut assassiné pendant le trajet qu’il faisait chaque jour, sans escorte, pour se rendre au tribunal d’Agrigente, par quatre sicaires appartenant à l'organisation mafieuse "Cosa Nostra".

Il allait avoir 38 ans. Une vie caractérisée par une sérieuse préparation du point de vue juridique et imprégnée d’une forte charge spirituelle.

Livatino était un jeune magistrat qui, avant d’émettre un jugement, se retirait à l’écart pour prier afin de ne pas se tromper.

Sa Foi lui avait été transmise par ses parents. Après avoir été un excellent lycéen, il suivit des études universitaires de Jurisprudence.

Il obtint son diplôme en Droit " Laurea " à Palerme avec les félicitations du jury et fut ensuite l’un des premiers lauréats au concours de magistrat.

Il obtint également une seconde " laurea " en Sciences Politiques.

Convaincu qu’un juge devrait être "super partes", il ne voulut pas s’unir à des associations et groupes politiques.

Il était convaincu que la vraie justice ne peut provenir que de Dieu. Il gardait toujours l’Evangile à portée de la main.

Son sens convaincu du devoir et l’amour pour le prochain le conduisaient à travailler inlassablement : une année, le 15 août, il voulut se rendre au Parquet d’Agrigente pour signer un ordre de libération et ainsi ne pas retarder, même d’un jour, la libération d’un détenu.

Il choisit de rester célibataire parce que, présageant sa mort imminente, il ne voulait pas laisser sur terre une veuve avec des enfants.

Il subvenait aux besoins de nombreuses personnes indigentes sans que personne ne le sache. Chaque jour avant de commencer son travail, il se recueillait dans l’église de Saint-Joseph, à côté du Tribunal.

Sa qualité de Chrétien authentique se manifeste en toute occasion au cours de son existence brève mais significative : même en voyant une personne de moralité douteuse qui avait été tuée et tandis qu’il assistait à des commentaires quasiment de joie de la part des présents, il s’exprima ainsi : " en présence d’un mort, un Chrétien prie... celui qui n’est pas Chrétien doit avoir la pudeur de rester en silence ".

Comment la Mafia pouvait-elle alors accepter son existence ? Il gênait parce qu’ils ne pouvaient pas le manipuler et en conséquence ils décidèrent qu’il " devait " être éliminé avant qu’il ne cause d’autres ennuis.

On savait qu’il était dans une situation à haut risque, c’est pourquoi on voulait lui donner une escorte, mais le juge Livatino ne voulut pas l’accepter.

Son choix fut dicté parce qu’il ne voulait pas que des " pères de famille " puissent perdre la vie.

Rosario Livatino, Juge anti-mafia assassiné, qualifié par le Pape Saint Jean-Paul II de "martyr de la justice et indirectement de la Foi".

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 21/09/2018