Eucharistie du Mercredi 03 Janvier 2018 : Mercredi du Temps de Noël, avant l’Épiphanie, le 03 Janvier.

Eucharistie du Mercredi 03 Janvier 2018 : Mercredi du Temps de Noël, avant l’Épiphanie, le 03 Janvier.

L’Église fait mémoire (facultative) de la Fête du Très Saint Nom de Jésus.

L’Église fait mémoire (facultative en France) de la Fête de Sainte Geneviève, Vierge, Patronne de Paris et de la Gendarmerie, Co-Patronne secondaire de la France (vers 420, 422-vers 500, 512).

Fête de Saint Cyriaque Élie de la Sainte Famille Chavara, Prêtre de rite syro-malabar, Fondateur de la Congrégation des Frères Carmes de Marie Immaculée pour les hommes et de la Congrégation de la Mère du Carmel pour les femmes (1805-✝ 1871).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Première lettre de saint Jean 2,29.3,1-6… Psaume 98(97),1.3cd-4.5-6… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,29-34.
Commentaire de Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), Prêtre à Antioche puis Évêque de Constantinople, Docteur de l'Église.
Autres commentaires (2) de Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), Carmélite, Martyre, Co-Patronne de l'Europe
Autre commentaire d’Origène (v. 185-253), Prêtre et théologien.
Autre commentaire de l’Abbé Antoni ORIOL i Tataret (Vic, Barcelona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Tres saint nom de jesus 11

Mercredi 03 Janvier 2018 : Fête du Très Saint Nom de Jésus.
Pour en découvrir davantage sur cette Fête, aller dans le menu déroulant à « Les Fêtes Catholiques » ou sur le lien suivant :
Le Très Saint Nom de Jésus.

Sainte genevieve 11

Mercredi 03 Janvier 2018 : Fête de Sainte Geneviève, Vierge, Patronne de Paris et de la Gendarmerie, Co-Patronne secondaire de la France (vers 420, 422-vers 500, 512).
(Fêtée le 03 Janvier au martyrologe romain (dies natalis) et le 26 Novembre par la Gendarmerie, date du « Miracle des ardents » : en rapport avec l'intoxication par le seigle qui sévit à Paris en 1130).

Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Geneviève, Vierge, Patronne de Paris.

St cyriaque elie

Mercredi 03 Janvier 2018 : Fête de Saint Cyriaque Élie de la Sainte Famille Chavara, Prêtre de rite syro-malabar, Fondateur de la Congrégation des Frères Carmes de Marie Immaculée pour les hommes et de la Congrégation de la Mère du Carmel pour les femmes (1805-✝ 1871).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Cyriaque Élie de la Sainte Famille Chavara.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Première lettre de saint Jean 2,29.3,1-6.
Mes bien-aimés, puisque vous savez que Dieu est juste, reconnaissez aussi que tout homme qui vit selon la justice de Dieu est vraiment né de lui.
Voyez comme il est grand, l'amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu - et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu'il n'a pas découvert Dieu.
Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est.
Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.
Tout homme qui commet le péché lutte contre Dieu ; car le péché, c'est la lutte contre Dieu.
Or, vous savez que lui, Jésus, est apparu pour enlever les péchés, et qu'il n'y a pas de péché en lui.
Quand un homme demeure en lui, il ne pèche pas ; quand il pèche, c'est qu'il ne l'a pas vu et ne le connaît pas.

 

Psaume 98(97),1.3cd-4.5-6.
Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s'est assuré la victoire.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez.

Jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments ;
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,29-34.
Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ;
c'est de lui que j'ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était.
Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage : « J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui.
Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit : 'L'homme sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint. '
Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage : c'est lui le Fils de Dieu. »

 

Commentaire du jour.
Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), Prêtre à Antioche puis Évêque de Constantinople, Docteur de l'Église.
Homélies sur l'évangile de Jean, n°18

« Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »

« Voici l'Agneau de Dieu », dit Jean Baptiste. Jésus ne parle pas, c'est Jean le Précurseur qui dit tout.
Parmi nous aussi le marié a coutume d'agir ainsi : il ne dit rien encore à la mariée, mais il se présente et se tient en silence.
D'autres l'annoncent et lui présentent son épouse ; quand elle paraît, l'époux ne la prend pas lui-même, mais il la reçoit des mains d'un autre.
Mais après qu'il l'a reçue ainsi d'autrui, il se l'attache si fortement qu'elle ne se souvient plus de ceux qu'elle a quittés pour le suivre.

C'est ce qui s'est passé à l'égard de Jésus-Christ. Il est venu pour épouser la nature humaine ; il n'a rien dit lui-même, il n'a fait que se présenter.
C'est Jean, l'ami de l'Époux (Jn 3,29), qui a mis dans sa main celle de l'Épouse — en d'autres termes, le cœur des hommes qu'il a persuadés par sa prédication.
Alors Jésus-Christ les a reçus et les a comblés de tant de biens qu'ils ne sont plus revenus à celui qui les lui avait amenés...

Jean est le seul à le montrer présent au peuple ; parce que lui seul a été présent à ces noces avec l'Église, il reçoit le titre d'« ami de l'Époux ».
C'est lui qui a tout fait, tout conclu ; jetant la vue sur le Messie qui venait, il a dit : « Voici l'Agneau de Dieu ».
Il montrait ainsi que ce n'est pas seulement par la voix, mais encore des yeux qu'il rendait témoignage.
Il admirait le Fils de Dieu et, en le contemplant, son cœur tressaillait de joie. Il n'ouvre pas la bouche pour le prêcher d'abord : il l'admire dans l'étonnement.
C'est ainsi qu'il fait connaître le don que Jésus est venu apporter au monde, selon le sens du mot « agneau ».
Jean ne dit pas : « Il doit enlever » ou « Il a enlevé », mais « C'est lui qui enlève le péché du monde » : pas seulement au moment de sa Passion, mais sans cesse.
Il n'offre qu'une seule fois son sacrifice pour les péchés du monde, mais par cette oblation, il purifie à jamais la conscience des hommes pécheurs.

 

Commentaire du jour.
Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), Carmélite, Martyre, Co-Patronne de l'Europe
Les Noces de l'Agneau, 14/09/1940 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 260)

« L'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »

Dans l'Apocalypse, l'apôtre Jean écrit : « Voici ce que j'ai vu : en face du trône...il y avait un Agneau, il se tenait debout et il était comme immolé » (Ap 5,6).
Tandis qu'il contemplait cette vision, un souvenir demeurait encore bien vivant en lui : celui du jour inoubliable où, au bord du Jourdain, Jean le Baptiste avait désigné Jésus comme « l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »...

Mais pourquoi Le Seigneur Lui-même avait-il choisi l'agneau pour être son symbole par excellence ?
Pourquoi se montrait-il encore sous cette apparence sur le trône éternel de la Gloire ? Parce qu'il était innocent comme un agneau et humble comme un agneau, et parce qu'il était venu pour « se laisser mener à l'abattoir comme un agneau » (Is 53,7).
Cela aussi l'apôtre Jean l'avait contemplé, quand Le Seigneur s'était laissé lier les mains au jardin des Oliviers et s'était laissé clouer sur la Croix au Golgotha.
Là, au Golgotha, le vrai sacrifice de la réconciliation avait été accompli. Les anciens sacrifices en avaient perdu leur force et, comme l'ancien Sacerdoce, ils ont cessé bientôt lorsque le Temple a été détruit. Tout cela Jean l'avait vécu. C'est pourquoi il ne s'est pas étonné de voir l'Agneau sur le trône...

Comme l'Agneau devait être tué pour être élevé sur le trône de la Gloire, ainsi pour tous ceux qui sont choisis pour « le repas de noce de l'Agneau » (Ap 19,9) le chemin vers la Gloire passe par la souffrance et par la Croix.
Ceux qui veulent s'unir à l'Agneau doivent se laisser fixer avec Lui à la Croix. Tous ceux qui sont marqués du Sang de l'Agneau (cf Ex 12,7) y sont appelés, et ce sont tous les baptisés.
Mais tous ne comprennent pas l'appel et tous ne le suivent pas.

 

Commentaire du jour.
Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), Carmélite, Martyre, Co-Patronne de l'Europe.
Les Noces de l'Agneau, 14/9/1940 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 259)

« Voici l'Agneau de Dieu »

Dans l'Apocalypse, l'apôtre Jean voit « un Agneau ; il se tenait debout et il était comme immolé » (Ap 5,6)...
Au bord du Jourdain, Jean le Baptiste avait désigné Jésus comme « l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».
L'apôtre Jean avait alors compris cette parole, et il comprenait maintenant cette image. Celui qui marchait autrefois sur les bords du Jourdain et qui s'était maintenant montré à lui « en vêtement blanc, avec des yeux de flamme » et avec l'épée du juge, lui « le Premier et le Dernier » (Ap 1,13-17), il avait accompli en vérité tout ce qu'esquissaient en symbole les rites de l'ancienne Alliance. 

Lorsque au jour le plus saint et le plus solennel de l'année le grand prêtre pénétrait dans le Saint des Saints, le lieu terriblement saint de la Présence divine, il avait pris auparavant deux boucs : l'un pour le charger des péchés du peuple afin qu'il les emporte au désert, l'autre pour asperger de son sang la tente et l'arche d'alliance (Lv 16). C'était le sacrifice pour le péché offert pour le peuple...
Ensuite il sacrifiait un holocauste pour lui et pour tout le peuple et faisait brûler entièrement les restes de la victime d'expiation...
C'était un jour solennel et saint que ce jour de la Réconciliation... 

Mais qu'est-ce qui avait donc réalisé la réconciliation ? Ce n'était pas le sang des animaux immolés ni le grand prêtre de la descendance d'Aaron, comme Saint Paul l'a dit dans sa lettre aux Hébreux (ch. 8-9).
C'était l'ultime sacrifice de réconciliation, celui qui était préfiguré dans tous les sacrifices prescrits par la Loi, et c'était « le grand Prêtre selon l'ordre de Melchisédech » (Ps 110,4)...
Il était aussi le véritable Agneau pascal à cause duquel l'ange exterminateur passait son chemin devant les maisons des Hébreux alors qu'il frappait les Égyptiens (Ex 12,23). Le Seigneur Lui-même l'avait donné à entendre à ses disciples quand il a mangé l'agneau pascal avec eux pour la dernière fois et s'est donné ensuite Lui-même à eux en nourriture.

 

Commentaire du jour.
Origène (v. 185-253), Prêtre et théologien.
Homélies sur Isaïe, n°3, 1-2 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 6, p. 57 rev.).

« J'ai vu L'Esprit descendre du Ciel comme une colombe et demeurer sur Lui »

Jésus est celui qui est « sorti de la souche de Jessé » selon la chair, « né de la lignée de David selon la chair », et aussi « établi dans sa puissance de Fils de Dieu selon L'Esprit qui sanctifie » (Is 11,1; Rm 1,3-4).
Oui, il est « le rejeton sorti de la souche de Jessé », et pourtant il n'est pas un rejeton, Lui « le Premier-né de toute la Création » (Col 1,15) ; il n'est pas qu'un rejeton, Lui Le Dieu « Verbe qui au commencement était auprès de Dieu » (Jn 1,1), et pourtant celui qui est né selon la chair est bien « un rejeton sorti de la souche de Jessé : une fleur a jailli de ses racines » ...

« Sur Lui reposera L'Esprit du Seigneur, Esprit de Sagesse et d'intelligence » (Is 11,2). L'Esprit de Sagesse n'a pas reposé sur Moïse, L'Esprit de Sagesse n'a pas reposé sur Josué, L'Esprit de Sagesse n'a reposé sur aucun des prophètes, ni sur Isaïe, ni sur Jérémie...
Il est venu sur Moïse, mais après cette visite de L'Esprit de Sagesse, Moïse a manqué de Foi : « Écoutez donc, rebelles, dit-il, est-ce que nous pouvons faire jaillir de l'eau pour vous de ce rocher ? » (Nb 20,10)
Il est venu sur tous les justes. Il est venu sur Isaïe, mais que dit ce dernier ? « Je suis un homme aux lèvres impures et j'habite au milieu d'un peuple aux lèvres impures » (Is 6,5)... L'Esprit peut bien venir sur n'importe quel homme, mais il ne peut pas y trouver de repos, car tout homme pèche et il n'y a pas de juste sur la Terre qui fasse le bien sans jamais tomber. « Personne n'est pur de souillures » (Jb 14,4)...
Si L'Esprit est venu sur beaucoup, il n'est demeuré sur aucun. Auparavant dans l'Écriture, il y a cette parole : « Mon Esprit, dit Le Seigneur, ne demeurera pas indéfiniment dans l'homme » (Gn 6,3)...

Jean le Baptiste a vu un homme, un seul, sur lequel L'Esprit a demeuré, et c'était le signe que Dieu lui avait donné : « Celui sur qui tu verras L'Esprit descendre et demeurer, c'est Lui, Le Fils de Dieu ».

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/I_51
Abbé Antoni ORIOL i Tataret (Vic, Barcelona, Espagne).

Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage: c'est Lui Le Fils de Dieu.

Aujourd'hui, ce passage de l'Évangile de Saint Jean nous fait pénétrer de plain-pied dans la dimension testimoniale qui lui est propre.
Est témoin la personne qui comparaît pour déclarer l'identité de quelqu'un. Eh bien, Jean nous est présenté comme le prophète par excellence, qui affirme que Jésus est le centre. On peut le constater à quatre points de vue.

Il l'affirme, d'abord, comme un voyant qui exhorte: «Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde» (Jn 1,29).
Il le fait, ensuite, comme une personne convaincue, qui répète: «C'est de Lui que j'ai dit: Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était» (Jn 1,30).
Il le confirme comme quelqu'un qui est conscient de la mission qu'il a reçu: «Si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël» (Jn 1,31).
Enfin, revenant à sa qualité de voyant, il affirme: «Celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit: ‘L'homme sur qui tu verras L'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui Baptise dans L'Esprit Saint’. Oui, j'ai vu» (Jn 1,33-34).

Devant ce témoignage, qui conserve à l'intérieur de l'Église la même énergie qu'il y a deux mille ans, demandons-nous, mes frères: —Au milieu d'une culture laïciste qui nie le péché, est-ce que je vois en Jésus celui qui me sauve du mal moral?
—Au milieu d'un courant d'opinion qui ne voit en Jésus qu'un homme religieux extraordinaire, est-ce que je crois en Lui comme en celui qui existe depuis toujours, avant Jean, avant que le monde ait été créé?
—Au milieu d'un monde désorienté par mille idéologies et opinions, Jésus est-il celui qui donne un sens définitif à ma vie?
—Au milieu d'une civilisation qui marginalise la Foi, est-ce que j'Adore Jésus comme celui en qui repose en plénitude L’Esprit de Dieu?

Et une dernière question: —Mon “oui” à Jésus est-il si absolu que moi aussi, comme Jean, je proclame à ceux que je connais et à ceux qui m'entourent: «Je vous rends ce témoignage: c'est Lui Le Fils de Dieu»?

 

HYMNE : SOURCE EN ATTENTE, SECRET DU MONDE,

Source en attente, secret du monde,
Amour caché au creux du monde :
Christ au-dedans du mal de l'homme,
Au cœur des pauvres, Christ vivant,
Au cœur des pauvres, tu attends.

Source nouvelle, vivant baptême
Où notre mal aspire au Père,
Pour que, détruit, il soit lumière :
Sainte Parole, Jésus Christ,
Notre espérance n'est qu'un cri.

Source éternelle, esprit d'enfance,
Apporte au monde sa naissance :
En ton Amour tout est présence,
Par toi le monde voit son Dieu,
En toi le monde devient Dieu.

Source vivante, ô Christ Lumière,
Tu es en nous la joie du Père :
Chante l'Esprit en tous nos frères !
Source de gloire, Trinité,
Ta joie aux hommes est partagée.

 

HYMNE : TOUT LE CIEL S’EMPLIT

Tout le ciel s’emplit
D’une joie nouvelle :
On entend la nuit
Dire la merveille,
Fête sans pareille :
Le Sauveur est né,
L’Enfant-Dieu nous est donné.

Le Seigneur paraît,
Verbe de lumière :
L’univers connaît
La bonté du Père.
Dieu sur notre terre
Vient tracer la voie
Où chemineront nos pas.

Avec les bergers,
Avec tous les sages,
C’est le monde entier
Qui vers lui s’engage
Pour voir le visage
De l’Amour vivant
Qui pour nous s’est fait enfant.

Gloire à Jésus Christ,
Gloire au Fils du Père !
Gloire à son Esprit
Dont l’amour éclaire
L’éclatant mystère
Qui remplit le ciel :
Gloire à l’Homme-Dieu, Noël !

 

HYMNE : À PLEINE VOIX CHANTONS POUR DIEU

À pleine voix chantons pour Dieu
Nos chants de joie, nos chants de fête !
Dieu est présent dans un enfant :
Sa gloire habite notre terre !
À pleine voix chantons pour Dieu
Nos chants de joie, nos chants de fête !

Ne pensons pas que Dieu se tait
Quand il se dit par sa naissance !
Dieu est ici et tout est dit
Cherchons où lève sa semence !
Ne pensons pas que Dieu se tait
Quand il se dit par sa naissance !

Ne marchons plus à perdre cœur
Par des chemins sans espérance !
Dieu va sauver le monde entier
En se chargeant de nos souffrances.
Ne marchons plus à perdre cœur
Par des chemins sans espérance !

Rien ne pourra nous séparer
De l’amitié que Dieu nous porte !
Par Jésus Christ et dans l’Esprit
Cette assurance est la plus forte :
Rien ne pourra nous séparer
De l’amitié que Dieu nous porte !

Pour annoncer les temps nouveaux,
Prenons le pain de sa tendresse !
Vienne le Jour de son retour :
Que tous les hommes le connaissent !
Pour annoncer les temps nouveaux,
Prenons le pain de sa tendresse !

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Seigneur, tu as voulu que Ton Fils naisse de la Vierge Bénie, afin que son Humanité ne soit pas soumise à la condamnation de notre race ; accorde-nous d'échapper à l'engrenage du péché, puisque Le Christ nous donne part à la nouvelle Création.
Lui qui vit et règne avec Toi et Le Saint-Esprit pour les siècles des siècles.

 

Parole de Dieu : (Is 62, 11b-12a)… (Office des Laudes).
Dites à la fille de Sion : Voici ton Sauveur qui vient, le fruit de sa victoire l’accompagne et ses trophées le précèdent.
On vous appellera « Peuple-saint », « Rachetés-par-Le-Seigneur ».

 

Parole de Dieu : (1 Jn 1, 5b.7)… (Office des Vêpres).
Dieu est Lumière, il n’y a pas de ténèbres en Lui. Si nous marchons dans la lumière, comme il est Lui-même dans la Lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le Sang de Jésus Son Fils nous purifie de tout péché.

Ajouter un commentaire