Solennité de la Fête de la Pentecôte. Fête le 20 Mai 2018.

Dimanche 20 Mai 2018 : Solennité de la Fête de la Pentecôte.
Pour voir mon commentaire personnel sur cette grande Fête, aller dans le menu déroulant à « Réflexion personnelle n°55 » ou sur le lien suivant :
Fête de la Pentecôte.

Pentecote gd format

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/11425/Pentecote.html.

Pentecôte

Fête Chrétienne célébrée le septième dimanche après Pâques pour commémorer le don du Saint-Esprit aux apôtres. Fête juive (fête du don de la Torah) célébrée sept semaines après le second jour de Pâques.
Lexique du portail de l'Eglise catholique en France.
"La Fête de la Pentecôte célèbre la venue de L'Esprit Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques (en grec, pentêkostê signifie "cinquantième").

Avant l'Ascension, Le Christ avait annoncé aux apôtres: 'Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous.
Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre'."
La Pentecôte dans la Bible.
Pentecôte - portail de la liturgie catholique - Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie.
De Pâques à la Pentecôte - De la Résurrection à l'Église:

Esprit de lumière, viens nous éclairer
Fais-nous reconnaître l'amour du Père,
Esprit de sainteté, viens combler nos cœurs
Esprit d'allégresse, joie de l’Église...
Jusqu'aux extrémités de la terre...

La Fête de la Pentecôte célèbre la manifestation de L’Esprit Saint, troisième personne de la Trinité, sa venue sur les apôtres, le cinquantième jour après Pâques.
Comme le montre l’expérience des apôtres, dans le texte des Actes des Apôtres, L’Esprit est en particulier source de force intérieure et d’intelligence de la Foi.
Extraits du site Cybercuré.
Quel est le sens de la Fête Juive de la Pentecôte (Shavuot)? - Quelle est l’origine et l’histoire de la Fête Chrétienne de la Pentecôte? - Que s’est-il passé le jour de la Pentecôte? - Le récit des Actes des apôtres sur le jour de la Pentecôte - Quelle est la signification du récit de la Pentecôte?
La Pentecôte est donc la venue de L’Esprit Saint pour l’annonce universelle de la Bonne nouvelle.
Service national de la catéchèse de du catéchuménat.
La Pentecôte n’est pas un événement du passé!

"Au soir de Pâques, les disciples de Jésus s’étaient enfermés en verrouillant les portes du lieu où ils étaient. Ils avaient peur.
Jésus, ressuscité d’entre les morts, les rejoint: Il vient au milieu d’eux, leur annonce la Paix et se fait reconnaître en leur montrant ses mains et son côté.
Il souffle alors sur ses disciples pour leur donner L’Esprit Saint."
Web tv diocèse d’Avignon - Pentecôte

Pentecote 2

« Les fruits de L'Esprit, c'est la Charité, la Joie, la Paix,
la Patience, la Mansuétude, la Bonté, la Fidélité,
la Douceur, la Tempérance » (Galates 5, 22)

http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-2897887.html.

II - Solennité de la Pentecôte (Messe du jour)

50 jours après la grande Solennité de Pâques, la Liturgie de l'Église nous invite maintenant à célébrer avec Joie la venue de L'Esprit-Saint, que Jésus Lui-même nous avait promis (cf : Jean 16, 7).
Par cet Esprit-Saint "incarné" dans l'Histoire, la Sainte Eglise de Dieu agit désormais sans limites.
Jusqu'à la fin des siècles, elle continuera à parler toutes les langues car elle ne sera pas confinée dans un seul pays mais habitera toutes les nations du monde.
Partout on entendra exprimer une même Foi dans la langue de chaque peuple, et ainsi, le miracle de la Pentecôte, renouvelé et transformé, l'accompagnera toujours.
De même que dans le corps de l'homme rien ne pourrait subsister sans l'âme qui s'y trouve, le Corps de l'Église ne pourrait subsister sans son âme (= l'Esprit de Vérité) qui est historiquement "incarné" dans l'Église Catholique exclusivement.

« C’est pour nous que L’Esprit-Saint est venu. L’assemblée du Cénacle représentait toute l’Église.
L’Esprit ne vient que « pour demeurer à jamais avec elle » (Jean 14, 16). C’est la promesse même de Jésus : « Ut maneat vobiscum in æternum ».
Quelle abondance de grâces et de charismes inonde l’Église au lendemain de la Pentecôte ! 

Nous lisons dans les Actes des Apôtres (…) que Le Saint-Esprit descendait visiblement sur ceux qui étaient Baptisés et les remplissait de grâces merveilleuses.
A la Pentecôte, Il est descendu visiblement sur les Apôtres. A partir de ce jour, la Sainte Église s’est répandue sur toute la terre, elle est le Royaume de Jésus et c’est L’Esprit-Saint qui la gouverne, avec Le Père et Le Fils.
Il achève dans les âmes l’œuvre de sainteté commencée par la Rédemption.
Il est, dans l’Église, ce que l’âme est au corps. (…) L’Esprit-Saint demeure dans l’Église d’une façon permanente, indéfectible, y exerçant une action incessante de vie et de sanctification : « Apud vos manebit et in vobis erit » (Jean 14, 17).
Il la rend infaillible dans la Vérité : « Quand L’Esprit de Vérité sera venu, disait Jésus, il vous guidera dans toute Vérité » (Jean 16, 13) et vous gardera de toute erreur.

C’est lui qui fait éclater en elle une merveilleuse fécondité surnaturelle : il fait naître et s’épanouir dans les vierges, les martyrs, les confesseurs, ces vertus héroïques qui sont l’une des marques de sa sainteté.
En un mot, il est L’Esprit qui travaille au fond des âmes, par ses inspirations, à rendre l’Église, que Jésus s’est acquise une fois pour toutes par son précieux sang, « pure, immaculée, sans ride » (Ephésiens 5, 27), digne d’être présentée par Le Christ à Son Père au jour du triomphe final ».

Pentecot 1

https://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180520&id=210&fd=1

SOLENNITÉ DE PENTECÔTE

Homélie du Pape Benoît XVI
Place Saint-Pierre
Dimanche 4 Juin 2006

Chers frères et sœurs!
Le jour de la Pentecôte, L'Esprit Saint descendit avec puissance sur les Apôtres; ainsi commença la mission de l'Église dans le monde.
Jésus avait lui-même préparé les Onze à cette mission en leur apparaissant plusieurs fois après sa Résurrection (cf. Ac 1, 3).
Avant son Ascension au Ciel, il leur donna l'ordre de « ne pas quitter Jérusalem, mais d'y attendre ce que Le Père avait promis » (cf. Ac 1, 4-5); il leur demanda en fait de demeurer ensemble pour se préparer à recevoir le don de L'Esprit Saint.
Ils se réunirent en Prière avec Marie au Cénacle, dans l'attente de l'événement promis (cf. Ac 1, 14).

Demeurer ensemble fut la condition posée par Jésus pour accueillir le don de L'Esprit Saint; la condition nécessaire pour l'harmonie entre eux fut une Prière prolongée.
Une formidable leçon pour toute communauté Chrétienne est présentée ici. On pense parfois que l'efficacité missionnaire dépend essentiellement d'une programmation attentive, suivie d'une mise en œuvre intelligente à travers un engagement concret.
Le Seigneur demande certes notre collaboration, mais avant toute réponse de notre part, son initiative est nécessaire: le vrai protagoniste de l'Église est son Esprit.
Les racines de notre être et de notre action se trouvent dans le silence sage et prévoyant de Dieu.

Les images utilisées par saint Luc pour indiquer l'irruption de L'Esprit Saint - le vent et le feu - rappellent le Sinaï, où Dieu s'était révélé au peuple d'Israël et lui avait accordé son alliance (cf. Ex 19, 3sq).
La Fête du Sinaï, qu'Israël célébrait cinquante jours après Pâques, était la Fête du Pacte. En parlant de langues de feu (cf. Ac 2, 3), saint Luc veut représenter la Pentecôte comme un nouveau Sinaï, comme la Fête du nouveau Pacte, dans lequel l'Alliance avec Israël est étendue à tous les peuples de la Terre.
L'Église est Catholique et missionnaire depuis sa naissance. L'universalité du Salut est démontrée de manière significative par la liste des nombreuses ethnies auxquelles appartiennent ceux qui écoutent la première annonce des Apôtres (cf. Ac 2, 9-11).

Le Peuple de Dieu, configuré pour la première fois, au Sinaï, est aujourd'hui élargi au point de ne plus connaître aucune frontière de race, de culture, d'espace ou de temps.
Contrairement à ce qui s'était produit avec la tour de Babel (cf. Gn 11, 1-9), lorsque les hommes, désireux de construire de leurs mains un chemin vers le ciel, avaient fini par détruire leur capacité même de se comprendre les uns les autres, à la Pentecôte, L'Esprit, à travers le don des langues, montre que sa présence unit et transforme la confusion en communion.
L'orgueil et l'égoïsme de l'homme créent toujours des divisions, dressent des murs d'indifférence, de haine et de violence.
L'Esprit Saint, en revanche, rend les cœurs capables de comprendre les langues de tous, car il rétablit le pont de la communication authentique entre la Terre et le Ciel. L'Esprit Saint est Amour.

Mais comment entrer dans le mystère de L'Esprit Saint, comment comprendre le secret de l'Amour ?
La page de l'Évangile nous conduit aujourd'hui dans le Cénacle où, la dernière Cène étant terminée, un sentiment de désarroi rend les Apôtres tristes.
La raison en est que les paroles de Jésus suscitaient en effet des interrogations inquiétantes: Il parle de la haine du monde envers Lui et envers les siens, il parle de son mystérieux départ, et de nombreuses choses restent encore à dire, mais pour le moment les Apôtres ne sont pas en mesure d'en porter le poids (cf. Jn 16, 12).
Pour les réconforter, il explique la signification de son départ: il partira, mais reviendra; en attendant, il ne les abandonnera pas, il ne les laissera pas orphelins.
Il enverra le Consolateur, L'Esprit du Père, et ce sera L'Esprit qui fera savoir que une œuvre du Christ est une œuvre d'Amour: Amour de Celui qui s'est offert, Amour du Père qui l'a donné.

Tel est le mystère de la Pentecôte: L'Esprit Saint éclaire l'esprit humain et, en révélant le Christ Crucifié et Ressuscité, il indique la voie pour devenir davantage semblables à Lui, c'est-à-dire être « expression et instrument de l'Amour qui émane de Lui » (Deus caritas est, n. 33).
Recueillie avec Marie, comme lors de sa naissance, l'Église prie aujourd'hui :   « >>>Veni Creator Spiritus !- Viens, Esprit Saint, remplis les cœurs de tes fidèles et embrase-les du feu de ton Amour! ». Amen.

458 1 

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/homilies/2009/documents/hf_ben-xvi_hom_20090531_pentecoste_fr.html.

CHAPELLE PAPALE  EN LA SOLENNITÉ DE PENTECÔTE

  HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI
Basilique Vaticane
Dimanche 31 mai 2009

Chers frères et sœurs!
A chaque fois que nous célébrons l'Eucharistie, nous vivons dans la Foi le mystère qui s'accomplit sur l'autel, c'est-à-dire que nous participons à l'acte suprême d'amour que Le Christ a réalisé par sa mort et sa Résurrection.
Le même et l'unique centre de la Liturgie et de la vie Chrétienne - le mystère pascal - assume ensuite, dans les différentes solennités et fêtes, des "formes" spécifiques, avec des significations différentes et des dons de grâce particuliers.
Parmi toutes les solennités, la Pentecôte se distingue par son importance, parce qu'en elle se réalise ce que Jésus Lui-même avait annoncé comme étant le but de toute sa mission sur la terre.
En effet, alors qu'il montait à Jérusalem, il avait déclaré à ses disciples: "Je suis venu jeter un feu sur la terre et comme je voudrais que déjà il fût allumé!" (Lc 12, 49).
Ces paroles trouvent leur réalisation la plus évidente cinquante jours après la Résurrection, à Pentecôte, antique Fête juive qui, dans l'Eglise, est devenue par excellence la Fête de L'Esprit Saint:
"Ils virent apparaître des langues qu'on eût dites de feu;... Tous furent alors remplis de L'Esprit Saint" (Ac 2, 3-4).
Le feu véritable, L'Esprit Saint, a été apporté sur la terre par Le Christ. Il ne l'a pas arraché aux dieux, comme le fit Prométhée, selon le mythe grec, mais il s'est fait le médiateur du "don de Dieu" et il l'a obtenu pour nous, par le plus grand acte d'Amour de l'histoire: sa mort sur la Croix.

Dieu veut continuer à donner ce "feu" à chaque génération humaine, et naturellement, il est libre de le faire quand et comme il le veut.
Il est esprit, et l'esprit "souffle où il veut" (cf. Jn 3, 8). Mais il y a une "voie normale" que Dieu a choisie pour "jeter le feu sur la terre": cette voie c'est Jésus, son Fils unique incarné, mort et Ressuscité.
A son tour, Jésus a constitué l'Église comme son Corps mystique, afin qu'elle prolonge sa mission dans l'histoire.
"Recevez L'Esprit Saint" - a-t-il dit aux Apôtres au soir de la Résurrection, en accompagnant ces paroles par un geste expressif:  il a "soufflé" sur eux (cf. Jn 20, 22).
Il a ainsi montré qu'il leur transmettait son Esprit, L'Esprit du Père et du Fils.

Et maintenant, chers frères et sœurs, dans la Solennité d'aujourd'hui, l'Ecriture nous dit encore une fois comment doit être la communauté, comment nous devons être, pour recevoir le don de L'Esprit Saint.
Dans le récit, qui décrit l'événement de Pentecôte, l'auteur sacré rappelle que les disciples "se trouvaient tous ensemble en un seul lieu".
Ce "lieu" est le Cénacle, la "chambre haute", où Jésus avait tenu la Dernière Cène avec ses apôtres, où il leur était apparu, Ressuscité; cette pièce qui était devenue pour ainsi dire le "siège" de l'Eglise naissante (cf. Ac 1, 13).
Cependant, plutôt que d'insister sur le lieu physique, les Actes des Apôtres veulent faire remarquer l'attitude intérieure des disciples:  "Tous d'un même cœur étaient assidus à la Prière" (Ac 1, 14).
Donc, la concorde entre les disciples est la condition pour que vienne L'Esprit Saint; et le présupposé de la concorde est la Prière.

Chers frères et sœurs, cela vaut aussi pour l'Église d'aujourd'hui, cela vaut pour nous, qui sommes ici réunis.
Si nous ne voulons pas que Pentecôte se réduise à un simple rite ou à une commémoration, même suggestive, mais qu'elle soit un événement actuel de Salut, nous devons nous préparer dans une attente religieuse au don de Dieu, par l'écoute humble et silencieuse de sa Parole.
Pour que Pentecôte se renouvelle à notre époque, il faut peut-être - sans rien ôter à la liberté de Dieu - que l'Église soit moins "essoufflée" par les activités et davantage consacrée à la Prière.
C'est ce que nous enseigne la Mère de l'Église, la Très Sainte Vierge Marie, Épouse de L'Esprit Saint.
Cette année, Pentecôte tombe justement le dernier jour du mois de mai, où l'on célèbre habituellement la fête de la Visitation.
Celle-ci fut aussi une sorte de petite "Pentecôte" qui fit jaillir la Joie et la louange des cœurs d'Elisabeth et de Marie, l'une stérile, et l'autre vierge, devenues ensemble mères grâce à une intervention Divine extraordinaire (cf. Lc 1, 41-45).
La musique et le chant qui accompagnent notre Liturgie, nous aident eux aussi à être unanimes dans la Prière, et c'est pourquoi j'exprime ma vive reconnaissance au chœur de la Cathédrale et à l'orchestre de chambre (Kammerorchester) de Cologne.
Pour cette Liturgie, à l'occasion du bicentenaire de la mort de Joseph Haydn, a été choisie de façon très opportune son Harmoniemesse, la dernière des "Messes" composées par ce grand musicien, une symphonie sublime à la Gloire de Dieu. A vous tous, venus pour cette circonstance, j'adresse mon salut le plus cordial.

Pour désigner L'Esprit Saint, dans le récit de Pentecôte, les Actes des Apôtres utilisent deux grandes images: l'image de la tempête et celle du feu.
Il est clair que saint Luc a à l'esprit la théophanie du Sinaï, racontée dans les livres de l'Exode (19, 16-19) et du Deutéronome (4, 10-12.36).
Dans le monde antique, la tempête était vue comme le signe de la puissance Divine, devant laquelle l'homme se sentait subjugué et empli de crainte.
Mais je voudrais souligner aussi un autre aspect: la tempête est décrite comme un "vent impétueux" et cela fait penser à l'air qui différencie notre planète des autres astres et nous permet d'y vivre.
Ce que l'air est à la vie biologique, L'Esprit Saint l'est à la vie spirituelle; et de même qu'il existe une pollution atmosphérique qui empoisonne l'environnement et les êtres vivants, de même il existe une pollution du cœur et de l'esprit qui étouffe et empoisonne l'existence spirituelle.
De même qu'il ne faut pas s'habituer aux poisons de l'air - c'est pourquoi l'engagement écologique représente aujourd'hui une priorité -, on devrait faire tout autant pour ce qui corrompt l'esprit.
Il semble au contraire que l'on s'habitue sans difficulté à de nombreux produits qui polluent l'esprit et le cœur et qui circulent dans notre société - par exemple les images qui transforment en spectacle le plaisir, la violence ou le mépris de l'homme et de la femme.
Cela aussi est une forme de liberté, dit-on, sans reconnaître que tout cela pollue, intoxique l'esprit, surtout des nouvelles générations, et finit ensuite par conditionner la liberté elle-même.
La métaphore du vent impétueux de Pentecôte fait penser au contraire à quel point il est précieux de respirer un air propre, un air physique, avec les poumons, et un air spirituel, avec le cœur, l'air sain de L'esprit qui est l'Amour!

L'autre image de L'Esprit Saint que nous trouvons dans les Actes des Apôtres est le feu. J'ai mentionné au début l'opposition entre Jésus et la figure mythologique de Prométhée, qui rappelle un aspect caractéristique de l'homme moderne.
S'étant emparé des énergies du cosmos - le "feu" - l'être humain semble aujourd'hui s'affirmer comme un dieu et vouloir transformer le monde en excluant, en mettant de côté, ou même en refusant le Créateur de l'univers.
L'homme ne veut plus être image de Dieu, mais de lui-même; il se déclare autonome, libre et adulte.
Il est évident qu'une telle attitude révèle un rapport non authentique avec Dieu, conséquence d'une fausse image qu'il s'est fait de Lui, comme l'enfant prodigue de la parabole évangélique qui croit se réaliser lui-même en s'éloignant de la maison de son père.
Entre les mains d'un tel homme, le "feu" et ses immenses potentialités deviennent dangereux: ils peuvent se retourner contre la vie et contre l'humanité elle-même, comme hélas le démontre l'histoire.
Les tragédies de Hiroshima et de Nagasaki, dans lesquelles l'énergie atomique, utilisée à des fins belliqueuses, a fini par semer la mort dans des proportions inouïes, en représentent une mise en garde constante.

En vérité, on pourrait trouver de nombreux exemples, moins graves et pourtant tout aussi symptomatiques dans la réalité de chaque jour.
L'Ecriture Sainte nous révèle que l'énergie capable de mettre le monde en mouvement n'est pas une force anonyme et aveugle, mais l'action de "L'Esprit de Dieu qui planait sur les eaux" (Gn 1, 2) au début de la création.
Et Jésus Christ a "apporté sur la terre" non pas la force vitale qui l'habitait déjà, mais L'Esprit Saint, c'est-à-dire l'Amour de Dieu qui "renouvelle la face de la terre" en la purifiant du mal et en la libérant de la domination de la mort (cf. Ps 103/104, 29-30).
Ce "feu" pur, essentiel et personnel, le feu de l'Amour est descendu sur les apôtres, réunis dans la Prière avec Marie au Cénacle, pour faire de l'Église le prolongement de l'œuvre rénovatrice du Christ.

Enfin, une dernière réflexion tirée du récit des Actes des Apôtres: L'Esprit Saint vainc la peur.
Nous savons que les disciples s'étaient réfugiés au Cénacle après l'arrestation de leur Maître et y étaient restés enfermés par peur de subir le même sort.
Après la Résurrection de Jésus, leur peur ne disparaît pas à l'improviste. Mais voilà qu'à Pentecôte, lorsque L'Esprit Saint se posa sur eux, ces hommes sortirent sans peur et commencèrent à annoncer à tous la bonne nouvelle du Christ Crucifié et Ressuscité.
Ils n'avaient pas peur, parce qu'ils se sentaient entre les mains du plus fort.

Oui, chers frères et sœurs, L'Esprit de Dieu, là où il entre, chasse la peur; il nous fait savoir et sentir que nous sommes entre les mains d'une Toute-Puissance d'Amour: quoi qu'il arrive, son Amour infini ne nous abandonne pas.
C'est ce que montrent le témoignage des martyrs, le courage des confesseurs de la Foi, l'élan intrépide des missionnaires, la franchise des prédicateurs, l'exemple de tous les saints, certains même adolescents et enfants.
C'est ce que révèle l'existence même de l'Église, qui, en dépit des limites et des fautes des hommes, continue de traverser l'océan de l'histoire, poussée par le souffle de Dieu, et animée par son feu purificateur.
Avec cette Foi et cette joyeuse Espérance, nous répétons aujourd'hui, par l'intercession de Marie:
"Envoie ton Esprit, Seigneur, qu'il renouvelle la face de la terre".

Pentecote 4L'icône de la Pentecôte (La Descente du Saint-Esprit), Monastère Stavronikita, Mont Athos, XVIIe siècle.

http://www.icones-grecques.com/textes/iconographie-orthodoxe/la-pentecote-et-son-icone.htm.

La Pentecôte et son icône

Pentecôte, du grec pentecosti, désigne une période de cinquante jours, ici les cinquante jours qui suivent la Résurrection.
Il est important de voir l’unité de cette période de cinquante jours, de comprendre la continuité entre la Résurrection (1er jour), l’Ascension (le 40e jour), et le don de L’Esprit.

Dans l’Eglise primitive, cette période de cinquante jours après Pâques était célébrée comme un ensemble, comme une période festive de sept semaines, comme l’unique jour de la « magna dominica ». La Fête de la Pentecôte est le jour de clôture de cette cinquantaine Pascale.
La Fête de Pâque commémore chez les Juifs la délivrance de la servitude en Égypte et la traversée de la mer Rouge.
Cinquante jours plus tard, sur le mont Sinaï : Moise reçoit de Dieu les tables de la Loi.

C’est en ce jour anniversaire que les apôtres reçoivent L’Esprit Saint.
Aux tables de la Loi, succède l’enseignement du Christ éclairé par L’Esprit (Dans l’ancien testament, la Loi était écrite sur des tables de pierre, avec Jésus qui nous envoie Son Esprit-Saint, la Loi s’écrit dans nos cœur).

L'icône de la Pentecôte

Voici, l’icône de la Pentecôte du monastère de Stavronikita, au Mont Athos, en Grèce. Cette icône, qui date du XVIIe siècle, nous concerne particulièrement aujourd’hui, et peut être lue avec la même actualité qu’à l’époque où elle a été peinte.
Nous voyons une assemblée d’hommes, assis en demi-cercle sur un banc à haut dossier. C’est une scène d’intérieur comme le signifient les maisons en arrière plan et le rideau rouge.
Les protagonistes de cette scène sont au nombre de douze, ils tiennent à la main, qui un rouleau de parchemin, qui un livre. Leur attitude est calme, leur posture hiératique, l’atmosphère semble cordiale.
On remarque aussi un espace laissé entre deux personnages attirant le regard sur la place centrale laissée vide.

Au-dessus de la maison, le ciel, d’où sortent des rayons qui se terminent par des flammes - des « langues » de feu - qui descendent et se posent sur chaque personnage.
Au bas de l’image, une cavité sombre, d’où se détache un personnage couronné, à barbe blanche, il porte à bout de bras un linge où sont déposés douze rouleaux.

La composition est symétrique, 6 hommes, 6 langues de feu de chaque côté.
La scène est lumineuse : le ciel est représenté par un fond d’or, il y a le soleil, des rais de lumière sur les bancs, des rehauts de lumière sur les vêtements.
Les douze personnages, vous l’avez compris, sont les Apôtres, du grec apostoloi, ceux qui sont envoyés en mission.
De chaque côté du creux central, sont assis en deux groupes les douze apôtre :
En haut, les apôtres Pierre Bénissant et Paul tenant le livre de ses écrits.
Puis les quatre évangélistes tenant le saint Livre : Matthieu et Luc à la droite, Jean et Marc à la gauche.
Puis, en allant vers nous : à la droite : les apôtres Simon, Barthélémy et Philippe ou Jude ; et à la gauche : André, Jacques et Thomas.
Tous ceux qui ne tiennent pas l'Évangile tiennent le rouleau, symbolisant ce qui est écrit pour eux dans la Loi et les prophètes.

Sur les apôtres ainsi assemblés, l'irruption soudaine de l'Esprit se manifeste iconographiquement de trois façons :
1 . Des cieux figurés par l'arc-de-cercle gris bleu en haut de l'icône sortent douze canaux conduisant des langues de feu qui viennent se poser au-dessus de la tête de chacun des apôtres.
Remarquons que dans notre icône, les apôtres ne sont pas auréolés. Dans beaucoup d'icônes russes, ils le sont, et la langue de feu vient jusque dans l'auréole.
2. Un voile rouge est artistiquement pendu sur le haut du bâtiment où se trouvaient les apôtres, et qu'on figure, comme toujours, de l'extérieur pour montrer que le bâtiment n'enferme pas
3. Les apôtres manifestent une parfaite unité et un grand dynamisme. Par la perspective inversée, ils nous apparaissent tous égaux : on a en effet représenté légèrement plus grands ceux qui sont en haut, que ceux qui sont proches de nous.
Donc ce qui est loin vient vers nous et ce qui est proche s'efface légèrement.
Les apôtres sont à la fois avec nous, car ce demi-cercle s'ouvre vers nous, et en Dieu qui est au-delà de tout.
Enfin, mais cela peut se dire de chaque icône, tous les éléments représentés resplendissent de la lumière incréée des énergies Divines.
L'exèdre, particulièrement fait l'objet d'un fin travail de lumières d'or (assist).
Cet exèdre est pour nous le signe que l'Église qui naît à cet instant de L'Esprit Saint, est parfaitement unie.

Pourquoi Saint Paul est-il représenté sur cette icône, alors qu’il n’était pas présent historiquement ce jour-là, et qu’il n’était même pas encore converti ?
C’est que l’icône ne représente pas seulement les événements décrits par les textes, elle dévoile aussi leur signification.
Le sens de cette présence paraît clair : pourrait-on imaginer l'Église sans Saint Paul, une de ses colonnes ?

Une scène d'enseignement

Pourquoi cette place vide au milieu des apôtres ?
Cette place est celle du Christ. La place laissée vide au centre, signifie que Le Christ est présent, même s’il n’est pas visible.
La place du Christ est au centre, il est le chef de l’Assemblée, il est la tête de l’Église et c’est son Enseignement qu’avec le don de L’Esprit, l’Église a mission de répandre.
L’Esprit Saint leur enseignera même ce qu’ils ne pouvaient porter lorsque Le Christ était là :
« Le Paraclet, L’Esprit Saint que Le Père enverra en mon Nom, vous enseignera toutes choses et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit. » (Jean 14, 26).
Le Christ dit encore : « J’ai encore bien des choses à vous dire, mais vous ne pouvez les porter maintenant ; lorsque viendra L’Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière.» (Jean 16, 12-13).
L’Esprit Saint qui est donné, pour toujours, va permettre aux apôtres d’accomplir la mission qui leur a été confiée, confiée à eux qui n’étaient ni érudits ni philosophes, mais des hommes simples, des pécheurs.
L’icône de la Pentecôte est la représentation de l’Assemblée des Apôtres, c’est-à-dire de l’Église, au moment où elle reçoit le Baptême de L’Esprit.
« Vous m’avez entendu vous dire que Jean a Baptisé avec de l’eau, mais vous c’est dans L’Esprit Saint que vous serez Baptisés » (Ac I, 5) dit le Christ aux apôtres. « Et ils virent comme des langues de feu qui se partagèrent ».

L’icône nous montre le Baptême des apôtres, donc de l’Église, par le feu de L’Esprit Saint. C’est à la fois la naissance et le Baptême de l’Église.
Les Apôtres sont unis dans L’Esprit Saint, mais chacun reçoit personnellement le feu de L’Esprit : les langues se partagèrent.
De cette alliance de l’unité et de l’altérité des apôtres découle toute l’histoire de l’Église avec ses Conciles.

Ensuite, en bas de l’icône, on voit un personnage impérial qui représente le monde temporel.
Dans un geste d’action de grâce, il tient dans un linge les douze rouleaux de la prédication apostolique.
Dans certaines icônes c’est le prophète Joël qui est peint, à cause de sa prophétie qui est lue aux vêpres :
« Dans ces derniers temps, dit Le Seigneur Dieu, je répandrai mon Esprit sur toute chair; et vos fils et vos filles prophétiseront; vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes » (Joël, 11, 28).

On peut aussi voir ce linge comme une embarcation. Le navire a souvent été utilisé pour figurer l’Église. Je cite saint Clément (IIIe s.) :
« Le corps entier de l’Église ressemble à un grand navire transportant par une violente tempête des hommes de provenance très diverses qui ne veulent habiter que la cité du Royaume.
Regardez donc Dieu comme le maître de ce navire, Le Christ comme le pilote, l’Évêque comme la vigie, les Prêtres comme les maîtres d’équipage,… le commun des frères comme les passagers, le monde comme l’abîme de la mort… »

Les apôtres de simples pécheurs qu’ils étaient sont appelés à prendre la mer et à bord du navire qu’est l’Église, à devenir pêcheurs d’hommes :
Il faut que tous les peuples apprennent la Bonne Nouvelle : que le don de L’Esprit est pour tous.

D’après le discours eschatologique de Matthieu, le dernier grand signe de la Parousie et de la fin des temps sera que « l’Évangile du Royaume sera proclamé en toute la terre habitée, en témoignage à toutes les nations. Et alors viendra la fin » (MT. XXIV, 14).

« La Foi Chrétienne est essentiellement eschatologique parce que les événements qui en sont la source (…) la vie, la mort, la Résurrection et la Glorification de Jésus Christ, la descente de L’Esprit Saint et l’institution de l’Église, sont vus et vécus non seulement comme fin et accomplissement de l’histoire du Salut, mais aussi comme inauguration du don d’une vie nouvelle, dont le contenu est le Royaume de Dieu : connaissance de Dieu, communion avec Lui, possibilité, bien qu’encore en « ce monde », d’avoir un avant-goût et d’avoir réellement part à la Joie, la Paix et la Justice du « monde à venir » (Alexander Schmemann, World, Church, Mission, p. 75).

L’icône fait entrer le Royaume dans l’histoire. C’est une fenêtre ouverte sur le Royaume.
La descente de L’Esprit saint est le premier jour d’une ère nouvelle : le temps de l’Église.
L’Esprit Saint se communique aux membres du corps du Christ et les déifie par la Grâce.
C’est cela même le sujet de l’icône, la déification de l’homme, sa participation dans la Grâce et par la Grâce au Royaume, ici et maintenant.
Les visages des icônes présentent l’homme transformé par l’action de L’Esprit Saint, l’homme dans la lumière de la Sainte Trinité.

C’est le chemin qui est proposé à chaque Chrétien, la voie de la Transfiguration, et les icônes nous en montre le chemin, car depuis que le Divin s’est mélangé à notre nature, notre nature a été véritablement glorifiée (Saint Jean Damascène, II, 10.).

PentecoteCommentaires personnels.
Pour retrouver l’intégralité de ma Réflexion, ouvrir le lien suivant sur mon site :

http://reflexionchretienne.e-monsite.com/pages/reflexions-personnelles-51-75/55-la-fete-de-la-pentecote-1ere-partie/55-la-fete-de-la-pentecote-2eme-partie.html

Mais qui est L’Esprit-Saint et quels sont les fruits de cet Effusion de L’Esprit-Saint ???

L’Esprit-Saint est L’Amour. Il est La Source de L’Amour. Il est L’Amour Infini de Dieu. Il est l’expression de L’Amour Infini de Dieu, expression aussi diverse et variée que L’Amour est Infini (dont nous ne pouvons saisir qu’une partie infime...même pour les plus grands Saints...dont nous ne saisirons l’immensité qu’une fois au Ciel, dans Le Royaume de Dieu ...car autrement nous en mourrions tellement nous serions anéantis).

L’Esprit-Saint est comme un Feu dévorant, comme un immense brasier ardent atteignant des températures infinies.
Ce Feu d’Amour envahit notre âme, embrase notre âme et la purifie complètement, en commençant par les plus gros obstacles à L’Amour de Dieu, puis en s’attaquant aux obstacles de plus en plus petits.
Ce Feu d’Amour foudroie littéralement toutes les impuretés qui sont dans notre âme pour en détruire jusqu’à la moindre et infime trace.
Ce Feu d’Amour s’attaque à nos blessures, les cautérise, les soigne et les entoure d’un baume d’Amour, de Paix et de Joie intérieure.
Ce Feu d’Amour peut devenir si intense en nous, il peut tellement nous embraser de Son Amour que nous n’avons plus qu’un désir…celui de transmettre cet Amour, ce Bonheur, cette Flamme ardente qui nous brûle de L’Amour de Dieu mais sans nous blesser.

Ce Feu d’Amour peut devenir si intense en nous que nous ne pouvons que devenir des témoins de L’Amour de Dieu au travers de Ses Dons qu’Il nous communique (différents pour chacun) pour le bien de la Communauté (1 Corinthiens 12 1-11)…prophétie, discernement, chant en langues, guérison, visions, enseignements, parole de science, diversité des langues pour l’un et interprétation pour l’autre, etc…

Ce Feu d’Amour fait monter, au milieu de ses flammes immenses qui montent jusqu’au Ciel, tous nos actes d’Amour, tous nos gestes de Miséricorde et de Compassion, tous nos actes d’Humilité, de Vérité et de Don de Soi, comme tous nos efforts, nos souffrances, nos peines, nos blessures, nos larmes, vers Le Trône de Dieu.

L’Esprit-Saint est comme une brise légère qui ne nous fait pas violence et respecte ce que nous sommes et ce que nous voulons être. L’Esprit-Saint respecte notre volonté.
Son souffle peut être comme une brise si légère que nous ne le sentons que si nous y sommes attentifs, il rafraîchit mais sans contrainte, apaise mais sans violence, souffle un air frais sur nos blessures douloureuses en les soulageant.

Nous voulons ne plus être avili par notre péché, ne plus être esclave de notre chair corrompue, ne plus être enchaîné par nos péchés qui nous enserrent tellement que, non seulement nous sommes incapable de nous en libérer, mais à chaque essai pour nous en libérer…nous en sommes encore plus enchaînés…
Alors Le Feu ardent de L’Esprit-Saint détruit nos chaînes… pour mettre à la place L’Amour de Dieu…et nous aider à prendre Le Chemin de L’Amour de Dieu.

Nous voulons rester tel que nous sommes…alors L’Esprit-Saint est comme une brise qui nous rafraîchit légèrement dans cette atmosphère étouffante de notre péché dont nous ne souhaitons pas être libéré…et nous montre combien agréable serait le chemin de L’Amour de Dieu si nous acceptions de le prendreune brise légère, mais pas de contrainte…Son Amour nous laisse libre !!!
Nous avons été blessés, alors L’Esprit-Saint souffle en brise légère sur nos blessures pour en calmer la douleur.

L’Esprit-Saint est comme l’eau. Elle vient du Ciel avec toutes ses Grâces et ne touche jamais la Terre sans en faire jaillir des fruits, différents pour chacun…avant de remonter en vapeur d’eau vers Le Ciel… en apportant vers Dieu nos prières, nos actions de grâce, nos actes d’Amour, nos Offrandes comme nos sacrifices, nos souffrances comme nos joies, nos pleurs comme nos rires, nos combats contre le mal qui veut nous enchaîner avec nos succès comme nos échecs, etc…

L’Esprit-Saint est comme L’Eau…cette eau se mélange au Sang du Christ.
De Son Cœur transpercé jaillit du sang et de l’eau.

Jésus a versé volontairement et entièrement tout Son Sang, jusqu’à la dernière goutte pour notre Salut (pour ne pas en gâcher une seule goutte…et laisser à penser qu’Il ne nous a pas donné tout Son Amour, qu’Il ne nous a pas tout donné…en gardant pour lui quelques gouttes qui auraient pu sauver une ou plusieurs personnes !!!).
L’eau sortant du cœur de Jésus est le signe que tout le Sang de Jésus était donné et représente le sérum qui reste dans le corps d’une personne totalement vidée de son sang qui vient juste de mourir.

Du Cœur de Jésus est sorti du sang et de l’eau…Le Sang pour nous purifier, L’Eau agissant comme un sérum pour nous guérir.
Et pour compléter notre guérison, Le Sang de Jésus s’est mélangé aux larmes de La Très Sainte Vierge Marie (Co-Participante à la Rédemption de Jésus pour notre Salut)…qui est devenu notre Maman au moment où Jésus, sur Le Bois de Sa Croix, allait expirer quelques instants plus tard…ainsi qu’au sang et aux larmes de tous les Saints martyrs.

C2d28561

Pour compléter les lectures du jour, en ce jour où nous fêtons La Pentecôte, j’aimerais vous permettre de lire la description de ce moment de la descente de L'Esprit-Saint sur la Très Sainte Vierge Marie et sur les Apôtres… tel qu’il l’a été révélé à Maria Valtorta :
Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (tome 10, chapitre 25 de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé… (Actes des Apôtres 2 1-…)
25. La descente de l'Esprit-Saint (Pentecôte).

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/05/2018