La Souffrance, Les âmes "victimes" et L'Heure Sainte...1ère Partie.

LA PAIX SOIT AVEC VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES

LA SOUFFRANCE, LES ÂMES VICTIMES ET L’HEURE SAINTE…1ère Partie.


*********************

Pour lire en format WORD les autres parties de cette Réflexion, aller soit dans les sous-pages (tout en bas de cette page), soit dans le menu déroulant.

*********************


Pour ceux qui sont les plus avancés spirituellement, les plus Amoureux de Dieu, les plus remplis de Compassion, les plus Humbles et qui désirent s’unir aux Souffrances de Jésus lors de Son Agonie au Gethsémani dans la nuit du Jeudi au Vendredi Saint juste après La Sainte Cène et avant Son arrestation et Sa Passion, j’aimerais laisser Jésus nous faire méditer cette Heure Sainte.

Pour commencer, j’aimerais rappeler cet appel de Jésus à Sainte Marguerite-Marie de commémorer cette heure pour s’unir aux souffrances de Jésus et apaiser sa douleur.

L’Heure Sainte (du jeudi au vendredi de 23h00 à 00h00).

« Toutes les nuits du jeudi au vendredi, je te ferai participer à cette mortelle tristesse que j'ai bien voulu sentir au Jardin des Oliviers, et laquelle tristesse te réduira, sans que tu la puisses comprendre, à une espèce d'agonie plus rude à supporter que la mort.

Et, pour m'accompagner dans cette humble prière que je présentais alors à mon Père parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit, pour te prosterner pendant une heure avec moi, la face contre terre, tant pour apaiser la divine colère, en demandant miséricorde pour les pécheurs, que pour adoucir en quelque façon l'amertume que je sentais de l'abandon de mes apôtres, qui m'obligea à leur reprocher qu'ils n'avaient pu veiller une heure avec moi » (Notre Seigneur Jésus-Christ à Sainte Marguerite-Marie)

 

Cela n’est pas donné à tous de s’unir à ce moment de torture spirituelle que Jésus a vécu, où dans Sa Souffrance Il a transpiré du Sang en grande quantité.

Dieu ne nous le demande pas. Déjà si nous pouvons supporter nos souffrances, nos fatigues, nos maladies et nos douleurs provoquées par le cours de notre vie (en restant fidèle à Dieu et à tous Ses Commandements) et par notre Compassion envers ceux que nous aimons qui souffrent, sans nous retourner contre Dieu, en les acceptant et en les offrant à Dieu...c’est déjà une réponse d’Amour, de Foi et d’Espérance qui réjouit Le Cœur de Dieu.

Que chacun fasse déjà cela, avec Amour (pour Dieu et pour son Prochain) et Dieu vous Bénira.

 

Mais pour ceux qui veulent aller plus loin et s’unir aux Souffrances du Christ par une très grande Compassion pour L’Amour qu’Il a pour nous en ayant pris notre condition d’homme pour notre Salut et souffrant de voir comment nous l’avons rejeté, torturé et tué (encore maintenant), Lui qui est Amour, qui est Lumière et qui est Vérité, Dieu les comble de Grâce et de Bénédiction en leur apprenant à Aimer La Souffrance et en les inondant de Sa Paix.

Et parmi ceux-ci, convaincus, généreux et aimant, il y a ceux dont L’Amour est le plus ardent.

A ceux-là, Jésus leur dit ceci :

Extrait des Révélation de Jésus à Maria Valtorta du 12 Juin 1944 (dans les Cahiers de 1944).

Jésus dit :

J’ajoute encore ceci pour te perfectionner dans la souffrance.

Aimer la souffrance est déjà un conseil de perfection, car le Commandement de Dieu, qui connaît les possibilités de l’homme, se borne à ordonner se supporter la douleur par obéissance à Dieu.

Beaucoup (la majorité) ne savent même pas faire cela.

Dieu dit aux meilleurs ; « Aimez La Souffrance puisque Mon Fils l’a Aimée pour votre bien. Faites-en de même pour le bien de vos frères ».


Mais, parmi ces meilleurs que sont les Chrétiens fidèles, convaincus, généreux, aimants, il y a une catégorie « élue ».

Ce sont les séraphins des fidèles, ceux dont l’Amour est le plus ardent.

L’Amour dont ils brûlent leur fait aimer ce qu’il y a de plus difficile, à telle enseigne qu’ils ne se bornent pas à Aimer la souffrance qui les afflige avec la permission de Dieu, mais qu’ils la demandent et disent :

« Me voici, Père. Je suis ici pour te demander le même calice que celui que tu as donné à ton Fils, et pour le même motif ».

Ils deviennent ainsi les « victimes ».

C’est à ces dernières que j’adresse, par toi qui en es une, ce conseil de perfection.

Extrait des Révélation de Jésus à Maria Valtorta du 11 Juin 1944 (dans les Cahiers de 1944).

Jésus dit :

Crois-tu, Maria, que je ne souffre pas de devoir vous « assaisonner » ainsi par la souffrance, vous que j’aime par-dessus tout ???

Crois-tu que, si je le pouvais, je ne voudrais pas vous donner toute joie pour la joie que vous me procurez ???

Mais, pour sauver le monde, il n’est d’autre moyen que la douleur.

Moi-Même, qui suis Dieu, je n’ai trouvé que celui-ci pour être Le Sauveur.

La Joie deviendra Joie pour vous, mais ce sera dans l’autre Vie. Ici, elle n’existe pas pour vous, mes chères Victimes que j’Aime.

Ici vous possédez Ma Paix, l’Union à Moi et Mon Amour.

 

Des joies spirituelles, mais rien pour la chair. Pour elle, vous n’avez que de la souffrance.

En outre cela ne suffit jamais, puisque L’Erreur ne cesse de croître.

Vous êtes les réparatrices des erreurs et vous ne pouvez prendre un instant de répit, car L’Ennemi continue à détruire, si bien qu’il faut continuer d’édifier pour garder au monde un aspect Humain, pas complètement Satanique.

 

Le Christ, au Ciel, ne pleure plus. Mais, Il Souffre encore car, s’Il est Dieu, Il est également Homme et Il a un Cœur.

Or, de quoi souffre Mon Cœur, qui est parfait dans ses passions ? De se voir mal aimé et de voir souffrir, de devoir laisser souffrir ceux qui L’Aime et ceux qu’Il Aime.

Oh ! Comme je Souffre de vous voir souffrir pour accomplir en vous la rédemption de l’homme ! Comme j’en Souffre !

Mais, à chaque palpitation de douleur qui répond à votre douleur, j’unis un don pour le Ciel. Pour votre Ciel. C’est le vôtre.

Vous le conquérez heure par heure, et Il vous attend.

Oh ! Que de splendeurs vous sont destinées ici !!! Oh ! Quel amour vous attend !!! Comme Je su