75. Fête de Saint Matthieu...3ème Partie.

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT AVEC VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES.

FÊTE DE SAINT MATTHIEU…3ème Partie.

 

TROISIEME ET DERNIERE PARTIE. 

Comme je l’ai dit plus haut, nous voudrions dans nos « communauté de vie » (pour ceux qui y vivent), dans nos « couples » et nos « familles » (qui sont aussi des communauté de vie), parmi nos « amis », parmi nos « relations »…n’avoir que des gens « bien sous tout rapport » dont le passé ne présente aucune faille ni aucune ombre…et qui, en plus, peuvent nous permettre…d’en obtenir le plus possible d’avantages…voir de grimper « l’échelle sociale » en pouvant nous appuyer pour défendre nos « intérêts propres !!! » sur des personnes influentes (voir vraiment très influentes et puissantes)…

 

Mais le Plan de Dieu est à l’opposé !!! Lui, Notre Dieu, choisit les faibles et les petits, les simples et les rejetés, les païens et les pécheurs…pour confondre les puissants et les orgueilleuxpour confondre les chrétiens, religieux, prêtres dont La Foi, L’Espérance et L’Amour n’existe plus dans leur cœur dur comme la pierre et orgueilleux comme un paon !!!

 

Aujourd’hui, L’Eglise nous présente Saint Matthieu, un des quatre Evangéliste, un des 12 Apôtres, un des 4 « Vivants » (Apocalypse selon Saint Jean 4 7-8).

Il est le dernier des douze apôtres venant rejoindre « la troupe apostolique » accompagnant Jésus.

Et les onze qui accompagnent Jésus et formant une équipe plus ou moins soudée…voit Jésus qui vient y rajouter…une personne voleuse et détestée…qui les a escroqué depuis bien longtemps en augmentant leurs taxes par deux ou par trois (voir plus)…pour dépenser cet argent en « orgies » et autres dépenses « outrageantes ».

 

Non seulement, il leur est dur de penser qu’ils devront partager leur vie avec lui…mais en plus…ils seront rejeté par les autorités Juives…qui ne pourront croire en quelqu’un qui va au milieu des lépreux, des pécheurs et des prostituées…et qui prend avec Lui des voleurs !!!

...sans oublier qu’Il prendra aussi, par la suite, une prostituée convertie (Marie-Madeleine) et plus tard… des tueurs (Saint Paul qui pourchassait les Chrétiens pour les faire condamner à mort…avant de trouver « Jésus en Gloire » sur se route…et de venir se joindre aux disciples qu’il pourchassait…pour témoigner de Jésus !!!).

 

Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (tome 2, chapitre 62 de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé…

Appel de Mathieu parmi les disciples.

Jésus se met en route et dit en souriant : "Oh ! Maintenant que grâce aux figues le tout s'est éclairci, allons à... Où dites-vous d'aller ?"

Les apôtres ne savent pas, qui indique un endroit, qui un autre. Jésus secoue toujours la tête et rit.
Pierre dit : "J'y renonce à moins que tu ne le dises... J'ai des idées noires aujourd'hui. Tu ne l'as pas vu, mais quand nous débarquions, il y avait là Éli, le pharisien. Plus jaune que d'habitude. Et il nous regardait d'un air !"  
"Laisse-le regarder."    
"Eh ! Par force. Mais je t'assure, Maître, que pour faire la paix avec celui-là il faudra plus de deux figues !"    

"Qu'ai-je dit à la maman de Tobie ? "J'ai fait la paix avec l'objet même de la guerre". Et ainsi je tâcherai à faire la paix en leur témoignant du respect, puisque selon eux je les ai offensés, les notables de Capharnaüm. Ainsi, même quelqu'un d'autre sera content"          
"Qui ?"            
Jésus ne répond pas à la demande et continue : "Je ne réussirai pas probablement, car à eux, il leur manque la volonté de faire la paix.

Mais écoutez : si dans toutes les disputes le plus modéré savait céder et ne pas s'acharner à avoir raison, et se montrait conciliant en partageant en deux l'objet du litige même si, je veux l'admettre, ses réclamations étaient fondées, ce serait mieux et plus saint.

Ce n'est pas toujours que quelqu'un nuit par parti-pris de nuire. Parfois on agit mal sans le vouloir.Pensez toujours à cela et pardonnez.

Éli et les autres croient servir Dieu avec justice en agissant comme ils le font. Je chercherai, avec patience et constance et tant d'humilité et de bonne grâce, à les persuader qu'un nouveau temps est venu et que Dieu, maintenant, veut être servi d'après mon enseignement.

La ruse de l'apôtre : c'est la bonne grâce, son arme : la constance, le secret de la réussite : l'exemple et la prière pour ceux qu'il faut convertir."     

Ils sont arrivés sur la place. Jésus va tout droit au comptoir de la gabelle où
Matthieu est en train de faire ses comptes et de vérifier les monnaies qu'il répartit par catégories en les mettant dans des sacs de diverses couleurs qu'il place dans un coffre de fer que deux serviteurs attendent de transporter autre part.

À peine l'ombre projetée par la grande taille de Jésus s'allonge sur le comptoir, Matthieu lève la tête pour voir celui qui vient payer en retard.

Pierre, en attendant, dit à Jésus le tirant par la manche : "Il n'y a rien à payer, Maître. Que fais-tu?"     

Mais Jésus ne s'en occupe pas. Il fixe Matthieu qui, tout de suite s'est levé par respect. Un second regard pénétrant.

Mais ce n'est pas, comme l'autrefois, le regard du juge sévère.

C'est un regard d'appel affectueux. Il l'enveloppe, le pénètre d'amour. Matthieu devient rouge. Il ne sait que faire, que dire...
"Matthieu, fils d'Alphée, l'heure est sonnée. Viens. Suis-Moi !"
lui déclare Jésus majestueusement.     
"Moi ? Maître, Seigneur ! Mais sais-tu qui je suis ? C'est pour Toi, pas pour moi, que je le dis..."       
"Viens, suis-Moi, Matthieu, fils d'Alphée" répète Jésus plus doucement.          

"Oh ! Comment puis-je avoir trouvé grâce près de Dieu ? Moi... Moi..."        
"Matthieu, fils d'Alphée, j'ai lu dans ton cœur. Viens, Suis-Moi." La troisième invitation est une caresse.         
"Oh ! Tout de suite, mon Seigneur !"et Matthieu, en pleurant, sort de derrière le comptoir sans plus s'occuper de ramasser les pièces de monnaies éparses, de fermer le coffre. Rien.    

"Où allons- nous, Seigneur ? demande-t-il quand il est près de Jésus. Où me conduis-tu?"
"Dans ta maison. Veux-tu donner l'hospitalité au Fils de l'homme ?"    

"Oh !... mais... mais que vont-ils dire ceux qui te haïssent ?"    
"Moi, j'écoute ce qu'on dit au Ciel, et là, on dit : "Gloire à Dieu pour un pécheur qui se sauve !", et le Père dit : "Éternellement la Miséricorde se lèvera dans les Cieux et se répandra sur la terre et puisque Je t'aime d'un amour éternel, d'un amour parfait, voici qu'aussi, à ton égard J'use de miséricorde".

Viens. Et par ma venue, en plus du cœur, que ta maison soit sanctifiée."

"Je l'ai déjà purifiée par l'espérance que j'avais dans l'âme... mais que mon esprit ne pouvait admettre qu'elle fût vraie...
Oh ! Moi avec tes saints..." et il regarde les disciples.          

"Oui, avec mes amis. Venez. Je vous unis. Et soyez frères." Les disciples sont tellement stupéfaits qu'ils n'ont pas encore trouvé manière de dire une parole.

Ils ont cheminé en groupe, derrière Jésus et Matthieu, sur la place toute ensoleillée, et maintenant absolument déserte, par un bout de route qui brûle dans un soleil éblouissant. Il n'y a personne dans les rues. Mais seulement le soleil et la poussière.            

Ils entrent dans la maison. Une belle maison avec une large entrée qui donne sur la rue. Une jolie cour ombragée et fraîche, au delà de laquelle on en voit une grande organisée en jardin.
"Entre, mon Maître ! Apportez de l'eau et des boissons." Les serviteurs accourent avec tout ce qu'il faut.       

Matthieu sort pour donner des ordres, pendant que Jésus et les siens se rafraîchissent. Puis, il revient. "Viens maintenant, Maître. La salle est plus fraîche... Maintenant des amis vont venir ... Oh ! je veux que ce soit grande fête ! C'est ma régénération... C'est ma... ma circoncision vraie, celle-là... Tu m'as circoncis le cœur par ton amour ...Maître, ce sera la dernière fête... Maintenant, plus de fêtes pour le publicain Matthieu. Plus de fêtes de ce monde...

Seulement la fête intérieure, celle d'être racheté et de te servir... d'être aimé de Toi... Combien j'ai pleuré... Combien ces derniers mois... Cela fait presque trois mois que je pleure... Je ne savais comment faire... je voulais venir ...Mais, comment venir vers Toi, Saint, avec mon âme souillée ?"            

"Tu l'as lavée par ton repentir et par ta charité. Pour Moi et pour le prochain. Pierre ? Viens ici."        
Pierre qui n'a pas encore parlé, tant il est ébahi, s'avance. Les deux hommes, âgés tous les deux, petits, trapus, sont en face l'un de l'autre, et Jésus est entre eux deux, souriant, beau.

"Pierre, tu m'as demandé tant de fois qui était l'inconnu de la bourse apportée par
Jacques. Le voici : il est là."           
"Qui ? Ce vol... Oh ! Pardon, Matthieu ! Mais qui pouvait penser que c'était toi, toi, vraiment. qui nous désespérais par ton usure, que tu fusses capable de t'arracher chaque semaine un morceau de ton cœur pour donner cette riche obole ?"  
"Je le sais. Je vous ai injustement taxés. Mais, voici que je m'agenouille devant vous tous et que je vous dis : ne me chassez pas ! Lui m'a accueilli. Ne soyez pas plus sévères que Lui."     
Pierre, qui a Matthieu à ses pieds, le relève d'un seul coup, rudement, affectueusement : "Debout, debout ! Pas à moi, ni aux autres. Ce n'est qu'à Lui qu'il faut demander pardon. Nous... allons, nous sommes tous plus ou moins voleurs comme toi...

Oh ! Je l'ai dit ! Maudite langue ! Mais moi, je suis fait comme ça : ce que je pense, je le dis, ce que j'ai sur le cœur, je l'ai sur les lèvres.

Viens, que nous fassions un pacte d'affectueuse paix" et il embrasse Matthieu sur les joues.    
Les autres aussi le font avec plus ou moins d'affection. Je dis cela, car
André est retenu par sa timidité, et Judas Iscariote est glacial. On dirait qu'il embrasse un tas de reptiles, tant son accolade est détachée et brève.     
Matthieu sort, entendant du bruit.        
"Pourtant, Maître, dit Judas Iscariote, il me semble que cela n'est pas prudent. Déjà les pharisiens d'ici t'accusent, et Toi...

Voilà un publicain parmi les tiens ! Un publicain après une prostituée !... As-tu décidé ta ruine ? S'il en est ainsi, dis-le, que..."

"Que nous filions, pas vrai ?" dit Pierre ironique.          
"Et toi qui te parle ?"   
"Je sais bien que tu ne t'adresses pas à moi, mais moi, par contre, je parle à ton âme de grand seigneur, à ton âme très pure, à ton âme de sage.

Je sais que toi, membre du Temple, tu sens l'odeur de péché en nous, pauvres, et qui ne sommes pas du Temple.

Je sais bien, que toi, juif complet, mélange de pharisien, de sadducéen et d'hérodien, à moitié scribe et un brin essénien - veux-tu d'autres de nobles appellations ? - tu te sens mal à l'aise parmi nous, comme une magnifique alose prise dans un filet rempli de goujons.

Mais, que veux-tu y faire ? Lui nous a pris et nous... nous restons. Si tu te sens mal à l'aise... va-t'en, toi.

Nous respirerons mieux, nous tous. Même Lui, qui, tu le vois, est indigné par moi et par toi. Par moi parce que je manque de patience et aussi... oui, et aussi de charité, mais plus par toi qui ne comprends rien, avec toute ta chamarrure de nobles titres, et qui n'as ni charité, ni humilité, ni respect. Tu n'as rien, garçon. Une grande fumée seulement, et Dieu veuille qu'elle soit inoffensive."     

Jésus a laissé Pierre parler. Il est resté debout, sévère, les bras croisés, les lèvres serrées et les yeux... peu rassurants. À la fin il dit : "As-tu tout dit, Pierre ? As-tu aussi libéré ton cœur de tout le levain qu'il contenait ?

Tu as bien fait. Aujourd'hui, ce sont les Azymes de Pâques pour un fils d'Abraham. L'appel du Christ est comme le sang de l'agneau sur vos âmes, et où il vient, la faute ne descendra plus. Elle ne descendra pas, si celui qui le reçoit, lui est fidèle. Mon appel est libération et il faut le fêter sans levain d'aucune sorte."  
À Judas, pas un mot. Pierre se tait, mortifié.    

"Notre hôte revient, dit Jésus. Il est avec des amis. Ne leur montrons pas autre chose que la vertu. Si quelqu'un ne peut y parvenir, qu'il sorte.

Ne soyez pas semblables à des pharisiens qui accablent les gens de préceptes qu'eux, les premiers, n'observent pas."            

Matthieu rentre avec d'autres hommes et le repas se déroule. Jésus est au centre, entre Pierre et Matthieu. Ils parlent de sujets divers et Jésus répond patiemment à toutes les questions qu'on Lui pose. Ce sont aussi des plaintes à l'égard des pharisiens qui les méprisent.    
"Eh bien ! Venez à qui ne vous méprise pas et puis agissez de telle façon que les bons, au moins, ne vous méprisent" répond Jésus.  
"Tu es bon. Mais tu es le seul !"   

"Non ceux-ci sont comme Moi et puis... c'est le Dieu Père qui aime qui se repent et veut devenir son ami.Si tout manquait à l'homme, sauf le Père, ne serait-elle pas complète la joie de l'homme ?"

 

Le Plan d’Amour de Dieu nous dépasse totalement…et c’est pour cela que nous devons continuellement nous « convertir » pour être de plus en plus en Dieu et tel que Dieu nous désire (C’est-à-dire en supprimant peu à peu toutes « les richesses » qui encombrent notre esprit et l’empêche d’être à l’écoute de Dieu dans notre âme)…

Le Plan d’Amour de Dieu nous dépasse totalement…et c’est pour cela que nous devons continuellement nous « convertir » pour nous nourrir de plus en plus de Lui par L’Eucharistie qui est Parole, Corps et Sang du Christ et qui permet à toute La Sainte Trinité (mais aussi à La Très Sainte Vierge Marie) de venir habiter en nous…dans la mesure où notre âme est en état de Grâce lorsqu’elle reçoit Dieu en elle.

Le Plan d’Amour de Dieu nous dépasse totalement…et c’est pour cela que nous devons continuellement nous « convertir » pour nous unir, chaque jour et à chaque instant de nos jours et de nos nuits, à Dieu dans La Prière (La Prière personnelle, La Prière en Eglise, L’Eucharistie quotidienne vécue en état de Grâce).

Si nous nous endormons en ayant offert notre nuit à Dieu, en ayant fait notre « examen de conscience » de la journée écoulée en ayant demandé Pardon à Dieu pour nos manquements et nos faiblesses (voir en nous engageant le cas échéant à rencontrer un Prêtre au plus vite pour recevoir Le Sacrement de Réconciliation…si nos fautes risquent de nous couper de La Grâce), en ayant « rendu Grâce » à Dieu…pour toutes les Bénédictions de la journée qui se termine… Alors Dieu restera dans notre « inconscient » pour parler à notre âme durant notre sommeil… et nous nous réveillerons…en présence de Dieu…Lui rendant Grâce pour Son Amour pour nous.

 

Pour terminer…j’aimerais me placer de l’autre côté !!!

Je viens de parler de la difficulté d’accepter un Prochain voleur, luxurieux, escroc (dont en plus nous avons parfois pu être les victimes…comme ce fut le cas de Pierre et André son frère)…et non seulement d’être Témoin auprès de lui de L’Amour de Dieu, de Sa Miséricorde et de Sa Compassion…pour lui personnellement…mais parfois de l’accepter parmi nos amis voir au sein de notre communauté…et de continuer à l’Aimer de L’Amour que Dieu a pour lui !!!

 

Maintenant pensons aux Matthieu…dont Dieu a touché les cœurs…et qui désirent savoir comment faire…pour devenir à leur tour des témoins de L’Amour de Dieu et réparer tout le mal qu’ils ont fait.

Si nous étions ceux-là !!! Oserions-nous frapper à la porte de ceux que nous avons escroqué, volé ou fait tout autre mal…pour vivre en communauté avec eux !!!

 

La fête que L’Eglise célèbre aujourd’hui…est aussi pour chacun de nous qui sommes des « Matthieu ».

C’est un appel et écraser l’orgueil de fuir, à cause du mal que nous avons fait…pour faire jaillir l’humilité de reconnaître nos péchés, le désir infini de réparer au centuple le mal fait…et d’obtenir le Pardon de ceux que nous avons blesséen les entourant d’une sollicitude infinie et d’un Amour infatigable et immodéré (je parle de L’Amour vrai et sincère qui vient de Dieu…pas de la luxure).

Ce n’est pas parce que nous avons vécu loin de Dieu et au milieu de tous les plaisirs « du monde », dans la luxure, la débauche, le vol, la haine, la violence, etc…que Dieu ne pourra jamais nous Pardonner, nous Aimer, Compatir au mal que nous avons fait sans le désirer ou en croyant le désirer…mais sans en réaliser les conséquences, aveuglé que nous étions par les griffures des épines des ronces sataniques qui nous enserraient, et qu’Il ne pourra pas panser nos plaies et soigner nos blessures…

Si nous le désirons fermement…alors Dieu nous donnera la force de renoncer définitivement au mal dans lequel nous vivions.

Il mettra sur notre route quelques-uns de Ses Serviteurs les plus aptes à nous comprendre, à nous éclairer, à nous Aimer et nous faire avancer sur ce nouveau Chemin, totalement inconnu pour nous.

Bien-sûr, il nous faudra beaucoup de courage, d’humilité, de persévérance face à tous les obstacles qui se présenterons sur notre route pour nous faire chuter…et revenir où nous étions …voir dans un état bien pire…

Matthieu 12 41-45

Lorsque l’esprit impur est sorti de l’homme, il erre par des lieux arides en quête de repos, et il n’en trouve pas. Alors il dit : « Je vais retourner dans ma demeure d’où je suis sorti ».

Etant venu, il la trouve libre, balayée, bien en ordre. Alors il s’en va prendre avec lui sept autres esprits plus mauvais que lui. Ils reviennent et y habitent.

Et l’état final de cet homme devient pire que le premier…

Tout va se liguer contre nous pour nous faire retomber d’où l’on vient et nous risquons de nous retrouver finalement dans un état bien pire que le précédent…parce que Satan nous enserrera bien plus profondément avec ses griffes…nous entraînant là où nous ne serions pas allé auparavant (grâce à nos anciens amis…qui refusent notre changement…qui veulent nous faire découvrir de nouveaux horizons, qui veulent nous « posséder » davantage !!! etc…).         

Cela peut sembler impossible, mais avec Dieu, si l’on a le cœur droit et humble ainsi que le désir de renoncer au mal que nous avions fait…alors Dieu nous donnera la force d’avancer sur le chemin du retour vers Lui…et mettra sur notre route ses serviteurs pour nous soutenir et nous aider à réparer le mal que nous avons fait (comme ce fut le cas pour Sainte Marie-Magdeleine…voir ma Réflexion n°41 : La Brebis perdue).

Si cela a été possible pour Marie-Magdeleine, si cela a été possible pour Matthieu…alors qui que nous soyons, c’est possible d’être Pardonné, de revenir et de prendre Le seul Chemin qui conduit au Bonheur éternel…c’est parfois héroïque de revenir…mais c’est toujours possible (même Judas aurait pu revenir après sa trahison, alors que Jésus vivait Sa Passion…s’il avait amèrement regretté son geste et demandé pardon soit aux pieds de La Très Sainte Vierge Marie…soit aux pieds de Jésus mourant sur Le Bois de La Croix…Le Sang de Jésus coulant sur lui l’aurait lavé de ses péchés !!!).

Maintenant, il nous faudra (nous qui sommes des « anciens Matthieu ») trouver sur notre route de « bons serviteurs de Dieu » qui trouveront le temps de nous ouvrir leur porte…et qui nous accueillerons avec Amour, Compassion et Miséricorde…sans nous condamner et sans vouloir être « notre sauveur », « notre juge », « ceux qui savent…ce que nous devons faire »…mais des êtres qui vivent en Dieu…et attendent de Lui qu’Il les éclaire et mette dans leur cœur et sur leur lèvres les Paroles que Dieu désire nous dire ainsi que les actes et les gestes qu’Il désire nous montrer.

Heureusement Dieu est Infiniment Bon et si un ou plusieurs de ses serviteurs (qu’ils soient Prêtres, Religieux ou simples Chrétiens) ferment leurs portes, leurs oreilles et leurs cœurs, pris qu’ils sont pas les désirs et envies de leur chair (moment de repos, film ou feuilleton T.V., visite à des copains, etc…j’en ai déjà parlé dans différentes Réflexion dont la n°68 : La Fête de Saint Laurent)…

…alors Dieu trouve d’autres serviteurs pour les remplacer puisque les premiers…étaient trop occupés…pour servir Dieu qui se trouve dans Le Prochain qui frappe à la porte !!!

 

Voyons en cela comment Pierre a réagit à l’entrée dans la troupe apostolique de Matthieu…et servons-nous en de modèle.

Pour cela regardons comment Matthieu remercie Jésus de l’accueillir « parmi les siens », lui le pécheur et comment Jésus l’uni aux 11 apôtres et explique à Pierre qui était ce mystérieux et inconnu donateur…et comment Pierre accueille Matthieu.

(Comme je viens de le montrer dans le précédent passage des Révélations de Jésus à Maria Valtorta).


Et comme nous le disent si bien la première lecture ainsi que le psaume de ce jour :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 4,1-7.11-13.
Frères, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à suivre fidèlement l’appel que vous avez reçu de Dieu :

Ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour, ayez à coeur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de La Paix.
Comme
votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit.
Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous.

Chacun d'entre nous a reçu le don de la grâce comme le Christ nous l'a partagée.
Et les dons qu'il a faits aux hommes, ce sont d'abord les Apôtres, puis les prophètes et les missionnaires de l'Évangile, et aussi les pasteurs et ceux qui enseignent.
De cette manière, le peuple saint est organisé pour que les tâches du ministère soient accomplies, et que se construise le corps du Christ.
Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l'unité dans la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu, à l'état de l'Homme parfait, à la plénitude de la stature du Christ.
 

Psaume 19(18),2-3.4-5.
Les cieux proclament La Gloire de Dieu, le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
Le jour au jour en livre le récit et la nuit à la nuit en donne connaissance.
Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qui s'entende, mais sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. Là, se trouve la demeure du soleil.

 

EN UNION DE CŒUR, D’AMOUR FRATERNEL ET DE PRIERES.

 

                                      PIERRE

Sous-pages :

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 21/09/2012