Bienheureux Basile Moreau, Prêtre et Fondateur. Fête le 20 Janvier.

Samedi 20 Janvier 2018 : Fête du Bienheureux Basile-Antoine Marie Moreau, Prêtre et Fondateur des « Congrégation de Sainte-Croix » et des « Marianites de Sainte-Croix » (1799-1873).

Official moreau high densityPhoto du Bienheureux Basile Moreau, CSC, Prêtre et Fondateur de la Congrégation de Sainte Croix. Photo de la Congrégation de Sainte Croix.
Téléversé par Ccox csc
(Pour voir en grand format : official-moreau-high-density.jpg official-moreau-high-density.jpg).

Pour rappel, le 07 Janvier, nous fêtions Saint André Bessette, Frère de la Congrégation de la Sainte-Croix (1845-1937).

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/10229/Bienheureux-Basile-Moreau.html

Bienheureux Basile Moreau

Fondateur de la famille Religieuse de Sainte-Croix ( 1873)

Prédicateur et éducateur de talent, ce Prêtre du diocèse du Mans est le Fondateur de la famille Religieuse de Sainte-Croix.
Portrait par Mgr Jacques Faivre, Évêque du Mans
"Son zèle apostolique a pris les dimensions du monde"
Basile Moreau originaire de Laigné en Belin fut le Fondateur de la Congrégation de Sainte Croix, présente sur 4 continents et regroupant près de 4000 Religieux.
Homélie du Card. José Saraiva Martins à l'occasion de la béatification du serviteur de Dieu Basile Antoine Marie Moreau (Le Mans, le 15 septembre 2007)

L'histoire de Basile Antoine Moreau (site des Marianites de Sainte Croix)
Basile Moreau est un Prêtre fondateur. Né en 1799 à Laigné-en-Belin, il était le neuvième d'une famille de quatorze enfants.
Ses parents étaient cultivateurs. Après le collège, il entra au séminaire du Mans et ordonné Prêtre en 1821, à l'âge de 22 ans. A Paris, il étudie la théologie chez les Sulpiciens puis, durant treize années, au séminaire, il enseignera successivement la philosophie, le dogme et l'Écriture sainte.
En 1835, il organise un groupe de Prêtres auxiliaires pour prêcher des missions et à la demande de son Évêque il assure la direction de la Communauté des Frères de Saint-Joseph.

Pour les services intérieurs, de la Communauté et du pensionnat, il engage quelques femmes, les premières Sœurs.
Il propose à tous et à toutes les vœux de Religion, qu'il prononcera lui même le 15 Août 1840.
L'association Sainte-Croix, du nom de la commune où elle est implantée, est née.

La petite Congrégation connaît une croissance rapide. En plus de l'esprit d'union et de collaboration mutuelle, Basile Moreau voulut donner aux Prêtres, Frères et Sœurs de Sainte-Croix, une ferme confiance en la Divine Providence.

Mais en 1855 commence une douloureuse période pour le Fondateur. Dissensions à l'intérieur de la Congrégation, graves déboires financiers, accusations de mauvaises administrations, l'amènent à offrir sa démission de supérieur général et il se retire, avec deux de ses Sœurs, dans une petite maison à côté de l'Institution de Sainte-Croix.
Sans amertume ni haine, et pardonnant à tous, il passe ses dernières années à donner des prédications dans les paroisses du Mans et des environs.
Il tombe malade en Janvier 1873 et meurt vingt jours plus tard.
(Source InfoCatho)

Biographie site du Vatican
- Site des sœurs de Sainte-Croix
- Site de
l'oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal (Québec)

Bienheureux Basile Moreau (1799-1873) Prédicateur et éducateur de talent, ce Prêtre du diocèse du Mans est le Fondateur de la famille Religieuse de Sainte-Croix. Il a été Béatifié au Mans le 15 Septembre 2007.
Témoins - site de l'Église catholique en France
.

17000705 1

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180120&id=14495&fd=0

Bienheureux Basile-Antoine Marie Moreau
Prêtre et Fondateur des
« Congrégation de Sainte-Croix »
« Marianites de Sainte-Croix »

Basile-Antoine Marie, neuvième d’une famille de quatorze enfants, naquit le 11 Février 1799, dans le petit village de Laigné en Belin, près du Mans, à la fin de la Révolution française.
Ses parents, Louis Moreau et Louise Pioger, étaient des agriculteurs et marchands de vin. Ils n’avaient pas la possibilité de faire instruire leurs enfants.
Basile et sa sœur Cécile furent les seuls à apprendre à lire et à écrire, grâce au curé de la paroisse, l’abbé Provost, qui le leur apprit.

À l’âge de 15 ans, Basile entra au petit séminaire et, deux années plus tard, il commença ses études en théologie et en philosophie.
Ordonné Prêtre en 1821, il fut nommé professeur au séminaire. Plusieurs années plus tard, il devint le recteur du séminaire et s’exerça à la pratique de la patience dans les situations de tension.
Il fit l’apprentissage de trois sources de Paix : l’Humilité, l’Amour de la Croix et la confiance en la Divine Providence.

En 1823, il fut nommé directeur spirituel des Frères de Saint-Joseph, une Congrégation fondée par le Père Dujarié.
Douze ans plus tard, il accepta la direction de ces Frères et forma également une association de Prêtres auxiliaires en vue d’un projet apostolique, lequel devint en 1837, la « Congrégation de Sainte-Croix ».

En 1841, il entreprit un nouveau projet avec un petit groupe de femmes, avec la collaboration principale de Léocadie Gascoin.
Ce groupe s’appelait les « Marianites de Sainte-Croix ».

Ces trois sociétés, les Sœurs, les Frères et les Prêtres, guidées par Basile Moreau, furent envoyées en mission dans différents pays.
À la suite de ses visites à Rome, pour obtenir l’approbation des sociétés et pour trouver des solutions aux tensions internes dans la Congrégation, Basile résigna comme supérieur général. Il se retira à la maison des Marianites.
Il continua à travailler comme missionnaire itinérant jusqu’à sa dernière retraite, trois semaines avant sa mort.

Nous admirons son zèle pour la mission, qu’il a décrit dans sa lettre du 19 Novembre 1871 :
« je ne meurs point et j’espère encore pouvoir prêcher le prochain carême dans une paroisse de notre diocèse. »
Il est retourné à la maison du Père le 20 Janvier 1873.

Basile-Antoine Marie Moreau a été Béatifié au Centre Antarés de Le Mans, le 15 Septembre 2007, par le Cardinal José Saraiva Martìns, Préfet de la Congrégation pour la cause des Saints, qui représentait le Pape Benoît XVI.

17000815 2Pour un approfondissement biographique, lire la :
>>> Biographie du site du Vatican

Basile-Antoine Marie Moreau (1799-1873)

Basile Moreau, un Prêtre Fondateur...
Né en 1799 à Laigné-en-Belin, Basile Moreau était le neuvième d'une famille de quatorze enfants. Ses parents étaient cultivateurs.
Le curé de Laigné discerna très tôt chez le jeune garçon les signes d'une vocation particulière et il encouragea ses parents à lui faire entreprendre les études qui le mèneraient à la prêtrise.

Après le collège, Basile entre au séminaire du Mans. Il est ordonné Prêtre en 1821, à l'âge de 22 ans.
L'Évêque du Mans l'envoie à Paris parfaire sa formation en théologie chez les Sulpiciens et s'imprégner de leur spiritualité.
Revenu au Mans en 1823, il est nommé professeur au séminaire. Durant treize années, il y enseignera successivement la philosophie, le dogme et l'Ecriture Sainte.

La Fondation de Sainte-Croix
Tout en remplissant sa tâche de formateur, le jeune Prêtre, de nature active et entreprenante, cherche à répondre à divers besoins pastoraux.
En 1835, à la demande de Mgr Bouvier, il organise un groupe de Prêtres auxiliaires pour prêcher des missions et des retraites dans les paroisses.
La même année, son Évêque lui confie la direction de la Communauté des Frères de Saint-Joseph, fondée en 1820 par le curé de Ruillé-sur-Loir, Jacques Dujarié.
Dans le but d'assurer une collaboration permanente entre les deux groupes, Basile Moreau les réunit, en 1837, en une seule Communauté et leur donne la mission d'éduquer la jeunesse et d'évangéliser les campagnes.
Pour les services intérieurs, de la Communauté et du pensionnat, il engage quelques femmes, les premières Sœurs.

Il propose à tous et à toutes les vœux de Religion, qu'il prononcera lui même le 15 août 1840.
L'association de la Sainte-Croix (du nom de la commune où elle est implantée) est née.
En 1841, la venue de Léocadie Gascoin assure une base solide à la Communauté de Religieuses, les Marianites de la Sainte-Croix.
En 1857, le Pape Pie IX approuve officiellement la Congrégation de la Sainte-Croix, du moins celle des Pères et des Frères, car la Congrégation des Marianites de la Sainte-Croix ne recevra l'approbation romaine que dix ans plus tard.

La petite Congrégation connaît une croissance rapide car le Père Moreau n'hésite pas à répondre aux demandes qui lui parviennent de partout.
Il envoie ses Missionnaires en Algérie (1840), aux Etats-Unis (1841), au Canada (1847), au Bengale oriental (1852).
Aujourd'hui, les quelque mille membres de la Sainte-Croix se trouvent sur cinq continents et dans vingt pays.

La spiritualité du Père Moreau
Ce qu'il cherche le plus à insuffler aux membres de cette famille est l'esprit d'union. S'il doit relever le défi de faire vivre ensemble trois Communautés (religieux, clercs et laïcs), il est profondément convaincu que toute Congrégation Religieuse doit imiter les premiers Chrétiens qui n'avaient "qu'un cœur et qu'une âme", donnant en exemple la Sainte Famille de Nazareth, reflet sur terre de l'union des trois personnes de la Sainte Trinité.

En plus de l'esprit d'union et de collaboration mutuelle, Basile Moreau a voulu donner aux Prêtres, Frères et Sœurs de la Sainte-Croix, une ferme confiance en la Divine Providence.
Se voyant comme un simple instrument dans les mains de la Divine Providence, il écrit:  "L'œuvre de la Sainte-Croix n'est pas l'œuvre de l'homme, mais bien l'œuvre de Dieu même...

Voilà pourquoi je vous conjure de vous renouveler dans l'esprit de votre vocation qui est un esprit de pauvreté, de chasteté et d'obéissance...
Avec cela, nous pourrons compter sur la Providence... Car elle se charge de pourvoir à toutes les nécessités de ceux (celles) qui s'abandonnent à sa conduite en accomplissant tous leurs devoirs".
Lié à cette confiance en la Providence, le Fondateur de la Sainte-Croix voit se développer parmi ses Religieux et Religieuses un esprit apostolique et un zèle pour la Mission. Axée sur l'éducation, elle doit prendre toute la dimension de la personne humaine, tant au niveau du cœur que de la tête, pour la mettre au service de la société.

Une période douloureuse
Dès 1855 commence une douloureuse période pour le Fondateur. Dissensions à l'intérieur de la Congrégation, graves déboires financiers, accusations de mauvaises administrations, l'amènent à offrir sa démission de supérieur général au chapitre général.
L'annonce de son acceptation par le Pape lui parvient le 14 Juin 1866, jour de sa fête!

Le Père Moreau se retire, avec deux de ses Sœurs, dans une petite maison à côté de l'Institution de la Sainte-Croix.
Sans amertume ni haine, et pardonnant à tous, il passe ses dernières années à donner des prédications dans les paroisses du Mans et des environs.

Il tombe malade en Janvier 1873 et meurt vingt jours plus tard. Le Père Moreau est inhumé dans le cimetière de la Communauté.
Ce n'est que vingt ans après sa mort que les supérieurs généraux cherchèrent à ranimer la vénération de Basile Moreau et à susciter une dévotion à sa mémoire.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/01/2018