Sainte Françoise Romaine, Pénitente romaine (✝ 1440). Fête le 09 Mars.

Vendredi 09 Mars 2018 : Fête de Sainte Françoise Romaine, Pénitente romaine (✝ 1440).
(Sainte Françoise a laissé 93 visions qu'elle a dictée elle-même à son Confesseur. Le Traité de l'Enfer, en particulier, est fort remarquable).
Parmi toutes les choses étonnantes de sa vie, on peut signaler surtout la présence ordinaire et visible de son Ange gardien, et les luttes terribles qu'elle eut à soutenir contre le démon.

996 7 411 zoomÉtude pour Sainte Françoise Romaine. Étienne PARROCEL. Pierre noire et craie blanche. Date de création : (1749)
http://www.musee-calvet.org/beaux-arts-archeologie/fr/oeuvre/filter/filter/filters%5Bcollection%5D/dessins-francais/filters%5Bvcat_id%5D/9

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/777/Sainte-Francoise-Romaine.html.

Sainte Françoise Romaine.

Pénitente romaine (✝ 1440).

A treize ans, parce qu'elle était de bonne noblesse romaine, elle dut épouser Lorenzo de Ponziani. Ils formèrent un ménage parfait, amoureux et paisible.
Pour le public, elle était une merveilleuse maîtresse de maison et une grande dame dans ses réceptions.
Mais elle réservait à Dieu ses conversations les plus longues, dans le petit oratoire au fond de son jardin.

Elle acceptait avec une joie paisible les charges d'épouse et de mère de famille.
Devenue veuve, elle se retira dans la petite congrégation des Oblates de saint Benoît qu'elle venait de fonder pour les dames romaines qui voulaient s'adonner à la prière et aux bonnes œuvres.
Elle mourut chez elle en soignant son fils malade.
- Le monastère fondé par sainte Françoise Romaine (site en italien)

Mémoire de Sainte Françoise Romaine, Religieuse. Mariée toute jeune, elle vécut quarante ans dans le mariage, épouse et mère de famille parfaite, admirable de piété, d’humilité et de patience.
En période de calamités, elle distribua ses biens aux pauvres, soigna les malades et, après la mort de son mari, elle se retira parmi les oblates qu’elle avait rassemblées sous la Règle de Saint Benoît, et mourut en 1440.

Martyrologe romain

"Dieu ne l’avait pas choisie afin qu’elle devint sainte pour elle-même seulement, mais pour qu’elle fît servir les dons que Dieu lui avait accordés au salut spirituel et corporel de son prochain.
Il lui suffisait de peu de mots pour réconforter les cœurs attristés et souffrants, apaiser les inquiets, calmer les emportés, réconcilier les ennemis, éteindre les haines invétérées et les rancunes."
(Témoignage de l’un de ses contemporains).

Santa francesca romana b 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180309&id=2569&fd=0

Sainte Françoise Romaine
Religieuse et Fondatrice

Francesca Bussa de Leoni (ou Sainte Françoise dite Françoise Romaine ou Françoise de Rome) naquit à Rome en 1384, d'une famille très ancienne et non moins illustre.
Son enfance, passée dans le recueillement et dans l'union avec Dieu, l'avait disposée à se consacrer à Jésus-Christ ; mais Dieu permit que ses parents l'engageassent, dans le mariage, pour donner aux personnes mariées un admirable modèle à imiter.

Sa maison fut l'école de toutes les vertus Chrétiennes. Aimable pour tous, on ne sait laquelle fut la plus parfaite, de l'épouse, de la mère, de la maîtresse.
Les obligations de son état n'étaient jamais sacrifiées au bonheur de prier Dieu, et elle en reçut la récompense ; car, un jour qu'elle avait été obligée de s'interrompre quatre fois pendant la récitation du même verset de son office, elle retrouva le verset écrit en lettres d'or.

Elle obtint de son mari, au bout de quelques années de mariage, de vivre en sa maison comme une véritable Religieuse. Plus tard, son mari étant mort, elle put rejoindre les Sœurs Oblates, qu'elle avait fondées, et avec qui elle avait vécu jusque là en communauté d'œuvres et de prières.

Parmi toutes les choses étonnantes de sa vie, on peut signaler surtout la présence ordinaire et visible de son ange gardien, et les luttes terribles qu'elle eut à soutenir contre le démon.
Outre son ange gardien, Dieu lui avait donné un ange chargé de la punir ; cet ange était sévère ; car, à la moindre faute, il la frappait, même en public.

L'ange restait invisible, mais les coups étaient entendus de tous. Ainsi, quelques personnes tenant un jour devant elle une conversation frivole, Dieu inspira à la sainte de les interrompre, et comme elle hésitait, elle reçut sur la joue un rude soufflet.
Souvent, alors qu'elle était à genoux devant une statue de la Sainte Vierge, son ange s'approchait et continuait avec elle la Prière.

Sainte francoise romaine 11Sainte Françoise Romaine et le démon.
Fresque du Monastère des Oblates du Mont-Olivet. Rome.

On représente généralement Sainte Françoise avec un ange à côté d'elle.
Plus d'une fois l'ange dévoué eut à chasser les démons, qui ne cessaient de harceler la servante de Dieu.
Une nuit, pendant qu'elle priait, le diable la prit par les cheveux, et, la portant sur la terrasse de la maison, la suspendit au-dessus de la rue ; mais Dieu la remit en sûreté dans sa cellule.

D'autres fois, elle était traînée violemment ; l'ennemi du salut prenait toutes les formes pour la tromper ou l'épouvanter ; le calme de Françoise excitait son dépit et le mettait en fuite.

Elle mourut le 9 Mars 1440 en soignant son fils Jean-Baptiste, ses dernières paroles furent : « Le Ciel s'ouvre, les anges descendent, l'Archange a fini sa tâche, il est debout devant moi et me fait signe de le suivre ».

Françoise Romaine a été Canonisée, le 29 Mai 1608, par le Pape Paul V (Camillo Borghese, 1605-1621).

Sainte11 2Sainte Françoise Romaine reçoit l'Enfant Jésus
des mains de Notre Dame.
Orazio Gentileschi. XVIIe.

http://missel.free.fr/Sanctoral/03/09.php.

Sainte Françoise Romaine

Biographie

Fille de Paolo de Bussi et de Giacobella de Roffredeschi, Françoise naquit à Rome au début de 1384.
Dès son enfance, elle se familiarisa avec la pratique des pénitents, commença l’étude de la vie des saintes femmes et, chaque jour, visita les églises romaines où l’on pouvait gagner des indulgences.
Sa mère la mit sous la direction spirituelle de dom Antonio di Monte Savello, Bénédictin du Mont Olivet, qui résidait à Santa Maria Nuova (devenue Sainte-Françoise-Romaine), auquel elle obéit exactement.

Françoise qui, depuis son enfance, voulait se retirer dans un cloître, dut, à douze ans, obéissant à son père, renoncer à ce projet pour épouser Lorenzo Ponziani.
Soutenue par sa belle famille, singulièrement par la Vanozza qui avait épousé le frère aîné de Lorenzo, Françoise continua de mener une vie de piété et de pénitence, sous la direction spirituelle de dom Antonio di Monte Savello qui la confessait tous les mercredis, et instruite des vérités de la Foi par un Dominicain, prieur de Saint-Clément, qu’elle rencontrait chaque samedi.

Soudain, Françoise tomba malade et resta une année entière entre la vie et la mort. Elle gardait un calme parfait tandis que sa famille, particulièrement son père, croyaient qu’il y avait là un châtiment Divin parce qu’il l’avait empêchée de se retirer dans un cloître.

Saint Alexis lui apparut une fois, pour lui demander si elle voulait être guérie, et, une seconde fois, pour lui signifier que Dieu voulait qu’elle restât dans le monde pour glorifier son nom ; jetant sur elle son manteau, saint Alexis disparut la laissant parfaitement guérie.
Elle rejoignit Vanozza pour lui raconter sa vision et lui dit : « Maintenant que le jour est venu, hâtons-nous de nous rendre toutes deux à Santa Maria Nuova et à l’église de Saint-Alexis, en action de grâce. »
Les deux femmes résolurent de renoncer aux divertissements inutiles, de progresser dans la prière et de se consacrer à des œuvres de charité.
Le peuple de Rome les considérait comme des saintes et de nobles dames voulurent imiter leur exemple.

Sainte15 4Sainte Françoise Romaine et le démon.
Fresque du monastère des Oblates du Mont-Olivet. Rome.

Les attaques du démon furent si terribles que le Seigneur permit à l’ange gardien de Françoise de se faire visible et prompt à réprimer tout ce qui pouvait empêcher sa progression.
Son premier enfant, Jean-Baptiste, naquit en 1400 ; elle le nourrit elle-même et l’instruisit des vérités de la religion, corrigeant ses défauts d’obstination et de colère. L’année suivante, à la mort de sa belle-mère, elle fut appelée à gouverner la maison des Ponziani dont elle fit un exemple, tant dans l’organisation que dans la piété.
Lorsque la famine et la peste s’abattirent sur Rome, Françoise et Vanozza s’épuisèrent en charité et allèrent jusqu’à se faire mendiantes pour secourir les indigents.
Le Seigneur les aida par quelques miracles. Lorenzo, témoin de tant de merveilles, laissa sa femme organiser sa vie à sa guise ; elle vendit ses robes et ses bijoux, distribua l’argent aux pauvres et de s’habilla plus que d’une robe verte de drap grossier.
Elle avait vingt ans lorsque naquit son deuxième fils, Jean-Evangelista, qui montra dès l’enfance des dons certains de sainteté.
Trois plus tard lui naissait une fille, Agnès, douce et aussi précoce que son frère dans la sainteté.
En 1409, dans l’anarchie romaine, pour avoir défendu la cause de l’Eglise, Lorenzo fut frappé d’un coup de poignard dont il ne mourut pas ; quelques temps plus tard, il fut enfermé et l’on demanda que Françoise livrât son fils aîné en otage ; ne pouvant refuser, elle porte Jean-Baptiste au Capitole et se retire dans l’église de l’Ara Cœli ; prosternée devant l’image de la Vierge, elle entend : « Ne crains rien, je suis ici pour te protéger » ; sur la place, le ravisseur a chargé l’enfant sur son cheval mais, comme le cheval refusait obstinément d’avancer, on rapporta l’enfant à sa mère qui n’avait pas quitté l’église.
L’année suivante, lors de l’invasion de Rome par Ladislas Durazzo, Françoise continua ses charités tandis que toute sa famille fuyait Rome.
Un an après sa mort, Jean-Evangelista apparut à sa mère pour lui révéler la gloire dont il jouissait au Ciel et lui annoncer qu’Agnès allait bientôt le rejoindre.
Françoise tomba malade vers 1414 et, par crainte de la contagion, fut abandonnée de tous, sauf de Vanozza ; c’est à cette époque qu’elle a ses terribles visions de l’enfer.

Ladislas Durazzo mourut et Rome retrouva la paix ; les Ponziani rentrèrent et retrouvèrent leurs biens ; Lorenzo renonça à la vie publique pour la piété.
Le 15 Août 1425, à Santa Maria Nuova, Françoise, pour neuf dames romaines, fonda l’association des oblates de Marie, rattachée aux Bénédictins du Mont Olivet, dont Eugène IV confirmera la règle en 1444.

Avant d’entrer dans la Congrégation dont elle était la Fondatrice, Françoise dut attendre la mort de Lorenzo.
Elle mourut le 9 Mars 1440 en disant : « Le Ciel s’ouvre, les anges descendent, l’archange a fini sa tâche, il est debout devant moi et me fait suivre de le suivre. »

Une vi11 2Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste

Sainte Françoise Romaine

Enfance

Sainte Françoise Romaine, Françoise Bussa de Leoni, naît en l’année 1384, à Rome non loin de l’église Sainte-Agnès, sur la place Navone actuelle.
Dans son enfance, Françoise, conduite par sa mère, a pris l’habitude de se rendre en pèlerinage aux grandes Basiliques romaines aux fêtes des saints. Parmi les sanctuaires qu’elle visite ainsi, Sainte-Marie-la-Neuve l’attire d’une manière toute particulière. Depuis 1352, elle abrite une communauté de moines Bénédictins olivétains.
Dès son jeune âge, Françoise désire se consacrer à Dieu dans une vie de prière et de solitude.

Mère de famille

Mais à l’âge de 12 ans, son père la marie, contre son gré, à un riche seigneur du Transtévère, Lorenzo de Ponziani.
Françoise aura trois enfants : Battista, Evangéliste et Agnès.
En 1401, la mort de sa belle-mère la place à la tête de la maison et elle est chargée de la gestion de ce grand domaine familial.
La tâche est rude car Rome n’est pas calme en ce temps-là : au cours de sa vie, Françoise voit cinq Papes chassés par des émeutes après avoir été couronnés au Vatican, deux anti-papes s’emparer successivement de la ville par les armes.
Chacun est soutenu par des factions rivales d’où émeutes, pillages et guerres.... En plus de cette responsabilité, elle s’adonne à des œuvres de bienfaisance avec sa belle-sœur Vannoza et d’autres dames, auprès d’une population rudement éprouvée par la situation très troublée de la ville.

Vie intérieure

Où puise-t-elle, cette solitaire, la force de mener une vie si contraire à ses aspirations ? Dans sa Prière qui est Prière de l’Eglise, et dans la règle de saint Benoît.
De 1407 à 1425, Françoise aura pour confesseur Dom Antonello, moine de Sainte-Marie-la-Neuve. Il lui donne une solide formation Bénédictine.
Françoise fréquente régulièrement Sainte-Marie-la-Neuve où elle assiste aux offices Monastiques.
Chez elle, aux moments de liberté, elle se retire dans l’oratoire qu’elle s’est aménagée en haut du palais et là, elle récite l’office ou lit l’Ecriture avec Vannoza.
Telle va être la vie de Françoise pendant quarante ans : une succession de tâches familiales et charitables toutes ordinaires mais vivifiées par la Parole de Dieu, structurées par la Prière et l’obéissance Bénédictines.
En 1410, ses enfants Evangéliste et Agnès sont enlevés par une épidémie de peste.

Oblation

Petit à petit, Dieu l’achemine avec plusieurs dames et jeunes filles qui l’aident à secourir les pauvres vers une consécration totale d’elle-même à Dieu : l’oblation Bénédictine. Ensemble, elles forment une famille dont Françoise est la mère.
Dom Antonello l’encourage dans cette voie. Le 15 Août 1425, l’oblation de Françoise et de ses compagnes est reçue par Dom Hyppolite, délégué de l’Abbé général de Mont-Olivet. Les 26 moines de la communauté assistent à la cérémonie.

Fondation du Monastère

Cet acte qui consacre ces femmes à Dieu ne se traduit par aucun changement extérieur mais intérieurement tout est changé...
et un projet murit lentement dans l’esprit de Françoise : le 20 Mars 1432, en la vigile de la Saint Benoît, alors qu’elle prie à Sainte-Marie-du-Transtévère, au cours d’une extase, elle reçoit l’ordre « d’imiter la reine des abeilles qui, pour rassembler sa famille, choisit un lieu : la ruche ».
Elle se soumet à cette inspiration et achète en face du Capitole une maison petite et pauvre, contigüe à une tour féodale : Tor de’Specchi, qui une fois acquise dix ans plus tard, donnera son nom à l’ensemble du monastère.
Le 25 Mars 1433, elle y rassemble ses filles, choisit l’une d’elle pour la suppléer en son absence et reprend le chemin de sa demeure où l’attend son mari malade.
Mais tous ses moments libres, elle les passe à Tor de’Specchi où il lui faut assurer, dans une ville en pleine anarchie, les débuts d’une Fondation très combattue.
Elle puise sa force dans sa Prière et est soutenue par trois conseillers : Dom Mattioti, curé de Sainte-Marie-du-Transtévère, Dom Bartholomeo, un Franciscain et Dom Hyppolite qui a reçu son oblation.
Dès la première année, Françoise veut assurer le statut juridique de la communauté et fait adresser une supplique au Pape Eugène IV.
Le Pape y répond en juillet 1433 et accorde toutes les permissions demandées : l’institution des moniales est désormais officiellement autorisée par l’Eglise.

Vie Monastique

Lorenzo de Ponziani meurt en 1435. Le 20 Mars 1436, en la vigile de la Saint Benoît, Françoise vient à Tor de’Specchi pour demander aux oblates de l’accueillir en lui laissant la dernière place parmi elles : ses filles ne veulent pas écouter son humble requête et la placent unanimement à la tête de la communauté.
Les journées s’écoulent, partagées entre la Prière au chœur, la Lectio Divina ou la Prière personnelle, et les travaux de la maison.
Aux jours solennels, elles sortent du Monastère pour participer aux offices en l’église de leur oblation, Sainte-Marie-la-Neuve.
Le jour où l’Eglise fête un saint l’on se rend au sanctuaire qui lui est dédié. Elles sortent aussi du Monastère pour se livrer aux travaux des champs.
Françoise s’est retirée à Tor de’Specchi mais son influence ne disparait pas, au contraire : on vient consulter la Madre dans les cas les plus divers et solliciter sa Prière. Et inlassablement, elle prie et fait prier aussi pour Rome et pour la Paix de l’Eglise.

Mort de Françoise

Le 2 mars 1440, elle est appelée au palais Ponziani au chevet de son fils atteint d’une fièvre violente... elle le trouve guéri mais elle est surprise à son tour par la fièvre qui va l’emporter. Elle rend l’esprit le 9 mars à la tombée du jour en murmurant les Vêpres de la Bienheureuse Vierge Marie.
Pendant deux jours et trois nuits, le peuple de Rome défile devant son cercueil ouvert, à Sainte-Marie-la-Neuve.
Les deux communautés, moines et oblates sont rassemblées près de leur mère. Elle est inhumée dans le chœur monastique de Sainte-Marie-la-Neuve en présence des deux communautés.
Elle y repose encore aujourd’hui devant l’autel majeur où elle reçut sa Consécration.

Fresqu10 2Fresque inspirée des visions de l'enfer de sainte Françoise Romaine.
Monastère des Oblates du Mont-Olivet. Rome.

TRAITE SUR L’ENFER DE SAINTE FRANCOISE ROMAINE.

http://enfer-catholique.blogspot.com/2008/10/trait-de-lenfer-de-sainte-francoise.html.
Juste une remarque pour certaines personnes pouvant être choqué que des personnes ayant conservé leur virginité puisse être en Enfer à cause de cela !
- 6° Tourments des vierges folles. Françoise vit ces âmes qui, fort jalouses de conserver leur virginité corporelle, prenaient peu de soin de la pureté de leur cœur. Les démons les flagellaient cruellement avec des chaînes de fer rouge.
Il faut toujours réaliser que Jésus est infinie Miséricorde et infinie Justice. Il ne regarde pas l’apparence que l’on veut montrer aux autres qui nous regardent, mais ce que nous vivons dans le profond et le secret de notre cœur !
Nous pouvons paraitre très bien, vierge, pur, religieux aux autres, si cela est source d’orgueil pour nous (tu as vu Seigneur, moi, j’ai su resté pur, pas comme eux !!!! Cela ne vous rappelle pas une parabole !!!), nous serons condamné pour notre orgueil…si nous sommes tentés par des images « mauvaises », et qu’au lieu de les rejeter, nous les malaxons en nous jusqu’à en vivre et nous en délecter intérieurement (même si cela est invisible aux autres : rêver du péché est déjà péché, rêver d’adultère est déjà l’adultère)…c’est pour cela que nous serons condamné !!!

Pour ceux qui voudraient en découvrir davantage sur ce Royaume de la haine et du néant, éternel et sans fin, où règnent l’horreur et le désespoir éternel, je vous joins le lien sur mon site (Réflexion n°12, quatrième partie) :
http://reflexionchretienne.e-monsite.com/pages/reflexions-personnelles-1-25/12-le-royaume-de-dieu-1ere-partie/12-le-royaume-de-dieu-4eme-partie.html.

Frvision2 98e6b 2Sainte Françoise Romaine est prise par la main par
Notre Seigneur Jésus-Christ.
Fresque de la Basilique Notre-Dame-d'Ara-Coeli. Rome.

http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/03/09/9-mars-sainte-francoise-romaine-veuve-religieuse-fondatrice.html.

VISIONS DE SAINTE FRANCOISE ROMAINE

Sainte Françoise a laissé 93 visions qu'elle a dictée elle-même à son Confesseur. Le Traité de l'Enfer, en particulier, est fort remarquable.

Dans la vision treizième, elle voit la Sainte Vierge dont la tête est ornée de trois Couronnes : celle de sa Virginité, celle de son Humilité et celle de sa Gloire.

Dans la vision quatorzième, elle raconte le Ciel : celui-ci est divisé en Ciel étoilé, Ciel cristallin et Ciel empyrée.
Le Ciel des astres est très lumineux ; le cristallin l'est encore davantage, mais ces lumières ne sont rien en comparaison de celles qui éclairent le Ciel empyrée : ce sont les Plaies de Jésus qui illuminent ce troisième Ciel.

Dans la dix-septième vision, Dieu lui montre sa Divinité : elle vit comme un grand cercle qui n'avait d'autre soutien que lui-même, et jetait un éclat si vif que la Sainte ne pouvait le regarder en face : elle lut au milieu les paroles suivantes : " Principe sans principe et fin sans fin ".
Elle vit ensuite comment se fit la création des anges : ils furent tous créés à la fois, et la puissance de Dieu les laissa tomber comme des flocons de neige que les nuées versent sur les montagnes pendant la saison d'hiver.
Ceux qui ont perdu la Gloire du Ciel à jamais, forment le tiers de l'immense multitude de ces esprits.

Le 13 février 1432, c'est la vingt et unième vision, le chœur des vierges, conduit par sainte Madeleine et sainte Agnès, lui fit entendre le cantique suivant :
" Si quelqu'un désire entrer dans le Cœur de Jésus, il doit se dépouiller de toutes choses tant intérieures qu’extérieures ; se mépriser et se juger digne du mépris éternel ; agir en toute simplicité, n'affecter rien qui ne soit conforme à ses sentiments, ne point chercher à paraître meilleur qu'on n'est aux yeux de Dieu ; ne jamais revenir sur ses sacrifices ; se renoncer à soi-même et connaître sa misère au point de ne plus oser lever les yeux pour regarder son Dieu ; se haïr soi-même au point de demander vengeance au Seigneur ; rendre au Très-Haut les dons qu'on en a reçus : mémoire, entendement, volonté ; regarder les louanges comme un supplice et un châtiment ; s'il arrive qu'on vous témoigne de l'aversion, regarder cette peine comme un bain d'eau de rose dans lequel il faut se plonger avec une vraie humilité ; les injures doivent résonner aux oreilles de l'âme qui tend à la perfection comme des sons agréables ; il faut recevoir les injures, les mauvais traitements comme des caresses : ce n'est pas assez, il faut en rendre grâces à Dieu, il faut en remercier ceux de qui on les reçoit ; l'homme parfait doit se faire si petit qu'on ne doit pas plus l'apercevoir qu'un grain de millet jeté au fond d'une rivière profonde."

Il lui fut dit ensuite qu'une seule âme s'était trouvée au monde ornée de toutes les vertus dans un degré suprême : celle de Marie.

Dans la quarante-troisième vision, elle tint Jésus sur ses genoux : Il avait la forme d'un petit agneau.
Elle vit ensuite un autel magnifiquement orné sur lequel était un agneau portant les stigmates des cinq plaies.
Au pied de l'autel étaient un grand nombre de riches chandeliers arrangés dans un bel ordre. Au premier rang, c'était le plus éloigné, il y en avait sept qui signifiaient les vertus principales ; au second rang, il y en avait douze qui signifiaient les douze articles du symbole ; au troisième, il y en avait sept qui signifiaient les sept dons du Saint-Esprit ; au quatrième, il y en avait sept autres qui représentaient les sept Sacrements de l'Église.

Cette vision, qui eut lieu un jour de la Toussaint, dura treize heures. Elle vit encore les principaux Ordres de Saints qui s'avançaient sous leurs étendards.
Les patriarches étaient conduits par Saint Jean-Baptiste ; les Apôtres par Saint Pierre et Saint Paul ; les Évangélistes par Saint Jean et Saint Marc ; les martyrs par Saint Laurent et Saint Étienne ; les docteurs par Saint Grégoire et Saint Jérôme ; les Religieux par Saint Benoît, Saint Bernard, Saint Dominique et Saint François ; les Ermites par Saint Paul et Saint Antoine ; les vierges par Sainte Marie-Madeleine et Sainte Agnès ; les veuves par Sainte Anne et Sainte Sabine ; et les femmes mariées par Sainte Cécile.

Jpg sainte francoise romaine 2

PRIERE

Nous vous glorifions pour ces dons de Dieu, Ô Françoise ! Mais ayez pitié de nous qui sommes si loin encore du droit sentier par lequel vous avez marché.
Aidez-nous à devenir chrétiens ; réprimez en nous l'amour du monde et de ses vanités, courbez-nous sous le joug de la pénitence, rappelez-nous à l'humilité, fortifiez-nous dans les tentations.
Votre crédit sur le cœur de Dieu vous rendit assez puissante pour produire des raisins sur un cep flétri par les frimas de l'hiver ; obtenez que Notre Seigneur Jésus-Christ, la vraie Vigne, comme il s'appelle lui-même, daigne nous rafraîchir bientôt du vin de son Amour exprimé sous le pressoir de la Croix.
Offrez-lui pour nous vos mérites, vous qui, comme lui, avez souffert volontairement pour les pécheurs.
Priez aussi pour Rome Chrétienne qui vous a produite ; faites-y fleurir rattachement à la Foi, la sainteté des mœurs et la fidélité à l'Eglise.
Veillez sur la grande famille des fidèles ; que vos Prières en obtiennent l'accroissement, et renouvellent en elle la ferveur des anciens jours."

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 09/03/2018