La tempête apaisée. Jésus marche sur les eaux.

Évangile de la tempête apaisée (Mt 14 22-36).

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 14 22-36.
Aussitôt après avoir nourri la foule dans le désert, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, pendant qu'il renverrait les foules.
Quand il les eut renvoyées, il se rendit dans la montagne, à l'écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul.
La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire.
Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer.
En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils disaient : « C'est un fantôme », et la peur leur fit pousser des cris.
Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c'est moi ; n'ayez pas peur ! »
Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c'est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l'eau. »
Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
Mais, voyant qu'il y avait du vent, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »
Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »
Ayant traversé le lac, ils abordèrent à Génésareth.
Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ; ils firent avertir toute la région, et on lui amena tous les malades.
Ils le suppliaient de leur laisser seulement toucher la frange de son manteau, et tous ceux qui la touchèrent furent sauvés.

Da546709 1

Commentaire personnel (extrait de ma Réflexion n°71 : Fête de Nativité de Marie).

Mais comme tout moment important où Le Bien risque de triompher du Mal (et comme j’en ai déjà parlé lors d’une précédente Réflexion...voir ma Réflexion n°66 : Fête de Saint Jean-Marie Vianney)…tout semble aller de travers alors que Marie va naître.

Combien de fois  cela ne nous arrive t-il pas, alors que par exemple (par exemple…mais la liste n’a pas de limite, et chacun a pu vivre personnellement de tels moments) nous avons prévu d’aller à un week-end de retraite…et qu’au dernier moment plein de tuiles nous tombe dessus (ou d’autres invitations importantes…mais le sont-elles vraiment…sauf pour nous faire rater ce moment !!!) et que nous ne savons plus si nous devons y aller…ou annuler !!!

Satan ne supporte pas que non seulement nous risquions de nous convertir (c’est-à-dire de progresser dans notre Union, notre Intimité, notre Connaissance, notre Amour et notre regard tourné non plus vers le mal qui nous agresse mais vers Dieu qui nous invite à nous plonger toujours plus dans Son Amour…et comme celui-ci est Infini…nous n’aurons jamais fini de nous convertir…et, même, une fois au Ciel, dans Son Royaume, nous continuerons à être toujours plus émerveillé et à découvrir toujours davantage et durant toute l’éternité L’Amour de Dieu, qui n’a aucune limite !!!)… 
Satan ne supporte pas que non seulement nous risquions de nous convertir, mais qu’en plus, par cette conversion, nous risquions d’entraîner à notre suite…bien des âmes !!!

Alors, Il met le maximum d’obstacles…afin de nous faire douter, renoncer, et finalement annuler ce moment où Dieu…serait venu se montrer en nous et nous faire découvrir un peu plus de Son Amour Infini, de Sa Miséricorde Infinie, de Sa Compassion et de Sa Sollicitude Infinie !!!...cela a été le cas lors de La Multiplication des Pains… « Ils sont fatigués, il va faire nuit, ils n’ont rien à manger…aller distribuer ces cinq pains et deux poissons à ces milliers de personnes !!!...mais comment ferons-nous…deux cents deniers de pains ne suffisent pas pour que chacun en reçoive un petit morceau !!! ».


Mais si nous sommes persévérant, alors quel Bonheur nous attend…et combien de fois nous disons après…cela a été un des moments les plus formidable que nous ayons vécu…et quelle rencontre avec Dieu et Son Amour…ce fut inoubliable !!!

Malheureusement, comme la tempête s’était levée après ce moment inoubliable de La Multiplication des Pains, la tempête de Satan vient vers nous après ces moments merveilleux (puisqu’Il n’a pas réussi avant, à nous dissuader d’y aller !!!) pour nous faire croire à une illusion…et par là non seulement nous empêcher de nous convertir…mais aussi d’apporter La Lumière de Dieu…à notre Prochain !!!

Or que se passe t-il après cette première multiplication des pains ???
Jésus se retire pour Prier seul sur la montagne et s’unir avec Son père…pendant qu’Il renvoie les apôtres sur la barque pour qu’ils précèdent Sa venue sur d’autres rives…et les disciples pour qu’ils rentrent chez eux…afin qu’Il puisse ensuite aller s’occuper des autres qui l’attendent sur l’autre rive où les apôtres le précédaient.


Mais Satan peut-il laisser tranquille des personnes qui ont vécus une retraite où Jésus a parlé à leur cœur, et où, dans l’ambiance religieuse de la foule, des résolutions ont été prises ???

Non, alors qu’il fait nuit et que la barque navigue tranquillement…le vent se lève !!!
Combien de fois, ceux qui ont vécus des retraites où Dieu avait touché leur cœur, voir où ils s’étaient convertis voulant donner leur vie à Dieu…se retrouvaient dès leur retour chez eux…au milieu de la tempête !!!
(Qu’ils sont durs ces retours à la réalité…entends-t-on dire alors…et souvent les bonnes résolutions de la veille…tombent aussitôt à l’eau !!!...les tentations de pécher allant à l’encontre des résolutions prises…c’est dans les bras de Satan et des plaisirs qu’il nous suggère…que ces résolutions finissent !!!).

Heureusement Dieu veille…Jésus est en Prière, en union avec Son Père…et Il Prie pour nous.
Voyant que nous n’allons pas résister aux attaques…Il accourt vers nous (Il va se servir pour cela non seulement de notre âme, de notre esprit et de notre conscience…mais aussi du Prochain qui sera sur notre route…pour nous prendre par la main…et nous empêcher de couler !!!).

Jésus vient vers nous…en marchant sur le mal qui nous agresseet alors que nous avons oublié qui est Dieu et tout ce qu’Il a fait déjà pour nous, y compris dans la retraite que nous venons de vivre…et alors que nous avons peur de Lui…nous le prenons maintenant pour un fantôme et non plus comme une réalité…qui nous a nourri auparavant !!!

Eau1 2

Nous voyons Satan et ses vagues déferlantes où il nous dit que Dieu n’existe pas, que tout ce que nous avons cru vivre n’était qu’illusion…par contre il nous propose des plaisirs intenses en excitant notre chair par toutes ses pores quitte à se servir pour cela de personnes qui saurons nous séduire habilement, critiquant l’illusion que nous venons de vivre et nous proposant ingénieusement la réalité de leurs plaisirs dans lesquels ils nous invitent concrètement.  

Et même alors Jésus vient vers nous et si comme Pierre…pour nous convaincre que ce n’était pas une illusion, mais qu’Il est bien réel…nous avons assez de Foi pour dire à Jésus :
« Si c’est bien Toi Jésus, si tu n’es pas une illusion et que tu as bien parlé à mon cœur pendant cette retraite…alors dis-moi de venir jusqu’à Toi…en marchant moi-même sur les vagues déferlantes qui m’assaillent de toute part ».

Alors, tant que nous avons Foi en Jésus (quitte à demander à La Très Sainte Maman qu’Il nous a donné, La Très Sainte Vierge Marie, de nous donner la force), tant que nous Le regardons sans détacher notre regard du sien…Satan ne pourra rien pour nous attaquer…et nous marcherons sur les eaux.

Mais si nous détachons notre regard de Jésus…pour regarder Satan et ses plaisirs et ses tentations…
alors nous ne verrons plus que les tentations qui nous assaillent…et auquel nous pensons être incapable de résister…car Satan nous le montre bien (Et Pierre vit qu’il y avait du vent et qu’il commençait à s’enfoncer…Il vit les tentations l’assaillir…et qu’il commençait à se dire qu’il ne pouvait que succomber…et effectivement les tentations s’enfonçaient en lui pour faire naître le désir et l’envie du péché !!!).

Ce n’est qu’en nous détournant de l’attraction du péché (comme le vide qui attire ceux qui le regarde !!!), en re-fixant notre regard sur Jésus…et en criant vers Lui en toute sincérité dans notre panique de nous enfoncer dans le péché, pour qu’Il nous sauve…qu’Il se penchera vers nous…prendra notre main…et nous délivrera pour nous conduire dans la barque…où nous ne risquerons plus rien.

Satan ne veut pas que nous nous laissions sauver par Jésus (voir ma Réflexion complémentaire : La Haine de Satan pour tous les Chrétiens)...aussi nous attaque t-il chaque fois qu’il sait que ce que nous allons faire va permettre à Jésus de toucher notre cœur et nous permettre d’avancer sur un chemin de conversion, sur Le Chemin qui nous conduira au Bonheur éternel dans Le Royaume de Dieu.
Cela pourra être pour nous empêcher d’aller à une retraite (avec pleins de bonnes raisons pour annuler notre intention première), à un rendez-vous (où Dieu nous attendait)…même pour un livre, un C.D., une vidéo, un film, un site internet, une Eucharistie où Dieu pourrait toucher notre cœur par Sa Parole, etc…

Satan ne veut pas que nous nous laissions sauver par Jésus…aussi nous attaque t-il chaque fois qu’il sait que nous avons vécu une rencontre avec Dieu…pour nous faire croire que ce n’était qu’un mirage (voir avec pleins de problèmes qui nous tombent sur le dos)…et pour nous retourner tout à fait…il se sert de ce qui attise notre chair (cela peut être la gourmandise, le jeu, la paresse, l’orgueil, l’égoïsme, la luxure, mais aussi le découragement, voir des attaques sur nos péchés passés nous revenant en pleine figure, voir en nous faisant sentir qu’il nous torturera ou nous excitera à l’extrême aussi bien dans notre esprit que dans notre corps tant que nous ne cèderont pas, à un point tel que nous ne pourrons jamais résister,  etc…).

Maintenant, en reprenant la fin de cet Évangile selon Saint Matthieu, regardons pourquoi Satan voulait faire croire que ce que nous avions reçu de Dieu, ce que notre cœur avait ressenti, cette Paix et cette Joie intérieure…n’était qu’illusion…

Matthieu 14 22-36.
Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »
Ayant traversé le lac, ils abordèrent à Génésareth.
Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ; ils firent avertir toute la région, et on lui amena tous les malades.
Ils le suppliaient de leur laisser seulement toucher la frange de son manteau, et tous ceux qui la touchèrent furent sauvés.

Satan sait que si notre cœur a été touché et que nous prenons Le Chemin qui conduit au Royaume de Dieu…Jésus va pouvoir se servir de nous…pour sauver pleins d’âmes qu’Il mettra sur notre route (Nous deviendrons ainsi Le Bon Samaritain de L’Evangile).

Rappelons-nous toujours que Jésus est vainqueur de Satan, qu’Il est Ressuscité et Vivant…et qu’Il veut nous sauver et nous conduire à Son Royaume (La Jérusalem Céleste) où nous vivrons un Bonheur Infini et Eternel…alors que Satan ne veut que notre perte…uniquement pour enlever une âme à Dieu, qui est Le Créateur de cette âme (Le Père l’a crée, L’Esprit-Saint lui a insufflé la vie et Le Fils l’a sauvé en lui ré-ouvrant La Porte du Ciel par Sa Mort sur Le Bois de La Croix).

Comme je viens de le dire…cette astuce de Satan est si courante…que nous ne réalisons pas toujours…qu’il ne faut pas renoncer, mais qu’il faut persévérer !!!

Autre exemple au travers des Révélations de Jésus à Maria Valtorta, lors de la naissance de Marie.

Mais comme tout moment important où Le Bien risque de triompher du Mal…tout semble aller de travers alors que Marie va naître.

J’aimerais mettre ici le passage de ce moment de la naissance de Marie suite aux Révélations faites à Maria Valtorta…où tout semble aller de travers alors que Marie va naître.
Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (tome 1, chapitre 7 de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé…
Naissance de la Vierge Marie.

Maria Valtorta raconte sa vision :
A travers la tonnelle ombragée sous laquelle des abeilles d'or bourdonnent, avides du suc des grains blonds du raisin, lentement Anne se dirige vers Joachim qui l'apercevant se hâte d'aller à sa rencontre.
"Tu es venue jusqu'ici ?"
"La maison est chaude comme un four."
"Et tu en souffres."
"L'unique souffrance de mes derniers moments de grossesse. C'est la souffrance de tous : hommes et bêtes. Ne reste pas trop à la chaleur, Joachim."
"L'eau qu'on espère depuis si longtemps et qui depuis trois jours semblait être proche, n'est pas encore venue, et la campagne brûle.
Heureusement qu'il y a pour nous la source au débit si abondant. J'ai ouvert des canaux d'arrosage : faible soulagement pour les plantes dont les feuilles sont fanées et couvertes de poussière, mais ce n'est que pour les empêcher de mourir.
S'il pouvait pleuvoir !..." Joachim, avec l'angoisse de tous les cultivateurs, scrute le ciel, pendant qu'Anne s'évente avec un éventail qui semble fait d'une feuille sèche de palmier entrelacée de fils multicolores qui la tiennent rigide.

La parente dit : "Là-bas, au-delà du Grand Hermon, surgissent des nuages rapides. Le vent vient du nord, il rafraîchira et peut-être donnera de l'eau."
"Cela fait trois jours qu'il se lève et qu'il tombe au lever de la lune. Ce sera encore la même chose." Joachim est découragé.

"Retournons à la maison" dit Anne. "Ici aussi on a du mal à respirer, et puis je pense qu'il vaut mieux revenir..."
Ils se hâtent, parce que les nuages poussés par un vent violent courent et s'accumulent à travers le ciel, et la plaine s'assombrit et s'agite annonçant la tempête.

Quand ils arrivent au seuil de la maison, un premier éclair bleuâtre déchire le ciel et la rumeur d'un premier coup de tonnerre rappelle le roulement d'une énorme grosse caisse qui se mêle au bruissement des premières gouttes sur les feuilles brûlées.
Tout le monde rentre et Anne se retire pendant que Joachim, rejoint par ses aides, parle, sur le seuil, de l'eau tant attendue qui est bénédiction pour la terre desséchée.

Mais la joie fait place à la crainte parce qu'il s'élève une effroyable tempête qu’accompagnent les éclairs et des nuages chargés de grêle. "Si la nuée se déchire, le raisin et les olives seront broyés comme sous la meule. Malheur pour nous !"
La nuit arrive, avancée par la tempête qui est d'une extraordinaire violence. Torrents d'eau, vent, éclairs, tout à la fois, sauf la grêle qui est allée s'abattre ailleurs.

Un des garçons remarque cette violence et déclare :
"On dirait que Satan est sorti de l'enfer avec tous ses diables. Regarde ces nuées noires ! Sens l'odeur de soufre répandue dans l'air, ces sifflements sinistres, ces cris de lamentation et de malédiction. Si c'est lui, il est furieux ce soir !"
L'autre garçon rit et répond : "Une grande proie lui aura échappé, ou bien Michel l'a frappé d'un coup de foudre de Dieu et il en a les cornes et la queue tranchées et brûlées."

Passe en courant une femme et elle crie : "Joachim, il va naître ! Et tout a été aisé et heureux !" et elle disparaît avec une petite amphore dans les mains.
La tempête tombe tout d'un coup, après un dernier coup de foudre si violent qu'il lance contre lemur les trois hommes; et sur le devant de la maison, dans le sol du jardin, il en reste en souvenir un trou noir et fumant.

Cependant un vagissement, qui semble être la plainte d'une tourterelle qui pour la première fois ne criaille plus mais roucoule,traverse la porte de la chambre d'Anne, en même temps un gigantesque arc-en-ciel déploie son demi-cercle sur toute t'étendue du ciel.

Il sort, ou du moins paraît sortir, de la cime de l'Hermon qui, baisée par un coup de soleil, semble d'une couleur d'albâtre d'un blanc rose des plus délicats. Il s'élève jusqu'au très clair ciel de septembre et, passant par des espaces purifiés de toute souillure, survole les collines de la Galilée et de la plaine qui apparaît au sud entre deux figuiers et encore une autre montagne, et semble poser son extrémité au bout de l'horizon, là où une chaîne de montagnes abruptes arrête totalement la vue.

"Quel spectacle jamais vu !"
"Regardez ! Regardez !"
"Il semble qu'il encercle toute la terre d'Israël, et déjà, mais regardez, voilà une étoile alors que le soleil n'est pas encore disparu. Quelle étoile ! Elle brille comme un énorme diamant !..."
"Et la lune, voilà. C'est la pleine lune alors qu'il manque encore trois jours pour y arriver. Mais regardez quelle splendeur !"


Les femmes surviennent joyeuses avec un poupon rose dans un linge tout blanc.
C'est Marie.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 04/08/2015