Se préparer à La Vie éternelle...2ème Partie.

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT AVEC VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES.

SE PREPARER A LA VIE ETERNELLE…2ème Partie.

 

DEUXIEME PARTIE.

Vous vous posez des questions sur la Souffrance et sur le sens de la Souffrance, voyez ma Réflexion n°33 : L’Heure Sainte. 

 

Jésus ne dit-il pas (Matthieu 11 28-30) :

Venez à moi, vous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger. 

 

Le joug : grosse pièce reliant deux bœufs ensemble pour tirer la charrue dans les champs…. cela signifie que prenant le joug de Jésus, c’est en fait Jésus, relié à nous par ce joug, qui nous soutien dans nos efforts !!!

Remarquons par là, la ressemblance entre le joug fait d’une barre de bois qui relie deux bœufs entre eux auquel on peut enfoncer en son centre une barre de bois perpendiculaire située le long des bœufs pour tirer le socle de la charrue… avec La Croix de Jésus. 

 

C’est en fait le chemin de La Croix que Jésus nous demande de prendre, celui de La Souffrance…et Lui, Jésus est avec nous pour nous soutenir dans nos efforts.

 

Durant Le Chemin de Croix de Jésus durant laquelle Jésus portait Sa Croix, un exemple illustre très bien cela.  

Luc 23 26.

Quand ils l’emmenèrent, ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs, et le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus.

 

Et comme il a été demandé à Simon de Cyrène de prendre et de porter La Croix avec Jésus, il nous ai demandé, à nous aussi, de prendre Le Chemin de La Croix…et Jésus est à nos coté pour nous soulager dans nos efforts et nous montrer Le Chemin (on retrouve le joug qu’il nous ai demandé de porter et que Jésus porte avec nous, à coté de nous, devant nous).

 

Jésus est Le Chemin, La Vérité et La Vie. Il nous demande de prendre Son Chemin, qui est le seul chemin qui nous conduit au Bonheur éternel dans Son Royaume et Son Chemin passe par La Souffrance, La Passion (L’agonie, La trahison, Les procès, La flagellation, Le couronnement d’épines, Le chemin de Croix, Le crucifiement sur La Croix) et la mort…


Il n’y a pas besoin de tribunal pour cela,Aimer Dieu plus que tout, vivre dans La Vérité, L’Amour des autres y compris des méchants, La Pureté qui nous fait passer pour des attardés, L’humilité en ne rendant jamais les coups, nous conduisent à être rejeté et condamné par les autres, exploités, écrasés et détruits.(moralement, physiquement, spirituellement ou financièrement parlant).

 

Effectivement l’Amour conduit à la souffrance, et souvent à être rejeté, seul, incompris voir parfois (entre autre encore de nos jours) hais, torturés (même de manière atroces), tués et même massacrés…car la Haine ne supporte pas l’Amour, Satan ne supporte pas Dieu.


Alors, certaines âmes se plongent littéralement dans L’Amour de Dieu, dans La Compassion pour ses souffrances, dans Sa Passion et rejoignent Jésus sur Sa croix pour, par leurs souffrances vécues et acceptées et même désirées, afin d’apaiser La Souffrance de Jésus, mort en victime offerte pour nos péchés et participer à leur mesure à La Rédemption du Christ.    

 

Ainsi certaines âmes parmi les plus saintes et parmi celles qui ont le plus d’Amour et de Compassion pour Dieu, acceptent de participer avec leur corps à La Passion de Jésus, renonçant dans leur vie d’ascète jusqu’à la nourriture remplacée par Le Très Sainte Communion et auquel Jésus fait partager les Souffrances de Sa Passion…

Telle, par exemple, Marthe Robin (qui revivait La Passion complète de Jésus toutes les semaines et avait les stigmates…voir résumé de sa vie en fin de Réflexion), Saint François d’Assise, Padre Pio, Sainte Gemma Galgani (apprends à souffrir, car la souffrance apprends à aimer, lui dit Jésus la veille de la Fête du Sacré-Cœur…elle connut sa sueur de sang, son couronnement d’épines, ses stigmates, etc…), Maria Valtorta (qui revivait entre autre L’Agonie de Jésus à Gethsémani chaque nuit du Jeudi au Vendredi…voir ma précédente Réflexion n°33 : L’Heure Sainte), etc…

 

Extrait des Révélation de Jésus à Maria Valtorta du 12 Juin 1944 (dans les Cahiers de 1944).

Jésus dit :

Dieu dit aux meilleurs ; « Aimez La Souffrance puisque Mon Fils l’a Aimée pour votre bien. Faites-en de même pour le bien de vos frères ».


Mais, parmi ces meilleurs que sont les Chrétiens fidèles, convaincus, généreux, aimants, il y a une catégorie « élue ».

Ce sont les séraphins des fidèles, ceux dont l’Amour est le plus ardent.

L’Amour dont ils brûlent leur fait aimer ce qu’il y a de plus difficile, à telle enseigne qu’ils ne se bornent pas à Aimer la souffrance qui les afflige avec la permission de Dieu, mais qu’ils la demandent et disent :

« Me voici, Père. Je suis ici pour te demander le même calice que celui que tu as donné à ton Fils, et pour le même motif ».

Ils deviennent ainsi les « victimes ».

 

Extrait des Révélation de Jésus à Maria Valtorta du 11 Juin 1944 (dans les Cahiers de 1944).

Jésus dit :

Crois-tu, Maria, que je ne souffre pas de devoir vous « assaisonner » ainsi par la souffrance, vous que j’aime par-dessus tout ???

Crois-tu que, si je le pouvais, je ne voudrais pas vous donner toute joie pour la joie que vous me procurez ???

Mais, pour sauver le monde, il n’est d’autre moyen que la douleur.

 

Moi-Même, qui suis Dieu, je n’ai trouvé que celui-ci pour être Le Sauveur.

La Joie deviendra Joie pour vous, mais ce sera dans l’autre Vie. Ici, elle n’existe pas pour vous, mes chères Victimes que j’Aime.

Ici vous possédez Ma Paix, l’Union à Moi et Mon Amour.

Des joies spirituelles, mais rien pour la chair. Pour elle, vous n’avez que de la souffrance.

En outre cela ne suffit jamais, puisque L’Erreur ne cesse de croître.

 

Vous êtes les réparatrices des erreurs et vous ne pouvez prendre un instant de répit, car L’Ennemi continue à détruire, si bien qu’il faut continuer d’édifier pour garder au monde un aspect Humain, pas complètement Satanique.

Le Christ, au Ciel, ne pleure plus. Mais, Il Souffre encore car, s’Il est Dieu, Il est également Homme et Il a un Cœur.

Or, de quoi souffre Mon Cœur, qui est parfait dans ses passions ? De se voir mal aimé et de voir souffrir, de devoir laisser souffrir ceux qui L’Aime et ceux qu’Il Aime.

Oh ! Comme je Souffre de vous voir souffrir pour accomplir en vous la rédemption de l’homme ! Comme j’en Souffre !

Mais, à chaque palpitation de douleur qui répond à votre douleur, j’unis un don pour le Ciel. Pour votre Ciel. C’est le vôtre.

Vous le conquérez heure par heure, et Il vous attend.

Oh ! Que de splendeurs vous sont destinées ici !!! Oh ! Quel amour vous attend !!! Comme Je suis impatient de vous les offrir ! Lève les yeux et vois.

Parmi les mille splendeurs de ce que tu as méritées, La Face de Ton Dieu resplendit pour toi et te sourit. Elle te bénit aussi.

 

Jésus, de sa naissance en tant qu’Homme jusqu’à Sa Mort sur une Croix a vécu dans la souffrance (naissance dans une grotte, dans le froid et la solitude) en ayant pleinement conscience de Sa mission, de Son rôle de Rédempteur, de Sa Trahison, de Sa Passion et de Sa Mort sur une Croix, car même s’il ne l’a pas su tout de suite par une révélation surnaturelle de Son Père, il l’a su de par son éducation juive avec ses parents (Joseph et Marie) et avec son milieu, car tous les juifs connaissait les révélations donnés par les anciens prophètes sur le messie attendu et sa mort cruelle (entre autre par Isaïe sur le serviteur souffrant).

Il a non seulement acceptée ce chemin de souffrance, mais Il nous demande de prendre le même, qui est le seul qui conduit au Bonheur éternel (Il ne nous promet pas le bonheur sur terre, mais plutôt la souffrance, mais Il nous promet Le Bonheur dans Son Royaume éternel).

 

Le premier commandement est d’Aimer Dieu plus que tout. Cela signifie désirer le connaître toujours davantage, rechercher tout ce qu’Il nous dit au travers des Evangiles, et désirer plus que tout, vivre ce qu’Il nous demande dans un total désire de répondre à Son Amour.

Devant l’abaissement que Jésus a vécu (Lui de condition Divine), La Souffrance qu’Il a vécu volontairement pour notre Salut, si nous sommes fou d’Amour pour Lui, nous ne pouvons que, non seulement accepter les souffrances qui nous tombent dessus, mais désirer en vivre toujours plus, pour le soulager (au moins un tout petit peu) de ce qu’Il a vécu pour nous. N’est-ce pas le propre de L’Amour que de vouloir prendre sur soi les souffrances de ceux que l’on aime.

 

Jésus nous demande de prendre Son Chemin, mais si nous le refusons et lui demandons de retirer de notre route les souffrances, les maladies, les infirmités (etc…), méfions-nous, car cela risque d’être un chemin d’apparence facile (où nous sommes heureux de vivre) mais nous risquons cette réponse de Jésus (Matthieu 25 1-13) : 

« Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! Mais il répondit : En vérité, Je vous le dis, Je ne vous connais pas ! ».   

 

Accepter la souffrance que nous vivons, Bénir Dieu pour elle, car Dieu se sert d’elle pour fortifier notre Foi et notre Amour (comme l’or au creuset)…transmettre cela à ceux que nous rencontrons qui souffrent, Aimons-les tout en prenant sur nous leur souffrance pour les en soulager autant que nous le pouvons (c’est à cela que sera mesuré notre Amour pour Dieu... voir Le Jugement dernier (Matthieu 25 31-46))…et non pas leur faire croire que s’il avaient La Foi, Dieu les guérirait (alors où serait La Foi de Marthe Robin, de Maria Valtorta, de Sainte Gemma, etc… qui n’ont pas demandé leur guérison, mais ont demandé toujours plus de souffrances pour participer au Salut du monde!!!).

Jésus a eu le même problème avec les apôtres…il leur a annoncé constamment que Le Chemin qui conduit au Royaume Eternel est un Chemin d’Amour pour son prochain (y compris son ennemi), de vérité (y compris devant les grands de ce monde), chemin qui conduit à la souffrance, à l’incompréhension, aux crachats, à la médisance, à la solitude, aux tortures et à la mort.

Les apôtres non seulement ne l’ont pas compris (avant La Pentecôte), mais l’ont refusé au point que Pierre, venant d’être nommé « Chef de L’Eglise » a crié à Jésus…Jamais cela ne t’arrivera….penser que Dieu dit qu’il va prendre un tel chemin…alors qu’Il a tout pouvoir pour instaurer son Règne par sa seule pensée.

Jésus l’a alors traité : « arrière de Moi, Satan »

Alors ne soyons pas comme les apôtres, en faisant croire, que si on a la Foi, Dieu enlèvera toutes nos souffrances et nos maladies…pour que nous vivions sur terre un grand bonheur tout à fait humain…loin, très loin, du chemin pris par Jésus !!! (Et parfois loin, très loin de Dieu…en l’oubliant totalement et l’excluant de notre vie, voir en l’accusant de nos maux !!!).

Prétendre Aimer Dieu et fuir la souffrance c’est être un menteur, car Amour et Souffrance ne font qu’un sur cette terre.

 

Lorsque nous commettons un péché, une faute, une offense à Dieu, et que nous la regrettons amèrement, nous allons demander pardon à Dieu dans Le Sacrement de Réconciliation, mais le Pardon ne suffit pas, il faut y joindre La Réparation du mal fait par un Amour très grand et compensatoire.

Prenons un exemple : vous avez beaucoup bu et vous prenez le volant…vous renversez un enfant qui se trouve handicapé à vie. Vous regrettez amèrement votre conduite inconsciente, car vous n’avez pas respecté les commandements de Dieu qui sont d’Aimer Dieu plus que tout et votre prochain comme vous-même…en faisant une chose interdite, alors que vous savez que lorsque vous buvez beaucoup vous n’être plus maître de vos réflexes, voir inconscient des dangers que vous risquez de provoquer envers ceux que vous rencontrez comme envers ceux qui sont avec vous dans le véhicule que vous conduisez alors que vous êtes ivres.

Suite à votre regret amer, vous demandez pardon à Dieu et à votre prochain, en promettant de ne plus le refaire (acte de contrition lors du Sacrement de Réconciliation).

Dieu qui est infini Miséricorde vous pardonne, vous permettant ainsi de pouvoir à nouveau hériter de Son Royaume.

Mais pour pouvoir y entrer vous devrez d’abord réparer les conséquences de votre faute.

Cela se fera en prenant contact avec l’enfant handicapé par votre faute, avec sa famille, en s’humiliant devant eux par vos regrets, votre Amour, et la prise en charge concrète de son handicape aussi bien financièrement parlant, que physiquement, moralement et spirituellement…et cela durant toute sa vie.

Et votre souffrance de voir constamment devant vos yeux le mal que vous avez fait montrera votre Amour pour cet enfant et sa famille.

Alors que l’oubli, et votre bonheur loin d’eux, ne feront que montrer votre manque d’Amour. (Ainsi l’on voit que La Souffrance, acceptée, vécue en union avec celle de Jésus, est signe d’Amour…et demander à Dieu de nous la supprimer (si on a La Foi !!!) est signe de notre incapacité à Aimer Dieu et notre prochain).

 

Et ce que je viens de montrer sur un exemple, est valable pour chacune de nos fautes, chacune de nos offenses et chacun de nos péchés.

Et si nous Aimons Dieu plus que tout et notre prochain autant que nous-même, comme il nous l’ai demandé dans les 10 Commandements, alors, nous seulement chacune de nos offenses, chacune de nos fautes, chacun de nos péchés nous ferons souffrir, mais, à cause de notre grand Amour pour notre Prochain, nous souffrirons aussi de chacune de ses offenses, de ses fautes et de ses péchés que nous prendrons sur nous pour en demander pardon à Dieu, les regretter et réparer pour lui.

Comme seul Dieu connaît le cœur de chacun, si nous nous offrons dans un total Amour à Lui en victime expiatoire pour le péché de notre prochain et pour le notre, Dieu dans Sa Joie de nous faire participer à Son œuvre de Rédemption nous fera souffrir à la place de tous ceux qui commettent des péchés sans jamais demander Pardon et sans jamais réparer afin qu’ils puissent quand même être sauvés grâce à notre désir de nous offrir en victime pour eux et leurs fautes (voir ma précédente Réflexion n°33 : L’Heure Sainte et Maria Valtorta qui s’était offerte en victime).

 

Prenons un autre exemple.

Vous êtes des parents qui avaient un total Amour pour vos enfants et vous voyez un de ceux-ci qui a volé dans un magasin sans se faire prendre. Par Amour pour lui, vous allez souffrir du mal qu’il a fait, et vous allez discrètement remettre ce qu’il a volé à sa place dans le magasin afin que personne ne s’aperçoive de sa disparition et que votre enfant ne soit pas condamné.

Vous avez ainsi souffert et réparé pour lui.

Vous êtes Religieux dans un monastère avec un total Amour pour tous les autres Religieux qui vivent avec vous et vous voyez un Frère (ou une Sœur) qui se met en colère facilement et injurie un Chrétien en recherche, venant découvrir Dieu dans ce Monastère.

Par Amour pour votre Frère (ou votre Sœur), vous allez souffrir du mal qu’il fait, et vous allez discrètement voir cette personne, vous excuser de la réaction de votre Frère (ou de votre Sœur) en lui trouvant une bonne excuse et en essayant d’apporter à ce Chrétien en recherche les réponses qu’il vient chercher avec un total Amour.

Vous avez ainsi souffert et réparé pour lui (ou elle).

 

Prétendre Aimer Dieu et fuir la souffrance c’est être un menteur, car Amour et Souffrance ne font qu’un sur cette terre.

D’ailleurs ayant fait moi-même parti du Renouveau à son arrivée en France (dans les années 1972) avec la communauté de l’Emmanuel et le Père Caffarel, nous avions eu des enseignements sur « La Puissance de La Louange » nous apprenant non pas à pleurer sur nos souffrances, mais à les accepter totalement, à en louer Dieu, à le remercier…et si alors Dieu voulait nous en guérir, alors Alléluia, mais s’Il ne nous en guérissait pas, alors aussi Alléluia.

Offrons nos souffrances à Dieu, offrons celles de notre prochain (portons les pour lui avec Amour en acceptant de souffrir à sa place), rendons Gloire à Dieu et Dieu pourra s’en servir pour les joindre à Son œuvre de Rédemption aussi bien pour nous que pour notre prochain.

 

Au travers de ces 33 Réflexions, vous pouvez ainsi aborder différents thèmes pour vous aider à faire le point sur votre vie, sur la vie de Chrétien, sur les bases de La Foi ou sur une vie plus approfondie dans L’Amour de Dieu et voir ce qu’il vous faut faire pour qu’au moment de quitter cette terre, vous soyez prêt à rencontrer Dieu.

Car Jésus qui est Miséricorde infinie, nous attend au seuil de notre vie, au moment du passage de notre vie sur Terre à notre vie éternelle, au moment où nous expirons notre dernier souffle sur cette Terre.

Il sera alors Justice infinie et nos Jugera selon nos œuvres sur cette Terre, une fois que nous aurons vu notre vie défiler devant nous et avec le regard de Dieu.

 

Extrait des Révélation de Jésus à Maria Valtorta du 31 Janvier 1944 (dans les Cahiers de 1944).

Jésus dit :

Ce n’est pas au cours de votre vie que Je vous Jugerai, mais pour la vie que vous aurez menée, et ce à sa « frontière », c’est-à-dire au moment où la vie cessera pour se transformer en éternité.

Je vous Jugerais tous, du premier jusqu’au dernier, définitivement, pour ce que vous aurez fait ou non de bien.

Et, tu l’as vu, vous serez tous égaux au moment de La Résurrection, de pauvres ossements disloqués, une pauvre fumée qui se condense en chair, toutes choses dont vous êtes si fier aujourd’hui, comme si ces ossements et cette chair étaient tels qu’ils en seraient supérieurs à Dieu.

En tant que matière, vous n’êtes rien, absolument rien.

Seul Mon Esprit infusé en vous fait de vous quelque chose, et c’est seulement en conservant en vous cet esprit (devenu âme) que vous méritez d’être revêtus de cette Lumière impérissable qui couvrira votre Chair, rendue incorruptible pour L’Eternité.

 

Je vous Jugerai, mais déjà parmi vous, en vous, vous vous jugerez, même avant mon apparition, parce qu’alors vous vous verrez.

Une fois morte La Terre dont vous êtes si avides, et avec elle toutes les saveurs de La Terre, vous sortirez de l’ébriété dont vous vous rassasiez, et vous verrez.

Oh ! Quelle vision terrifiante pour celui qui aura uniquement vécu de La Terre et de ses mensonges ! Oh ! Quelle vision joyeuse pour celui qui, au-delà des voix de La Terre, aura « voulu » écouter celles du Ciel et y sera demeuré fidèle !

Une fois les premiers morts et les seconds vivants, ils seront Obscurité ou Lumière, selon leur forme de vie, laquelle aura été menée soit avec La Loi soit contre elle s’ils y ont substitué la loi humaine ou démoniaque.

Ils partiront alors vers L’Etreinte Terrifiante de L’Obscurité Eternelle, ou vers celle, Béatifique, de La Lumière Trinitaire, qui brûle dans l’attente de vous fondre en Elle pour toute l’éternité, ô Mes Saints, ô vous qui M’Aimez.    

 

J’aimerais m’arrêter un instant sur cette phrase de Jésus, vue ci-dessus :

Je vous Jugerai, mais déjà parmi vous, en vous, vous vous jugerez, même avant mon apparition, parce qu’alors vous vous verrez.

Cela rejoint les nombreux témoignages de personnes déclarées mortes, puis, grâce aux progrès de la médecine, ont pu être ramenée à la vie.

Elles racontent toutes être sorti de leur corps, avoir vu un ange de lumière, et suite à sa demande « Qu’as-tu fait de ta vie ? », ont vues toute leur vie défiler devant leur yeux, depuis leur naissance jusqu’à leur mort.

C’est cet ange qui leur présentait une vision panoramique de toute leur vie passée, car il était clair qu’il possédait déjà tous les détails de cette vie. Son seul but étant d’éveiller la réflexion.

Le tout se faisant en un très court instant, les souvenirs se succédant alors à une vitesse vertigineuse et dans l’ordre chronologique. 

Et malgré cette brièveté, cette évocation est incroyablement vivante et réaliste, les sentiments et les émotions étant aussi associées à chaque scène.

 

Maintenant, avant de rentrer dans ce moment précédent notre Jugement particulier qui se situe à la frontière de notre vie sur Terre et de notre éternité…et après avoir revu toute notre vie passée à la lumière divine de l’ange de lumière (comme le nomme les personnes ayant vécues des expériences de mort cliniques avant d’être ramenée à la vie), qui est sûrement notre ange gardien qui accompagne chacun durant sa vie sur Terre et jusqu’à notre Jugement particulier, puis, leur rend visite s’ils sont envoyés se Purifier au Purgatoire…pour les conduire ensuite au Ciel, dans le Royaume de Dieu…j’aimerais vous faire part d’un aspect spécifique du Ciel, de ce Royaume où un Bonheur infini et éternel attend ceux qui y entreront.


Extrait des Révélation de Jésus à Maria Valtorta du 14 Juin 1944 (dans les Cahiers de 1944).

Jésus dit :

Au Paradis, rien n’est imparfait. Dieu communique ses propriétés à ses saints. Il vous rend semblables à Lui, qui reste votre Roi, par justice, et donc absolue Perfection, mais il est un Roi qui vous ouvre tous ses trésors, vous en couvre et vous en pénètre.


Lorsque tu as vu le Paradis, tu as dit avoir l’impression que les âmes y avaient tous le même âge, et que seule la gravité des regards et des traits en révélait l’âge plus ou moins adulte.

Cela t’a été montré parce que tu es encore sur le Terre et que tu n’aurais pas pu comprendre et distinguer sans cela.

Mais, ici, il n’y a pas d’âge. L’âme est éternellement jeune comme au moment où Dieu l’a créée pour la donner comme âme à votre chair.

Jusqu’au moment où la résurrection de la chair vous recouvrira d’un corps glorifié, les esprits sont incorporels et égaux.

Lorsqu’ils vous apparaissent, dans les apparitions que je permets pour votre bien, c’est sous forme corporelle, par pitié pour votre incapacité humaine à percevoir ce qui n’est pas matière. Ils se matérialisent donc pour se rendre sensibles à vos yeux.

Mais ici, c’est de la lumière qui chante les louanges de Dieu, et voilà tout. Lumière, Amour et Sagesse. 

 

Mais pour pouvoir entrer dans Le Royaume de Dieu, il nous faudra d’abord réparer les conséquences de nos fautes et de nos péchés.

Si nous avons pris le temps de le faire durant notre vie sur Terre, alors nous y entreront directement, mais si nous ne l’avons pas (ou seulement en parti) fait sur Terre, alors cette réparation se fera dans d’infinies souffrances au Purgatoire…souffrances dues au Feu Purificateur qui détruit toutes les souillures restant dans notre âme, et dues à l’absence de Dieu que nous désirons rejoindre sans pouvoir le faire !!!

 

Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (tome 2, chapitre 47 de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé…

Jésus pleure à cause de Judas et Simon le Zélote le réconforte. 

 

Jésus parle avec un paysan :

"La douleur n'est-elle pas toujours un mal ?"     

"Non, ami, c'est un mal du point de vue humain, mais d'un point de vue qui dépasse l'humain, c'est un bien.

Elle augmente les mérites des justes qui la supportent sans désespérer ni se révolter et l'offrent, en s'offrant par leur résignation en sacrifice d'expiation pour leurs propres manquements et pour les fautes du monde.

Elle est rédemption pour ceux qui ne sont pas justes."

"C'est si difficile de souffrir !" dit le paysan auquel se sont joints les membres de sa famille : une dizaine entre adultes et enfants.           

"Je sais que l'homme trouve que c'est difficile. Et sachant comment l'homme l'aurait jugée telle, le Père ne l'avait pas donnée à ses fils.

Elle est venue à la suite de la faute. Mais combien de temps dure la souffrance sur la terre ? Dans la vie d'un homme, peu de temps. Toujours peu, même si elle dure tout la vie.

Maintenant je vous dis : n'est-il pas préférable de souffrir un peu de temps que toujours ? N'est-il pas préférable de souffrir ici qu'auPurgatoire ?

Pensez, là le temps est multiplié par mille.


Oh ! En vérité, je vous le dis qu'on ne devrait pas maudire mais bénir la souffrance et l'appeler "grâce" et l'appeler "pitié".

Et ne nous faisons pas d’illusions, si nos réparations (vécue avec humilité, souffrance et Amour) ne sont pas faites sur Terre, elles se feront pendant des années au Purgatoire.

 

EN UNION DE CŒUR, D’AMOUR FRATERNEL ET DE PRIERES.

                                 

                               PIERRE

 

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA TROISIEME PARTIE.

              (Cliquer dans le lien ci-dessous) 

Sous-pages :

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 17/08/2012