LA GRAINE DE MOUTARDE…LE LEVAIN…LA PERLE…2ème Partie.

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT AVEC VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES.

LA GRAINE DE MOUTARDE…LE LEVAIN…LA PERLE…2ème Partie.

 

DEUXIEME PARTIE.

Extrait de ma Réflexion n°12 : Le Royaume de Dieu.

Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (tome 6, chapitre 136 de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé…

Jésus parle de la charité aux apôtres.

Personne n'aime la mort, surtout si elle est douloureuse, prématurée et imméritée. Personne ne l'aime, et pourtant tout homme doit mourir.

Aussi on devrait regarder la mort avec le même calme dont on voit finir tout ce qui a vie. Eh bien, je force mon Humanité à aimer la mort. Non seulement cela. Moi, j'ai choisi la vie pour pouvoir avoir la mort. Pour l'Humanité.

En effet, en qualité d'Homme-Dieu, j'acquiers ces mérites qu'en restant Dieu je ne pouvais acquérir.

Et avec eux, qui sont infinis, sous la forme où je les acquiers, à cause de la Nature divine unie à l'humaine, à cause des vertus de Charité et d'Obéissance par lesquelles je me suis mis en condition de les mériter, à cause de la Force, de la Justice, de la Tempérance, de la Prudence, de toutes les vertus que j'ai mises dans mon cœur pour qu'il soit bien accueilli de Dieu, mon Père, j'aurai une puissance infinie non seulement comme Dieu, mais comme l'Homme qui s'immole pour tous, c'est-à-dire qui atteint l'extrême limite de la Charité.

 

C'est le sacrifice qui donne le mérite. Plus grand est le sacrifice et plus grand est le mérite. A sacrifice complet, mérite complet.

A sacrifice parfait, mérite parfait. Et il peut servir selon la sainte volonté de la victime, à laquelle le Père dit : "Qu'il en soit comme tu veux !" parce qu'elle l'a aimé sans mesure et qu'elle a aimé le prochain sans mesure.

 

Voici, c'est Moi qui vous le dis. Le plus pauvre des hommes peut être le plus riche et faire du bien à une quantité innombrable de frères s'il sait aimer jusqu'au sacrifice.

Moi, je vous le dis : même si vous n'avez plus une bouchée de pain, un calice d'eau, un lambeau de vêtement, vous pouvez toujours faire du bien.

Comment ? En priant et en souffrant pour les frères.

Faire du bien à qui ? A tous. De quelle façon ? De mille manières toutes saintes car si vous savez aimer, vous saurez comme Dieu agir, enseigner, pardonner, gouverner, et comme l'Homme-Dieu racheter."

"O Seigneur, donne-nous cette charité !" soupire Jean.

 

"Dieu vous la donne, puisqu'il se donne à vous. Mais vous vous devez l'accueillir et la pratiquer de plus en plus parfaitement.

Aucun événement pour vous ne doit être séparé de la charité. Des matériels à ceux de l'esprit. Que tout soit fait avec charité et pour la Charité.

Sanctifiez vos actions, vos journées, mettez le sel dans vos oraisons, la lumière dans vos actes. La lumière; la saveur, la sanctification, c'est la Charité.

Sans elle, les rites sont sans valeur et les prières sont vaines et les offrandes fausses. En vérité je vous dis que le sourire par lequel un pauvre vous salue comme frères a plus de valeur qu'un sac de pièces de monnaie que quelqu'un peut jeter à vos pieds, dans le seul but d'être remarqué.

Sachez aimer et Dieu sera avec vous, toujours."

 

Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (tome 2, chapitre 47 de L’Evangile tel qu’il m’a été révélé…

Jésus pleure à cause de Judas et Simon le Zélote le réconforte.

Jésus parle avec un paysan :

Jésus répond : "La bénédiction agit et persiste si les âmes restent fidèles à la Loi de Dieu et à mon enseignement.

Dans le cas contraire, la grâce disparaît. Et c'est juste.

Car s'il est vrai que Dieu donne le soleil et l'air aux bons comme aux méchants, pour qu'ils vivent, et s'ils sont bons deviennent meilleurs, et s'ils sont mauvais se convertissent, il est juste aussi que d'autre part, la protection du Père devienne châtiment pour le méchant afin de le rappeler par des peines au souvenir de Dieu."          

"La douleur n'est-elle pas toujours un mal ?"     

"Non, ami, c'est un mal du point de vue humain, mais d'un point de vue qui dépasse l'humain, c'est un bien.

Elle augmente les mérites des justes qui la supportent sans désespérer ni se révolter et l'offrent, en s'offrant par leur résignation en sacrifice d'expiation pour leurs propres manquements et pour les fautes du monde.

Elle est rédemption pour ceux qui ne sont pas justes."

"C'est si difficile de souffrir !" dit le paysan auquel se sont joints les membres de sa famille : une dizaine entre adultes et enfants.           

"Je sais que l'homme trouve que c'est difficile. Et sachant comment l'homme l'aurait jugée telle, le Père ne l'avait pas donnée à ses fils.

Elle est venue à la suite de la faute. Mais combien de temps dure la souffrance sur la terre ? Dans la vie d'un homme, peu de temps. Toujours peu, même si elle dure tout la vie.

Maintenant je vous dis : n'est-il pas préférable de souffrir un peu de temps que toujours ? N'est-il pas préférable de souffrir ici qu'au Purgatoire ?

Pensez, là le temps est multiplié par mille.

Oh ! En vérité, je vous le dis qu'on ne devrait pas maudire mais bénir la souffrance et l'appeler "grâce" et l'appeler "pitié".

 

Quel Amour est en nous, lorsque nous ne fuyons plus la souffrance…mais que nous la recherchons pour pouvoir l’offrir à Dieu, en Union avec Les Souffrances de Jésus qu’Il a subi pour notre salut et par Amour pour nous qui sommes de grands malades de notre péché…sans le savoir (Père, Pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font !!!).

Comme nous l’avons vu au cours de ma précédente Réflexion (Fête de Saint Paul de La Croix), mais aussi tout au long de l’ensemble de mes Réflexion…Jésus est venu pour nous révéler et nous enseigner que La Vie Chrétienne se résume à une chose…chose qui n’a aucune limite et plus varié que le nombre des étoiles : L’Amour.

Aimer Dieu plus que tout, Lui qui est La Source de L’Amour…et puiser en Lui L’Amour pour notre Prochain (quel qu’il soit).


Et tout le reste découle de L’Amour !!!

Mourir à soi-même, comme la graine qui disparaît en terre, comme le caillou qui disparaît dans l’huître, comme le levain qui disparaît dans la farine…pour se transformer en un bien extraordinaire…nous fait comprendre L’Amour !!!

 

En effet on ne peut pas Aimer si nous sommes Orgueilleux et Egoïste en ne regardant que nous-même…et nos envies, nos désirs, nos manques, nos besoins, etc… (En mettant en avant tous les appels de notre chair…à qui nous obéissons !!!)

Pour Aimer, il faut s’oublier et regarder la personne qui se trouve devant nous (Que ce soit Dieu ou notre Prochain vers qui Dieu nous envoie), voir ses besoins à elle, être attentif à ses désirs et apprendre à toujours plus la découvrir…pour l’Aimer toujours plus !!!

 

Ainsi toutes les valeurs sont inversées par rapport au monde où nous vivons et, comme la graine en terre, le caillou dans l’huître, le levain dans la farine…viens un moment où nous avons découvert tout L’Amour dont Dieu nous comble…pour faire de nous…non pas un animal qui est esclave de ses besoins, mais…un véritable hommeune véritable femme…transformés au Feu Purificateur de Son Amour…qui ne vit plus que pour Aimer…découvrir toujours plus Dieu pour L’Aimer toujours plus…et Aimer notre Prochain pour lui obtenir la guérison de ses maladies « spirituelles »…et Le Salut Eternel !!!

Tout le reste devient fade et sans saveur, y compris tous les attraits du monde !!!

 

Alors, on découvre que l’on ne peut se dire Chrétien…ou enseigner La Vie Chrétienne…si nous ne laissons pas Dieu envahir notre âme constamment, si nous ne laissons pas Dieu vivre en nous, purifier toutes les saletés et cochonneries que nous laissons traîner dans notre âme, détruire toutes les chaînes d’esclavage au mal en nous, neutraliser les effets du venin du mal en nous par Le Sérum de Son Amour…et faire déborder en nous (du dedans de nous, à partir du plus profond de nous-même) Son Amour, Sa Miséricorde et Sa Compassion…qui sortent du Cœur Ouvert de Jésus sur La Croix !!!

 

La vie chrétienne ne peut se vivre « extérieurement » par des choses que nous faisons ou que nous disons « en public »…et par l’absence de vie intérieure, de vie spirituelle conforme à L’Amour auquel Dieu appelle chacun…ou d’une vie privée et personnelle…bien loin de Dieu.

 

Comme je l’ai déjà dit, pensons, à chaque instant, que Dieu désire vivre en nous…alors lorsque nous faisons quelque chose, lorsque nous pensons à quelque chose, lorsque nous disons quelque chose, que ce soit par nos actes, nos pensées, nos désirs même les plus profond en nous…pensons que nous devons ressembler à Jésus !!!

Alors, est-ce que Jésus (au travers de ce que nous en savons ou cherchons à savoir) ferait pareil, penserait pareil, dirait pareil, prierait pareil, etc… !!!


Alors, est-ce que je pense que dans le Prochain qui est à ma porte et qui m’interpelle au milieu de mes activités « programmées » pour me demander de l’aide, pour me demander un service, pour me demander de l’écouter ou simplement de L’Aimer (de L’Amour de Dieu…pas de Luxure qui n’est qu’égoïsme et esclavage aux désirs de notre chair corrompue !!!), qu’il soit mon conjoint, un de mes enfants, un ami ou un inconnu…c’est Jésus qui est là devant moi !!!


Mon comportement et mon attitude, mes pensées et mes actes (etc…) seront totalement différents si j’apprends à réagir et à vivre en pensant que Jésus est en moi (et que je dois l’imiter) et que Jésus est dans mon Prochain (que j’aurais facilement jugé, condamné, dis du mal de lui, voir insulté)...c’est donc à Lui que je m’adresse à travers mon Prochain !!!

 

A partir de là, nous comprenons mieux La Compassion…en sachant que Jésus a voulu mourir pour nous sauver tellement Il souffrait (et souffre encore maintenant) de nous voir partir à notre perte !!!

 

Comme je l’ai dit plus haut, Jésus, au travers des Evangiles, nous demande de prendre Son Chemin : Qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière Moi n’est pas digne de Moi.


Alors, reprenons ensemble la vie publique de Jésus sur terre. Quel a été Son message et le témoignage qu’Il a donné ???

Extrait de ma Réflexion n°39 : Les Noces de Cana.

Jésus nous dit (dans les Révélations à Maria Valtorta, les cahiers de 1946, le 25 Décembre) :

Soyez donc simples. Il existe deux livres que tout homme de bonne volonté peut lire et comprendre, même s’il est analphabète.

Il lui suffit d’avoir le regard simple de mes bergers (ceux présent la nuit de Noël). Ce sont la crèche de Bethléem et la croix du Golgotha.

Ces deux livres sont parlants, ils disent des paroles éternelles, ils donnent des enseignements en comparaison desquels la sagesse de tous les savants, de Salomon jusqu’au dernier qui existera, est des plus limitées.

Ma naissance dans la misère, pour vous apprendre le détachement des richesses et des honneurs, et pour éteindre en vous la soif des honneurs humains tellement inutiles.

Et Ma mort dans la souffrance, pour vous apprendre que c’est par elle qu’on conquiert Le Royaume pour soi-même et pour les autres.

Qu’il faut Aimer, Aimer toujours.

« Aimez-vous les uns les autres et Aimez-moi, et que Ma Paix soit sur vous ».   

 

Combien de nos jours, se revendiquant « bons » Chrétiens, voir parmi les responsables de Communautés (ou leurs membres), les responsables de paroisses, etc…ne se remettent jamais en question et se considèrent au-dessus des autres !!!

Ils ne servent plus Dieu…Ils se servent de Dieu et de leur Prochain…pour leurs propre Gloire humaine…pour satisfaire leurs désirs et envies de grandeur et leur confort personnel.

Si Dieu leur envoie un « messager » pauvre, petit, sans ressource, sans pouvoir, inconnu parmi les inconnus…ils le jettent du haut de leur grandeur !!!

Mais Jésus, Lui, Notre Dieu, Notre Roi et Notre Maître a-t-Il revendiqué Ses titres ??? A-t-Il regardé de haut le pauvre, le lépreux, l’exclu, le rejeté ou l’a-t-Il écouté ??? A-t-Il chercher à vivre dans un grand confort, de profiter de l’argent qui lui était donné pour le garder pour Lui (C’est normal puisque cet argent lui revenait, Lui, Dieu !!!) ou le reversait-Il intégralement pour les « pauvres » qui en avaient besoins ???


Pourtant, nous qui nous disons Chrétiens, voir responsable de Communauté, de Paroisse, etc…ne sommes-nous pas sensé être « Les Témoins de Jésus » auprès du troupeau qui nous est confié !!!

Peut-on être témoins et vivre à l’opposé de ce que Jésus a vécu sur terre ???


Matthieu 8 19-20.

Un scribe s’approchant Lui dit : « Maître, je Te suivrai où que tu ailles ».

Jésus lui dit : Les renards ont des tanières et les oiseaux du Ciel ont des nids. Le Fils de L’Homme, Lui, n’a pas où reposer la tête.


Matthieu 21 5.

Voici que Ton Roi vient à toi. Modeste, Il monte une ânesse et un ânon, petit d’une bête de somme.


Jean 6 15.

Alors Jésus, se rendant compte qu'ils allaient venir s'emparer de lui pour le faire ROI, s'enfuit à nouveau dans la montagne, tout seul.

 

Réalisons toujours que nous ne sommes rien. C’est Dieu qui est Tout et qui fait tout et ce n’est qu’en vivant en Lui, en nous nourrissant de Lui, en nous laissons convertir par Lui, en nous laissant « tailler » comme on taille un sarment pour qu’il porte de beaux raisins…que nous deviendrons le canal par lequel Dieu peut agir (si nous vivons dans L’Amour, L’Humilité, L’Obéissance, Le Pardon et La Compassion).

Mais nous ne sommes que le canal…le jour où nous croyons être « la source »…alors nous courons à notre perte…en entraînant dans notre chute…ceux qui nous suivent !!!

C’est vrai que c’est déstabilisant de ne pas savoir d’avance et de vivre dans La Foi comme les apôtres devant distribuer la nourriture à plusieurs milliers de personnes avec seulement cinq pains et deux poissons…mais c’est ainsi que nous devons être en montrant autour de nous que ce n’est pas nous qui agissons, mais Dieu qui vit en nous !!!

 

J’aimerais donner en exemple, la vie d’un Saint qui écrivait ses homélies puis essayait de se les rappeler…sans succès…avant de comprendre qu’Il devait s’en remettre entièrement à Dieu avec Foi, et ne plus se mettre des « garde-fous » pour le cas où…et que son regard devait être tourné vers Jésus en Croix !!!

Bx ANGE D'ACRI, Capucin (1669-1739)

          Le bienheureux Ange d'Acri, né dans la Calabre, de parents pauvres, eut le bonheur d'avoir pour maître, dans son enfance, un pieux capucin qui lui apprit à méditer chaque jour la Passion de Jésus-Christ et à s'approcher souvent du sacrement de Pénitence et de la Table Sainte. Quelle édification pour tous de voir cet enfant passer deux ou trois heures de suite dans la contemplation des souffrances du Sauveur !

        A dix-huit ans, il entra chez les Capucins ; mais il en sortit plusieurs fois par inconstance. La troisième fois il se mortifia si bien, il se mit à l'œuvre avec tant de courage, qu'il obtint la grâce de la persévérance et même dépassa de beaucoup la mesure commune de la perfection des religieux. Au jour de sa première Messe, il tomba en extase après la consécration, ce qui lui arriva souvent dans la suite.

        Son désir était de passer sa vie dans le silence du couvent, tout occupé de Dieu et de son âme ; mais le Ciel le destinait à de grandes œuvres.   Ses premières prédications furent laborieuses, car la mémoire lui fit défaut, et il lui fut impossible de prêcher ses sermons comme il les avait écrits. Craignant de ne pas être appelé à la vie de missionnaire, il pria Dieu avec ferveur de lui manifester sa Volonté. Il entendit un jour, pendant sa prière, une voix qui lui dit : "Ne crains rien, je te donnerai le don de la prédication, et désormais toutes tes fatigues seront bénies. Tu prêcheras à l'avenir dans un style familier, afin que tous puissent comprendre tes discours."

        Désormais il abandonne ses écrits et ses livres, pour se borner à l'étude de l'Écriture Sainte et du grand livre du Crucifix. Son éloquence, puisée à ces sources, devint si chaude et si profonde, que les plus savants eux-mêmes en étaient ravis d'admiration. Pendant trente-huit années d'apostolat, malgré les efforts de l'enfer, il opéra un bien immense dans la Calabre.

Sa grande force, son argument invincible, était surtout le souvenir de la Passion. Il n'en parlait jamais sans faire pleurer son auditoire.

    

J’aimerais souligner aussi une chose très importante que l’on oublie tellement facilement et que l’on perçoit au travers des exemples choisis par Jésus pour nous montrer que nous devons « mourir à nous-même » pour vivre en Dieu et porter beaucoup de fruits.

Jésus nous parle de la graine de moutarde que l’on jette dans la terre, du levain qui disparaît dans la farine, du petit caillou qui se laisse avalé par l’huître, etc…

L’Amour de Dieu est Infini !!!

Notre manière d’Aimer est aussi infinie en fonction de ce que nous sommes…et c’est pour cela que Le Père a préparé au Ciel, une demeure pour nous personnellement !!!

Et c’est pour cela que Dieu a besoin de chacun pour Aimer avec la diversité infinie de L’Amour de Dieu…qui permet aux uns de devenir pain, aux autres de devenir fruits, aux autres de devenir fleurs, etc…l’ensemble de L’Amour de tous formant une mosaïque sublime.

 

Nous sommes tous différents et Notre Père a un Plan d’Amour bien précis pour chacun (qui est libre de l’accepter, de le suivre, de l’ignorer voir de la rejeter…dans Son Amour Dieu nous a voulu Libre) afin de construire Son Royaume où tous ont leurs places, différentes et harmonieuses…afin de construire La Cité de L’Amour de Dieu… La Jérusalem Céleste !!!

 

Et cette différence se retrouve dans nos métiers, dans nos loisirs, dans nos « hobbies », etc…

Et ce que nous savons et aimons faire, ce que nous savons être et aimons être, ce que nous savons penser et aimons penser…si nous le vivons dans L’Amour et donc en Dieu qui est La Source de L’Amour…alors nous partageons « humainement » et chacun à sa manière, L’Amour qui est en nous, avec nos frères, avec notre Prochain.

Cela nous sommes appelés chacun à le vivre concrètement dans nos couples, dans nos familles, dans notre travail, dans notre société, avec nos amis et ceux vers lesquels nous sommes attirés.

Ainsi L’Amour pour nos frères va se traduire concrètement pour certains par « un élan du cœur » vers ceux qu’ils Aiment, pour d’autres par « un rappel à l’ordre avec Amour » pour que ceux que l’on Aime ne s’égarent pas, pour d’autres par « des actes concrets » pour sortir ceux que l’on Aime de leur misère, etc…(à l’infini).

 

Par la suite, pour ceux qui acceptent d’avancer sur Le Chemin que Dieu ouvre devant eux, cet Amour, tout en restant encré dans le concret quotidien (nos « devoirs d’état », nos actes de Charité, notre Compassion pour les autres, notre « expérience » lorsque nous avons acquis une « connaissance », nos « dons humains » que nous partageons avec ceux qui en manquent, etc…)…

Cet Amour grandit pour, en plus, s’épanouir spirituellement au fur et à mesure que notre Amour et notre Connaissance de Dieu grandissent.

Ainsi, tout cet Amour en nous va non seulement tenir compte des besoins humains de ceux que nous Aimons, en l’exprimant comme nous nous sentons poussés à le faire…mais il va tenir compte des besoins de l’âme de chacun !!!


C’est ainsi que Jésus a pris, dans ses apôtres, des pécheurs dont Il a fait des « pécheurs d’âmes » en allant rechercher les âmes égarées pour les conduire au bon port où se trouve Jésus…et leur Salut.

C’est ainsi que Jésus a pris, dans ses apôtres, un collecteur d’impôts, très humain…pour montrer aux âmes l’humanité de Jésus (L’évangile selon Saint Matthieu).

C’est ainsi que Jésus a pris, dans ses apôtres, un « amoureux » de Jésus…pour montrer aux âmes La Grandeur spirituelle de Jésus-Dieu (L’évangile selon Saint Jean).

 

C’est ainsi que Jésus a pris des bergers…pour montrer aux âmes que Jésus est un Berger qui prends soin de toutes les âmes qui lui sont confiés.

 

C’est ainsi que Dieu a pris Joseph, qui s’est occupé de La Sainte Famille…pour montrer aux âmes l’exemple d’un travailleur et d’un père de famille…selon Le Cœur de Dieu.

 

En soulignant cette diversité, j’aimerais souligner la diversité de chacun…chaque être humain étant différent (même si se trouve des similitudes au sein d’une même famille)…et c’est pour cela que Dieu a préparé, pour chacun, une Demeure au Ciel…différente et adapté à chaque être humain en fonction de ce qu’il est vraiment.

Et personne ne peut dire, et surtout le plus ignorant, le plus « pauvre d’esprit », le plus ignoré, méprisé, rejeté, etc…que ce n’est pas pour lui…que Dieu n’a rien préparé pour lui…que Dieu n’a pas pu lui préparer une « demeure de rêve où il vivra un Bonheur éternel »…car :

Tous nous avons été crée par Dieu…qui a mis dans notre âme le reflet, l’image de Sa Divinité à Lui !!!

 

Ce n’est qu’en nous coupant de Dieu par notre esclavage volontaire aux désirs corrompus de notre chair, aux plaisirs que nous choisissons plutôt que de suivre Le Chemin où Dieu nous attend, à notre attrait pour « les honneurs, la gloire et la luxure » qui satisfont les désirs toujours plus grand de notre chair et que Satan nous offre…que nous risquons de perdre à jamais…cette demeure dans Le Royaume de Dieu !!!

 

C’est à cause de cette diversité (où chacun exprime différemment L’Amour de Dieu) que nous ne pouvons pas imposer à ceux que nous rencontrons, au Prochain devant notre porte qui vient faire appel à nous…nos vues et nos directives…voir nos communautés, nos paroisses, etc…

Notre Prochain n’est pas un reflet de nous-même et ne doit pas le devenir. Il est le reflet de La Divinité de Dieu…différent de celui que nous réfléchissons !!!


Pour mieux me faire comprendre, il faut réaliser (en ravalant tout orgueil en nous) que nous ne sommes rien…à peine un peu de poussière sans vie !!!

Le Vie c’est Dieu qui nous la donne, et ce n’est qu’en vivant en Dieu et tel que Dieu nous le demande que nous devenons quelque chose…sans chercher à en retirer…la moindre Gloire pour nous !!! 

En vivant en Dieu, tel que Dieu nous le demande et en nous nourrissant de Dieu (de Sa Parole et de Son Corps…en étant en état de Grâce) quotidiennement afin que notre âme ne meurt pas de l’absence de cette nourriture que Dieu désire nous donner pour Notre Salut…nous devenons une lumière, et une lumière de plus en plus intense au fur et à mesure que notre Union avec Dieu grandit, que Dieu prend toute la place en nous et que nous-même, nous disparaissons (la graine en terre, le levain dans la farine, le caillou dans l’huître).

 

Alors, notre Prochain que Dieu met sur notre route (notre conjoint, nos enfants, notre famille, nos proches, celui que nous rencontrons comme Le Bon Samaritain a rencontré le blessé sur sa route) commence à voir cette Lumière que nous lui partageons.

Ayant fait mourir en nous tout ce qui encombrait notre esprit pour laisser toute la place à Dieu et entendre ce qu’Il veut nous dire…nous tournons notre regard « intérieur » vers Dieu pour être à « Son écoute » et entendre ce qu’Il veut dire et montrer à cette âme blessée.

 

Alors nous devenons une Lumière qui éclaire la route de cette âme que Dieu nous a confié à cette occasion (comme Il l’a confié à bien d’autres de ses enfants…chacun apportant à cette âme en détresse une partie différente de L’Amour de Dieu).


Mais nous ne sommes qu’une Lumière, qui plus elle sera en Dieu, plus éclairera le chemin de notre Prochain !!!


Alors ne nous prenons surtout pas pour le Maître de cet élève…cette tâche ne revient qu’à Dieu qui vit dans l’âme de ce Prochain…et lui montrera directement en lui, Son Amour.

Si nous avons Foi en Dieu, nous savons qu’Il est vivant et qu’Il peut agir dans le cœur de chacun…si une lumière éclaire la route où ils se trouvent.

Ne rallions pas le Prochain égaré à « notre sauce », à nos communautés…à ce que nous pensons…montrons lui L’Amour de DIEU…et laissons agir Dieu en lui.


Jésus Lui.même n’a pas « recruté » pour « sa paroisse » les nombreuses âmes qu’Il a guéri, qu’Il a délivré et qu’Il a enseigné…alors pourquoi ne voulons-nous pas prendre le même chemin que Jésus a pris…et flatter notre orgueil en ramenant des membres à notre communauté…en disant (ou pensant très fort) :

Voyez tous, c’est moi qui l’ai converti et ramené sur le droit chemin !!!

 

Et si ce que voit votre Prochain, au travers de La Lumière de Dieu qui a éclairé sa route, est totalement différent de ce que vous lui auriez montré (avec votre sensibilité propre) parce que sa manière d’exprimer L’Amour de Dieu en lui est totalement différente de la votre…n’en prenez pas ombrage…ce n’est pas vous qui faites le miracle…c’est Dieu !!!

 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 14,1-6.
Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et on l'observait.
Justement, un homme atteint d'hydropisie était là devant lui.
Jésus s'adressa aux docteurs de la Loi et aux pharisiens pour leur demander : « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat ? »
Ils gardèrent le silence. Jésus saisit alors le malade, le guérit et le renvoya.
Puis il leur dit : « Si l'un de vous a son fils ou son boeuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas l'en retirer aussitôt, le jour même du sabbat ? »
Et ils furent incapables de trouver une réponse.

 

Jésus ne garde pas dans « Sa troupe apostolique » ce malade…mais une fois guéri, Il le renvoie…à sa vie !!!

Ne devenons pas des gourous…qui voulons pour nous la Gloire qui revient à Dieu !!!

Apprenons à être Uni à Dieu, à mourir à nous-même pour être à l’écoute de Dieu et partager le reflet de Sa Lumière avec le Prochain qu’Il nous envoie…mais ne prenons jamais la place de Dieu en imposant nos idées et nos points de vue…Laissons faire Dieu Lui-même…Il le fera tellement mieux que nous !!! 

 

EN UNION DE CŒUR, D’AMOUR FRATERNEL ET DE PRIERES.

                                 

                               PIERRE

 

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA TROISIEME PARTIE.

              (Cliquer dans le lien ci-dessous) 

Sous-pages :

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 31/07/2012