LA COMMUNION DES SAINTS…2ème Partie.

Je voudrais encore montrer un passage dans les Révélations à Maria Valtorta où Jésus nous parle de cette Communion des saints qui existe entre nous sur Terre en nous unissant à L’Amour de Jésus pour chacun de nous. Jésus peut faire le miracle, mais combien plus Il est heureux de le faire lorsque nous y ajoutons notre Amour, nos Sacrifices, nos Prières, nos souffrances et nos blessures offertes pour La Gloire de Dieu et par Amour pour nos frères qui nous sont chers au cœur, qui souffrent ou qui sont malades de leurs péchés.

Jésus dit à Margziam qu’Il voulait faire le miracle…Mais c'est avec plus de joie que je l'ai faite, parce que j'étais aidé par toi. 

 

C’est pour cela que Jésus a besoin de notre Amour, de notre Foi, de nos Prières, de nos souffrances acceptée et offertes, de nos Sacrifices afin de pouvoir agir (comme je l’ai déjà dit, Jésus pouvait faire le miracle de la multiplication des pains en faisant apparaître par sa seule Puissance et devant chacun un sublime repas…mais Il a voulu se servir de nos offrandes totales (Il prend les 5 pains et les 2 poissons, soit la totalité de la nourriture présente et offerte), des apôtres, de leur Foi et de leur Obéissance, pour faire qu’ils partent distribuer ces 5 pains et 2 poissons à plusieurs milliers de personnes…ce n’est qu’en allant distribuer avec Foi et Amour et grâce au Sacrifice de certains que le miracle a eu lieu…et que la nourriture s’est multipliée !!!).

La scène suivante se passe à la table de famille de Nazareth où se trouve Jésus avec La Très Sainte Vierge Marie, Sintica, Margziam, Pierre, Jean, Simon…

Pierre vient d’arriver et a ramené des fouaces au miel (galette cuite sur la cendre du foyer, brioche, pain de fête) pour tous, mais Margziam qui en raffole ne peut pas en manger car il a fait un vœu pour obtenir des grâces.

 

Extrait des Révélations faites à Maria Valtorta (Evangile tel qu’il m’a été révélé, tome 4, chapitre 176).
Simon Pierre à Nazareth. La générosité de Margziam.

Mais Pierre répond à Jésus qui lui demande : « Pourquoi es-tu venu si tôt ? »

« Et il te semblait que je pourrais rester si longtemps sans te voir ? Et puis... Hé ! Et c'était Porphyrée qui ne me laissait pas tranquille : "Va voir Margziam. Porte-lui ceci, porte-lui cela". Elle semblait penser que Margziam était au milieu des voleurs ou dans un désert. Puis la nuit dernière, elle s'est levée exprès pour faire les fouaces et à peine furent-elles cuites qu'elle me fit partir... »

« Oh ! Les fouaces !... » crie Margziam, mais ensuite il se tait.

« Oui. Elles sont ici dedans avec les figues séchées au four et les olives et les pommes rouges. Et puis elle t'a fait un pain à l'huile, et puis elle t'a envoyé les petits fromages de tes brebis. Et puis il y a un vêtement qui ne prend pas l'eau. Et puis, et puis... je ne sais quoi d'autre : Comment ? Tu n'es plus pressé ? Tu pleures ? Oh ! Pourquoi ? »

« Parce que j'aurais préféré que tu me l'amènes elle, plutôt que toutes ces choses... Je l'aime bien, sais-tu, moi ? »…

Ils entrent tous dans la maison et Pierre se débarrasse de ses paquets.

« Voici : du poisson sec, du salé, du frais. Ce sera pratique pour ta Mère. Voici ce fromage tendre qui te plaît tant, Maître. Et ici des oeufs pour Jean. Espérons qu'ils ne sont pas cassés... Non, heureusement. Et puis du raisin. C'est Suzanne qui me l'a donné à Cana, où j'ai dormi. Et puis... Ah ! Et puis cela ! Regarde, Margziam comme il est blond, On dirait des cheveux de Marie... » Et il ouvre un pot rempli de miel filant.

« Mais pourquoi tant de choses ? Tu t'es sacrifié, Simon » dit Marie devant les gros paquets et les petits, les vases et les pots qui couvrent la table.

« Sacrifié ? Non. J'ai beaucoup pêché et avec beaucoup de succès. Cela pour le poisson. Pour le reste : des produits de la maison. Cela ne coûte rien, et en revanche cela donne tant de joie de les apporter. Et puis... Ce sont les Encénies... C'est l'usage. Non ?! Tu ne goûtes pas le miel ? »

« Je ne peux pas » dit sérieusement Margziam.

« Pourquoi ? Tu te sens mal ? »

« Non. Mais je ne peux le manger. »

« Mais pourquoi ? »

L'enfant devient rouge mais il ne répond pas. Il regarde Jésus et se tait. Jésus sourit et explique : « Margziam a fait un vœu pour obtenir une grâce. Il ne peut prendre de miel pendant quatre semaines. »

Pierre, au lieu d’encourager et d’aider Margziam dans son Sacrifice va jouer le rôle du tentateur avec toutes les astuces possibles pour le faire craquer (combien de fois cela nous arrive-t-il de le faire aussi, au nom de L’Amour, voir même au nom de Dieu !!!) et même jusqu’à faire croire que c’est Jésus qui désire, qui veut qu’il rompe son Sacrifice…afin qu’il ne souffre pas trop.

 

Extrait des Révélations faites à Maria Valtorta (Evangile tel qu’il m’a été révélé, tome 4, chapitre 177).
"Rien ne se perd dans l'économie sainte de l'amour universel".

Marie n'a jamais parlé, mais ses yeux n'ont pas cessé un moment de scruter le visage du Fils... Elle en est détournée par l'observation de Margziam qui dit : "Pourquoi, Mère, n'as-tu pas mis sur la table les fouaces au miel ? Elles plaisent à Jésus et elles feraient du bien à Jean pour sa gorge. Et puis elles plaisent aussi à mon père (Saint Pierre, son père adoptif)..."

"Et aussi à toi" termine Pierre.

"Pour moi... c'est comme si elles n'existaient pas. J'ai promis..."

"Et c'est pour cela, mon chéri, que je ne les ai pas mises..." dit Marie en le caressant, car Margziam est entre elle et Sintica d'un côté de la table, alors que les quatre hommes sont du côté opposé.

"Non, non. Tu peux les apporter à tout le monde. Et même, tu dois les apporter et moi, je les donnerai à tout le monde."

Sintica prend une lampe, sort et revient avec les fouaces. Margziam prend le plateau et commence la distribution. La plus belle, dorée, levée comme celle d'un maître pâtissier, il la donne à Jésus. Une autre, aussi parfaite, à Marie. Puis c'est le tour de Pierre, de Simon, de Sintica. Mais pour la donner à Jean, l'enfant se lève et il va à côté du pédagogue vieux et malade, et lui dit : "Pour toi la tienne et la mienne, et en plus un baiser pour tout ce que tu m'enseignes." Puis il revient à sa place, en posant résolument le plateau au milieu de la table et en croisant les bras.

"Tu me fais avaler de travers ce délice" dit Pierre en voyant que Margziam n'en prend vraiment pas.

Et il ajoute : "Un petit morceau, au moins. Tiens, de la mienne, seulement pour ne pas mourir d'envie. Tu souffres trop... Jésus te le permet."

"Mais si je ne souffrais pas, je n'aurais pas de mérite, mon père. C'est bien parce que je savais que cela m'aurait fait souffrir que j'ai offert ce sacrifice...

Et du reste... Je suis si content de l'avoir fait, qu'il me paraît d'être plein de miel. J'en sens le goût partout, il me semble le respirer avec l'air..."

"C'est parce que tu en meurs d'envie."

"Non, c'est parce que je sais que Dieu me dit : "Tu fais bien, mon fils"

"Le Maître t'aurait fait plaisir, même sans ce sacrifice. Il t'aime tant !"

"Oui. Mais il n'est pas juste, étant aimé, que j'en profite.

Lui le dit, du reste, que grande est la récompense au Ciel même pour une coupe d'eau offerte en son nom. Je pense que si elle est grande pour un calice d'eau donné à un autre en son nom, elle le sera aussi pour une fouace ou un peu de miel que l'on se refuse pour l'amour d'un frère.

Est-ce que je parle mal, Maître ?"

Jésus dit alors :

"Tu parles avec sagesse. Moi, je pouvais, en effet, t'accorder ce que tu demandais pour la petite Rachel même sans ton sacrifice, car c’était une chose qui était bonne à faire et mon cœur la voulait. Mais c'est avec plus de joie que je l'ai faite, parce que j'étais aidé par toi. L'amour pour nos frères ne se borne pas à des moyens et des limites humaines, mais il s'élève bien plus haut. Quand il est parfait, il touche le trône de Dieu et se fond avec son infinie Charité et Bonté.

La communion des saints est précisément cette continuelle action, de même que continuellement et de toutes les façons Dieu agit, pour donner de l'aide aux frères que ce soit dans leurs besoins matériels ou dans leurs besoins spirituels, ou dans les deux à la fois, comme c'est le cas pour Margziam qui, en obtenant la guérison de Rachel, la soulage de la maladie et en même temps soulage l'esprit abattu de la vieille Jeanne, et allume une confiance toujours plus grande dans le Seigneur dans le cœur de tous ceux de cette famille. Même une cuillerée de miel que l'on sacrifie, peut servir à ramener la paix et l'espoir à un affligé, comme la fouace ou une autre nourriture, dont on s'est privé dans un but d'amour, peut obtenir un pain, miraculeusement offert, à un affamé éloigné et qui sera toujours pour nous un inconnu.

Et une parole de colère, même d'une juste colère, retenue par esprit de sacrifice, peut empêcher un crime lointain.

Comme de résister au désir de cueillir un fruit, par amour, peut servir à donner une pensée de regret à un voleur et ainsi empêcher un vol.

Rien ne se perd dans l'économie sainte de l'amour universel. Pas plus l'héroïque sacrifice d'un enfant devant un plat de fouaces que l'holocauste d'un martyr. Je vous dis même que l'holocauste d'un martyr a souvent pour origine l'éducation héroïque qui lui a été donnée dès l'enfance pour l'amour de Dieu et du prochain."

 

On retrouve ici ce lien invisible dont j’ai souvent parlé qui nous unis les uns aux autres, aussi bien entre nous qui sommes sur Terre qu’avec ceux qui nous précèdent au Ciel…mais aussi avec ceux qui nous suivrons.

Toutes nos actions quelles soient bonnes ou mauvaises ont des conséquences aussi bien en nous que dans ceux que qui nous sont chers (voir le plus chers comme nos conjoints, nos enfants, nos parents, notre famille, nos amis…), dans ceux que nous portons dans notre cœur, mais aussi dans ceux que Dieu nous confient.

L’Eglise (aussi bien celle qui est sur Terre que celle qui est au Ciel ou au Purgatoire) est Le Corps mystique du Christ et tous ses membres sont ainsi unis par ce lien invisible et Saint… ainsi, comme un mal dans une partie de notre corps se ressent dans tout notre corps et un bien dans une partie de notre corps se ressent dans tout notre corps, il en est de même pour tous les membres du Corps du Christ.

Rappelez-vous ce que je ne cesse de répéter :

Extrait de ma Réflexion n°1 : Qui est Jésus ?

Jésus dit à Marthe :

« Ne sais-tu pas que ce sont les tortures d'une tierce personne, qui résiste aux assauts parce qu'elle est bonne et fidèle, qui affermissent la guérison d'un autre esprit ?

Ne sais-tu pas que rien n'est isolé de tout ce qui arrive et existe dans la création, mais que tout suit une loi éternelle de dépendances et de conséquences qui fait qu'une action de quelqu'un a des répercussions naturelles et surnaturelles très étendues ? ».  

Ainsi chaque fois que nous nous tournons vers Dieu avec Foi et Amour, chaque fois que nous obéissons à ses Commandements d’Amour, chaque fois que nous lui disons « oui » du plus profond de notre cœur et de notre Amour, chaque fois que par Amour pour Lui, nous témoignons de Son Amour auprès des Prochains qu’Il nous confie…alors nous aidons notre Prochain à se rapprocher de Dieu, à lutter contre ses péchés, à soulager ses blessures, à s’élever vers Le Ciel au lieu de s’enfoncer dans le mal, vers L’Enfer..

A l’inverse, chaque fois que nous cédons aux tentations qui nous surviennent, chaque fois que nous rejetons Dieu pour dire « oui » à Satan, chaque fois que nous obéissons aux désirs corrompus de notre chair qui suggère à notre esprit ses besoins et ses envies tout en rejetant les appels de notre âme qui crie « au secours » en mettant dans notre esprit la honte, le trouble ou tout en rejetant les appels de notre Prochain, chaque fois que nous disons à notre esprit « pas d’état d’âme », chaque fois que nous devenons esclaves de nos sens ou que nous témoignons de notre esclavage aux volontés de Satan, suggérées par notre chair avide, auprès de notre Prochain, en cherchant à le corrompre ou à le soumettre « pour notre plaisir »…alors nous cédons notre âme et celle de notre Prochain (celui qui nous est le plus cher, notre conjoint, nos enfants, nos amis, ceux que Dieu nous confie) aux caprices de Satan…nous corrompons ceux qui nous sont chers au lieu de les guérir.

C’est ainsi que Jésus peut dire à Margziam qu’une fouace ou une bouchée de miel dont on se prive par Amour, peut ramener La Paix ou L’espoir à un affligé, à un mendiant de recevoir de la nourriture d’un inconnu généreux…alors que le contraire aurait pu apporter désespoir et trouble et laisser le mendiant sans dons, voir battu ou expulsé.

C’est ainsi que Jésus peut dire à Margziam qu’une parole de colère que l’on retient (même si elle est justifiée) par esprit de Sacrifice peut empêcher un crime lointain…alors qu’au contraire, une parole de colère que l’on laisse exploser peut provoquer un crime lointain.

C’est ainsi que Jésus peut dire à Margziam que renoncer à cueillir un fruit par Amour peut empêcher un vol…alors que le contraire pourrait le provoquer.

Mais ce qui est vrai pour des personnes inconnues de nous qui sont au loin mais avec lesquelles Dieu nous unie par ce lien invisible qu’est La Communion des Saints, est encore plus vrai pour ceux qui nous sont le plus chers.

Si je suis grossier, mon enfant sera tenté soit de me prendre pour exemple…et devenir grossier (voir bien pire que moi, grâce à Satan qui œuvre dans ce sens), soit de me rejeter en refusant de me pardonner (la haine).

Si je suis luxurieux, mon enfant sera tenté soit de suivre mon exemple…et devenir luxurieux (voir bien pire que moi, grâce à Satan qui œuvre dans ce sens), soit de me rejeter en refusant de me pardonner (la haine).

Si je suis voleur, menteur, dur, colérique ou raciste, mon enfant sera tenté de suivre mon exemple…et devenir voleur, menteur, dur, colérique ou raciste (voir bien pire que moi grâce à Satan qui œuvre dans ce sens), soit de me rejeter en refusant de me pardonner (la haine).

Et ainsi nous pouvons continuer à l’infini.

Seul L’Amour pour Dieu peut triompher de cette chaîne infernale et faire que là où il y a de la haine, Dieu puisse y mettre L’Amour, La Miséricorde et la Compassion.

Si, par contre, nous vivons et témoignons de L’Amour de Dieu en puisant continuellement à Sa Source, en nous nourrissant quotidiennement de La Parole, du Corps et du Sang du Christ (cette nourriture vitale pour notre âme afin que ce ne soit plus nous qui vivions mais Dieu qui vive en nous), si nous partageons L’Amour reçu de Dieu avec notre Prochain, ceux qui nous sont le plus chers, ceux que Dieu nous confie et ceux qui sont dans notre cœur…alors nos enfants baignerons dans La Grâce de Dieu qui les protégera contre les attaques de Satan (dans la mesure où ils ne décideront pas volontairement de rejeter Dieu et devenir esclave de Satan en devenant esclave des désirs et envie de leur chair corrompue).

C’est ainsi que de saints parents ont eu de saints enfants à l’image de Louis et Zélie Martin qui viennent d’être béatifiés qui ont eu pour enfants Sainte Thérèse et quatre autres filles qui devinrent toutes religieuses et quatre autres enfants tous morts en bas âge.

Pour mieux expliquer cela, j’aimerais me servir de La Parole de Dieu pour imager mes propos.

Reprenons d’abord le texte de Saint Paul au Corinthiens :

2 Corinthiens 6 19-20.

Ne le saviez-vous pas ? Votre corps est le Temple de L’Esprit-Saint, qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu. Vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car Le Seigneur a payé le prix de votre rachat.

Rendez Gloire à Dieu dans votre corps.

 

Dieu a mis en nous (alors que nous étions encore dans le ventre de notre maman) une âme éternelle, reflet de La Divinité de Dieu (voir ma Réflexion : Notre Âme).

Notre âme est le Temple où Dieu vit en nous, à condition de nous nourrir de Lui (par Sa Parole, par Son Corps et Son Sang), de L’Adorer en L’Aimant plus que tout, d’obéir à tous Ses Commandements d’Amour sans exception et en rejetant toute tentation, tout péché, tout manque d’Amour, inspiré par le mal et en Aimant notre Prochain de L’Amour que Dieu met en nous.

Si notre âme est un Temple Sacré, alors nous pouvons comprendre que non seulement nous nous trouvons dans ce Temple, mais notre conjoint (avec qui nous ne faisons qu’un en Dieu), nos enfants, nos parents, notre famille, tous ceux qui nous sont chers, tous ceux que Dieu nous confient, tous les membres de L’Eglise du Christ…s’y trouvent aussi avec nous par ce lien invisible qui nous relie les uns aux autres (et qui nous permet de dire réellement en pensant à ceux qui nous sont chers…qu’ils sont dans notre cœur).

Alors nous comprenons bien qu’à l’intérieur de notre Temple nous sommes tous présent, nous-même personnellement et notre Prochain (conjoint, enfants, parents, familles, proches, etc…).

Si nous vivons en Dieu en nous plongeant à La Source de L’Amour qu’est Dieu, en nous nourrissant de Lui, en partageant cet Amour et en témoignant de cet Amour avec notre Prochain…alors Dieu vivant dans notre âme nous inondera de Sa Grâce, nous et tous ceux qui vivent en nous par ce lien invisible…Grâce qui nous touchera tous.

Si nous rejetons Dieu et Ses Commandements d’Amour pour suivre les caprices et envies de notre chair, pour suivre les appâts tellement tentants mis par Satan sur notre route, alors Dieu s’en va du Temple qui est en nous…et c’est Satan et ses démons qui accourent pour prendre la place laissée libre par notre volonté et nos désirs (qui conduisent à nos péchés)…alors Satan à qui nous avons ouvert la porte du Temple où Dieu résidait auparavant en lui cédant notre âme, nous inondera de Sa Corruption, nous et tous ceux qui vivent en nous par ce lien invisible… Corruption qui nous touchera tous. 

 

Pour approfondir, nous pouvons regarder un autre exemple, toujours dans les écrits de Saint Paul aux Corinthiens.

1 Corinthiens 12 12-30.

De même, en effet, que le corps est un, tout en ayant plusieurs membres, et que tous les membres du corps, en dépit de leur pluralité, ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il du Christ. Aussi bien est-ce en un seul Esprit que nous tous avons été Baptisés en un seul corps, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes libres, et tous nous avons été abreuvés d’un seul Esprit…

Or vous êtes, vous, Le Corps du Christ, et membre chacun pour sa part…

 

Nous ne formons qu’un seul corps dans Le Christ, alors prenons pour exemple notre propre corps.

Si la nourriture que nous prenons est saine et appropriée aux besoins de notre corps, alors cette nourriture contribuera à nous fournir un sang pur qui coulera en nous et nous apportera la santé…au même titre que si nous nous nourrissons de Dieu, Il contribuera à répandre en nous (dans notre âme, notre esprit et notre corps) Le Sang Pur de La Victime qui a racheté nos faute en payant par le prix de Sa Vie, celle de Jésus-christ, Notre Dieu…et procurera Santé, Paix et Joie à notre âme afin de lui permettre d’hériter à notre mort du Royaume de Dieu, de La Jérusalem Céleste, du Ciel…en réalisant que notre corps n’est qu’une infime partie du Corps du Christ, et que tout ce qui nous touche, touche par voie de conséquence, tous les autres membres…qui recevrons en même temps que nous Santé, Paix et Joie pour leur âme afin qu’ils puissent hériter aussi de Royaume de Dieu.

(Comme je le disais plus haut, si un bien arrive à une partie de notre corps (même la partie la plus insignifiante), alors, c’est tout le corps qui bénéficie de ce bien !!!).

Si maintenant, nous décidons (par choix, par plaisir, par envie, par recherche de sensations nouvelles ou fortes, etc…) d’injecter une drogue dans n’importe quelle partie de notre corps (par notre bouche, par notre nez, par piqûre, etc…), alors cette drogue va envahir tout notre corps et corrompre notre sang…puis peu à peu va détruire notre santé (dans notre corps, notre esprit et notre âme)…et nous conduire à la destruction de tout notre être, à notre mort…au même titre que si nous laissons Satan corrompre une partie de nous…son venin se répandra dans tout notre corps, contaminera notre âme et rendra esclave notre esprit… pour hériter à notre mort du Royaume de Satan, de L’Enfer éternel.   

(Comme je le disais plus haut, si un poison arrive à une partie de notre corps (même la partie la plus insignifiante), alors, c’est tout le corps qui subira les méfaits de ce poison !!!).

Nous sommes donc tous unis les uns aux autres comme vivant dans une même maison, dans un même Temple, dans un même corps, celui de Jésus-Christ...et les conséquences de chacun de nos actes, de nos paroles, de nos gestes, de nos regards, de nos pensées (même les plus secrètes et cachées aux yeux des autres) ont des conséquences sur tous les membres du même Corps, toutes les personnes habitant le même Temple qu’est notre âme…et particulièrement sur tous ceux qui nous sont le plus chers !!!

 

Par voie de conséquences, nous comprenons mieux la nécessité de recevoir La Parole de Dieu, Le Corps et Le Sang de Jésus-Christ (L’Eucharistie qui est Parole, Corps et Sang de Jésus) avec une âme pure en étant en état de Grâce, vivant en Dieu, pour Dieu, L’Adorant et Lui-seul, L’Aimant plus que tout et Aimant notre Prochain de Son Amour qu’Il déverse en nous.

Par voie de conséquences, nous comprenons mieux la nécessité de recevoir Le Sacrement de Réconciliation chaque fois que nous avons cédés aux tentations qui nous sont survenues, afin de détruire toute trace de venin satanique en nous, et de retrouver La Grâce de Dieu en nous, perdue par nos fautes volontaires. 

Par voie de conséquences, nous comprenons mieux la nécessité de réparer le mal fait en nous par nos péchés (ainsi qu’en tous ceux qui vivent en nous qui sommes le Temple de Dieu, Le Corps du Christ), par des actes d’Amour vrais, purs et sincères.

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA TROISIEME PARTIE.

Sous-pages :

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 01/11/2012