98. NOTRE PERE…1ère Partie.

NOTRE PERE.

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT AVEC VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,1-13.
Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l'a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : 'Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous soumets pas à la tentation. ' »
Jésus leur dit encore : « Supposons que l'un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : 'Mon ami, prête-moi trois pains :
un de mes amis arrive de voyage, et je n'ai rien à lui offrir. '
Et si, de l'intérieur, l'autre lui répond : 'Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain',
moi, je vous l'affirme : même s'il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu'il lui faut.
Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte.
Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s'ouvre.
Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ? Ou un scorpion, quand il demande un œuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Lorsque nous invoquons le nom de Dieu, n’oublions jamais que Dieu est Un et Trine, qu’Il est Un et qu’Il est Père, Fils et Saint-Esprit.

A ce titre, Il est digne non seulement de notre entière et infinie Vénération, mais aussi, Il est le seul digne de notre Adoration…alors que bien souvent dans nos conversations, nous banalisons ce titre (« j’adore ») qui ne devrait être réservé qu’à Dieu seul, en multipliant nos « adorations » à tout ce que nous aimons bien (nourriture, plats succulents, succès de musique, sports, loisirs, amis ou amies, conjoints, concubins, amants ou maîtresses, etc…).

Ainsi lorsque dans nos Prières, nous nous tournons vers Dieu, nous nous tournons vers Le Père, Le Fils et Le Saint-Esprit qui ne forment qu’un seul Dieu.

Souvent dans nos Prières, nous n’osons pas nommer « Le Père », qui est pourtant « notre véritable Père » puisqu’Il nous a crée, nous qui ne sommes que poussière, Il nous a façonné à Son image afin de pouvoir, dans Son Infini Amour, nous adopter en tant que Ses enfants adoptifs ayant les mêmes gênes héréditaires que Leur Créateur et ainsi pouvoir hériter à notre mort de Son Royaume en tant qu’héritiers légitimes et frères adoptifs de Jésus qui a pris notre condition humaine pour nous assurer Le Salut et l’entrée dans Son Royaume qui nous avait été fermé suite au Péché Originel dont nous portons tous la trace en nous. 

Ainsi Jésus qui est Le Fils du Père est Le Fils de Dieu, et Il est Dieu au même titre que Le Père (engendré, non pas crée, de même nature que Le Père), ne faisant qu’un avec Le Père et Le Saint-Esprit.

Il est vrai Dieu, né du Vrai Dieu et Il est Le Fils Unique du Père qui est Dieu. 

Nous négligeons souvent cet aspect de La Divinité : Jésus est Fils du Père.

Il est Son Fils Unique. Il est Dieu né du Vrai Dieu, Fils Unique du Père qui est Notre Père et Notre Dieu, qui est Notre Créateur, nous a crée à Son Image et nous a adopté afin que nous devenions fils de Dieu et héritiers de Son Royaume.

Mais cet héritage qui nous est offert par Dieu n’est jamais acquit. Il dépend de notre choix, de notre volonté et de nos désirs : Voulons-nous vraiment Dieu pour Père ??? Acceptons-nous Jésus, Dieu fait homme pour notre Salut, comme notre Sauveur ??? Acceptons-nous La Très Sainte Vierge Marie que Jésus, cloué au bois de Sa Croix, nous a donné pour Mère afin qu’elle soit Le Chemin de Tendresse, d’Humilité, d’Obéissance, d’Amour et de Miséricorde qui nous conduit à Son Fils Jésus, Notre Dieu, qui Lui-même nous conduit à Son Père en suivant l’inspiration insufflée par L’Esprit-Saint en chacun de nous et au travers de Son Eglise Catholique Romaine???

Nous sommes libres de rejeter Dieu, de suivre les envies et désirs de notre chair corrompue, de suivre, par exemple, ceux qui nous entraînent sur des chemins de révoltes, de Haine, de dureté de cœur, de refus de Pardon, de perversions, de Gloire humaine, d’Orgueil, d’Egoïsme, de plaisirs, de paresse, de gourmandise (qui ne concerne pas seulement la nourriture pour notre ventre, mais toute chose que nous avalons et gardons pour nous sans en faire bénéficier des fruits à notre Prochains, y compris ceux qui font du « tourisme religieux » en allant à toutes les retraites organisées et négligent totalement leurs devoirs d’état aussi bien dans leur famille que dans leur travail…car Dieu répand toujours Son Amour en nous, mais pour que nous partagions ce torrent d’Amour et nous en fassions profiter (pas par nos paroles en racontant « nos aventures spirituelles », mais par nos actes d’Amour vrais et concrets, y compris en devenant « le serviteur zélé, plein d’Amour et de Compassion » dans notre foyer, au milieu de nos amis et de nos collègues, etc… ) tous ceux que Dieu nous confie (conjoints, enfants, famille, collègues de travail, amis, voisin qui vient sonner à notre porte pour nous demander un service, etc…).

Sinon, si nous courrons de retraites en retraites en « oubliant » ceux que Dieu nous confie, nous sommes comme ce serviteur qui enterre le talent que son maître lui confie, au lieu de le faire fructifier…la suite est dans la Parabole donnée par Jésus (Matthieu 25 14-30).

es Chrétiens Baptisés dans L’Eglise Catholique Romaine et qui vivent en Chrétiens en suivant tous les Commandements de Dieu avec Amour sont « fils de Dieu » (par adoption), Dieu qui est Père, Fils et Saint-Esprit…mais s’ils rejettent les Commandements de Dieu, s’ils rejettent leur Prochain (à commencer par leur conjoint, leurs enfants, leurs famille, etc…) soit en les rabaissant, en se moquant d’eux, en s’en servant comme des esclaves sur qui ils ont tous les droits (en prenant le prétexte de la phrase très mal compris et interprétée (Colossiens 3 18-21) : « Femmes, soyez soumises à vos maris, enfants, obéissez en tout à vos parents »…et en oubliant volontairement la partie embarrassante : « Maris, Aimez vos femmes, et ne leur montrez point d’humeur, parents , n’exaspérez pas vos enfants de peur qu’ils ne se découragent »… lire et relire une de mes dernières Réflexion : Vivre en Couples Chrétiens), s’ils vivent pour eux en passant leur temps à se regarder, à regarder leurs besoins, leurs envies, leurs insatisfactions, les incompréhensions de leurs propres désirs par les autres, alors ils ne voient plus Dieu, ils ne voient plus leur Prochain et font comme le fils prodigue : « Père, donne-moi l’héritage qui me revient » et ils s’en vont avec pour le gaspiller et le donner à Satan, devenant fils adoptifs et héritiers de Satan pour un bonheur humain éphémère et illusoire qui conduit au désespoir et à la mort, et pour l’éternité dans les horreurs et les souffrances du Royaume de Satan.

Jésus nous le redit lors de Ses Révélations à Maria Valtorta dont voici un extrait.

Extrait dans les Cahiers de 1943 au 06 Juillet.

Le déicide ne s’est pas terminé sur Le Golgotha à l’heure de Ma Mort. Il se répète chaque fois qu’un de ceux que j’ai rachetés tue son âme, profane Le Temple vivant de son esprit, soulève son esprit Sacrilège à Blasphémer contre Moi, non seulement par ses propos obscènes, mais par ces mille modes de vie actuels, toujours plus contraire à Ma Loi et qui neutralisent toujours plus les mérites incalculables de Ma Passion et de Ma Mort.

Rappelons-nous ce que je disais lors d’une de mes précédentes Réflexions :

Extrait de ma Réflexion : Mardi 27 Octobre 2009.

La vie chrétienne ne peut se vivre « extérieurement » par des choses que nous faisons ou que nous disons « en public »…et par l’absence de vie intérieure, de vie spirituelle conforme à L’Amour auquel Dieu appelle chacun…ou d’une vie privée et personnelle…bien loin de Dieu.

Comme je l’ai déjà dit, pensons, à chaque instant, que Dieu désire vivre en nous…alors lorsque nous faisons quelque chose, lorsque nous pensons à quelque chose, lorsque nous disons quelque chose, que ce soit par nos actes, nos pensées, nos désirs même les plus profond en nous…pensons que nous devons ressembler à Jésus !!!

Alors, est-ce que Jésus (au travers de ce que nous en savons ou cherchons à savoir) ferait pareil, penserait pareil, dirait pareil, prierait pareil, etc… !!!

Alors, est-ce que je pense que dans le Prochain qui est à ma porte et qui m’interpelle au milieu de mes activités « programmées » pour me demander de l’aide, pour me demander un service, pour me demander de l’écouter ou simplement de L’Aimer (de L’Amour de Dieu…pas de Luxure qui n’est qu’égoïsme et esclavage aux désirs de notre chair corrompue !!!), qu’il soit mon conjoint, un de mes enfants, un ami ou un inconnu…c’est Jésus qui est là devant moi !!!

Mon comportement et mon attitude, mes pensées et mes actes (etc…) seront totalement différents si j’apprends à réagir et à vivre en pensant que Jésus est en moi (et que je dois l’imiter) et que Jésus est dans mon Prochain (que j’aurais facilement jugé, condamné, dis du mal de lui, voir insulté)...c’est donc à Lui que je m’adresse à travers mon Prochain !!!

A partir de là, nous comprenons mieux La Compassion…en sachant que Jésus a voulu mourir pour nous sauver tellement Il souffrait (et souffre encore maintenant) de nous voir partir à notre perte !!!

Comme je l’ai dit plus haut, Jésus, au travers des Evangiles, nous demande de prendre Son Chemin : Qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière Moi n’est pas digne de Moi.

Rappelons-nous aussi ce que je disais dans une autre Réflexion :

Extrait de ma Réflexion : Mardi 10 Novembre 2009.

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 17,7-10.

Jésus disait aux Apôtres: "Lequel d'entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs: 'Viens vite à table'?
Ne lui dira-t-il pas plutôt : 'Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour. '
Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : 'Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n'avons fait que notre devoir. ' »

Vous rentrez d’une dure journée de travail…travail que vous avez fait avec Amour, avec ardeur et avec professionnalisme et vous vous retrouvez dans votre maison où se trouvent votre conjoint et vos enfants.

Alors, je vais maintenant vous poser une question en lien avec cette Parole de L’évangile.

Il se trouve que Dieu permet que votre regard tombe dans un coin de votre maison où vous venez d’arriver sur un « vomit » de votre chat (par exemple) ou sur un grosse toile d’araignée au plafond, etc…

Qu’allez-vous faire ???

Vous allez appeler votre conjoint ou vos enfants…pour qu’ils constatent les dégâts…voir qu’ils nettoient ces « cochonneries » inacceptables ???

D’ailleurs, dans ce cas, comment allez-vous vous adresser à eux ??? Avec reproches ??? Avec colère ??? Avec dégoût ??? Ou avec Amour en exprimant votre surprise ?

Vous allez peut-être faire comme si vous n’aviez rien vu en espérant que votre conjoint tombera dessus et nettoiera ???

Mais que nous dit Jésus au travers de La Parole de ce jour ???

'Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour. '

Jésus ne nous dit pas, après notre dure journée de labeur : 'Viens vite à table'

Sans parler que j’aimerais soulever un autre point dans cet exemple. Si nous croyons que Dieu est vivant, qu’Il vit en nous et agit en nous, qu’Il vit dans notre Prochain et agit en lui…

Alors cela signifie que Dieu soit :

1/ N’a pas permis ni à votre conjoint, ni à vos enfants de voir « ces cochonneries »…mais Il l’a permis à vous personnellement !!!

Cela signifie que c’est à vous que Dieu vient vous demander de ne pas vous asseoir pour vous mettre à table et manger le repas que votre conjoint (voir vos enfants) vous aura préparé !!!

Jésus vous dit clairement :

« Mets-toi en tenue de service », et même si tu es fatigué de ta journée, Moi qui suis Ton Dieu te demande de nettoyer avec Amour, discrétion (sans t’en vanter…pour montrer, avec orgueil, que toi tu l’as fait !!!) et désir de perfection (comme un amoureux agit pour que l’être aimé n’ait pas à le faire ensuite) et Je t’en donnerais la force…si tu ne regardes pas la fatigue que te montre ta chair corrompue…mais que tu Me regarde avec Amour…et avec le désir de plaire à ton conjoint, de ne pas rajouter à sa fatigue et de ne pas l’attrister en voyant ce labeur supplémentaire.

2/ Soit l’a déjà montré à votre conjoint ou à vos enfants…mais ceux-ci n’ont, soit pas eu le courage de le faire…soit ont dut d’abord finir d’autres choses à faire qui étaient plus urgentes !!!

Alors dans ce cas, Jésus nous dit qu’Il faut pardonner (dans le cas où ils n’ont pas eu le courage de nettoyer ces cochonneries) ou comprendre (dans le cas où ils faisaient d’autres choses plus importantes auparavant).

Mais dans tous les cas, Dieu nous demande de faire nous-même ce que nous voudrions que les autres fassent pour nous.

Jésus n’a pas regardé la fatigue des apôtres après leur journée de labeur en s’occupant de plusieurs milliers de personnes, lors de la multiplication des pains (valides comme invalides, enfant, adultes comme vieillards, avec des gros soucis à porter à la connaissance de Jésus, etc…), se retrouvant ensemble pour écouter Jésus et pour se faire guérir de leurs maladies physiques, morales, spirituelles voir même financières et d’héritage.

Pensons au travail que cela donne de s’occuper de rassembler plusieurs milliers de personnes dans un endroit…et de sélectionner ceux qui veulent voir « Le Maître » soit pour un conseil, soit pour une guérison, soit pour un toit, soit pour de la nourriture (S.D.F.), etc…

Et une fois leur journée terminée, Jésus envoie les douze apôtres compter et récupérer la nourriture au milieu de tous ces milliers de personnes. Il les renvoie une deuxième fois, pour distribuer cette nourriture avec Foi (quelques morceaux de pain et de poissons…pour des milliers de personnes…on pourrait dire que Jésus se moque des apôtres, fatigués qu’ils sont, de les envoyer une nouvelle fois donner à manger personnellement à des milliers de personnes…en n’ayant à leur proposer que quelques petits morceaux de pains et de poissons !!!). Puis Jésus les renvoie une troisième fois…pour ramasser la nourriture restante afin qu’elle ne se perde pas (ne dirions-nous pas ??? Jésus, tu te moques de nous…nous sommes épuisés…et la nourriture, ils n’ont qu’à la garder et l’emmener chez eux !!!).

Non, les apôtres ont toujours obéis à Jésus, avec Amour et Vénération…et n’ont jamais regardé leur fatigue, même si La Foi leur faisait parfois un peu défaut…comme à chacun de nous !!!

Alors ne nous disons jamais que ce sera à notre conjoint ou à nos enfants de faire ceci ou cela (sauf travail urgent et impératif à faire avant)…mais faisons le nous-même, discrètement, avec Amour et correctement comme nous voudrions que cela soit fait…ou par Amour comme notre conjoint aimerait que cela soit fait !!!

Et cela même si nous rentrons d’une dure journée de labeur !!!

Et à cela, il y a au moins deux bonnes raisons.

D’abord, L’Amour s’exprime non seulement par des mots et des belles paroles, mais surtout par des actes concrets…et c’est sur ces actes concrets que nous serons jugés.

Personnellement, avant mes moments de prières personnels, avant mes moments de détente… je regarde tout ce qu’il y a à faire …et je le fais…pour être en Paix avec Dieu et ma conscience.

Comment Dieu pourrait-Il accueillir ma Prière…si je ne fais pas d’abord concrètement ce que Dieu montre à mon regard ou à ma pensée !!!...Une fois cela fait, je peux prier en Paix.

De même, si je m’engage à faire un travail que me demande mon épouse (ou qu’elle désire, sans me le demander)…je ne reviens jamais sur ma parole.

Rappelons-nous ce que Dieu nous dit par l’intermédiaire de Saint Jean dans son épître (sans oublier ce qu’Il nous dit sur Le Jugement dernier dans L’Evangile de Saint Matthieu) :

1 Jean 3 17-18.

Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans se laisser attendrir, comment L’Amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ???

Mes enfants, nous devons Aimer, non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité.    

Même lorsque l’on fait parti d’une grande et « renommée » communauté de Prières…on ne peut Aimer son Prochain en difficulté en lui disant… « Prie, rend Gloire à Dieu…au revoir… et n’oublie pas de venir à la prochaine réunion de Prière !!! ».

En pensant à cela, j’imagine la tête du Bon Samaritain dans la Parabole de Jésus, s’il avait agit comme cela…et la tête de celui à moitié mort, au bord de la route…si pour seul aide, on lui avait dit : « Prie, rend Gloire à Dieu…et surtout n’oublie pas d’être là à la prochaine réunion de Prière !!! ».

Lors du Jugement dernier, Jésus ne regardera pas la somme de réunions de Prières où nous serons allés…mais les actes concrets d’Amour que nous aurons fait !!!

Et ceci est valable tout aussi concrètement au sein de notre couple (pour les gens mariés) ou au sein de notre foyer (pour les gens mariés avec des enfants)…il ne s’agit pas seulement de dire « je t’aime…je vous aime…etc… », mais d’exprimer par des actes concrets (et là, je ne parle pas de « sexe »…mais de la vie courante) votre Amour envers votre conjoint et vos enfants.

Ensuite, la deuxième raison est que Dieu se sert souvent des actes concrets que l’on fait avec Amour et empressement…sans attendre que ce soit les autres qui le fassent pour nous…pour nous apporter un éclairage inattendu soit sur ce qu’Il attend de nous soit en retrouvant une chose qui nous tenait à cœur et que nous avions perdu !!!

Ainsi combien de fois, j’ai pu retrouver des objets que j’avais perdus ou que mon épouse avait perdus…

Ainsi combien de fois, alors que, malgré ma fatigue au réveil de bon matin, je nettoyais toute la salle à manger laissée en désordre la veille au soir…avant ma Prière du matin et avant de partir à la messe (à 5 heure du matin). Heureusement, car au retour de la messe, arrivait des personnes (imprévues) venant nous voir…

Mais souvent aussi Le Seigneur se sert de notre obéissance à Le servir avec Amour, sans râler, sans « flemmardise », avec Joie et empressement…pour nous dévoiler petit à petit Son Plan d’Amour pour nous (Dieu ne nous révèle pas notre futur lointain…mais dans notre obéissance, Il nous montre le début d’une route qu’Il désire que nous prenions).

Cela se voit bien au travers de cette vie de Saint où Dieu demande à Hubert (quelle que soit la manière dont Dieu se sert pour lui parler) d’aller trouver un évêque…pour se faire instruire !!!

En fait…lorsqu’il arrivera devant cet évêque, celui-ci sera mort…mais Le Pape le nommera comme son successeur !!!

Pensez s’il avait eu la « flemme » d’aller le trouver ou s’il avait envoyé quelqu’un d’autre à sa place !!!

SAINT HUBERT, Évêque de Tongres Maastricht Liège (657-727)

       Saint Hubert était un prince de la lignée de Clovis, roi de France. Il avait douze ans quand, au milieu d'une chasse, il vit un ours furieux se jeter sur son père et l'étreindre de ses griffes redoutables. À ce spectacle, il poussa un cri vers le Ciel: "Mon Dieu, faites que je sauve mon père!" Aussitôt, se jetant sur l'animal féroce, il lui donne le coup de la mort. C'est là, sans doute, le premier titre de saint Hubert à sa réputation de patron des chasseurs.

 

        Plus tard, Hubert chassait, un vendredi saint, dans la forêt des Ardennes, ce qui était une chose peu convenable pour un chrétien.

Soudain, un beau cerf, qu'il poursuit avec ardeur, s'arrête et lui fait face. Entre les cornes de l'animal brille une Croix éclatante, et une voix prononce ces paroles:  

"Hubert! Hubert ! Si tu ne te convertis pas et ne mènes pas une vie sainte, tu descendras bientôt en enfer.   — Seigneur, s'écrie le jeune prince, que voulez-Vous que je fasse ?   — Va vers l'évêque Lambert, il t'instruira."    

Bientôt Hubert renonce à tous ses droits sur la couronne d'Aquitaine, se revêt d'un costume de pèlerin et s'achemine vers Rome. Comme il arrivait au tombeau des saints Apôtres, le Pape Sergius, dans une vision, apprenait le meurtre de l'évêque Lambert, victime de son zèle pour la défense de la sainteté conjugale, et il recevait l'ordre d'envoyer à sa place le pèlerin qui arrivait en ce moment, pour prier, à la basilique de Saint-Pierre. Le Pontife trouva en effet l'humble pèlerin, lui fit connaître les ordres du Ciel, et Hubert, malgré sa frayeur et ses larmes, dut se soumettre à la volonté de Dieu.

        De retour en sa patrie, il fonda l'évêché de Liège, où il fit briller toutes les vertus des Apôtres. Sa douce et persuasive éloquence captivait les foules; il parlait quelquefois pendant trois heures consécutives, sans qu'on se lassât de l'entendre. A la puissance de la parole il joignait celle des miracles. A sa prière, les démons abandonnaient le corps des possédés, les flammes de l'incendie s'éteignaient, la sécheresse désastreuse cessait tout à coup pour céder la place à une pluie féconde : "Le Dieu d'Élie est le nôtre, disait-il, implorons-le dans la prière et le jeûne ; la miséricorde fera le reste."

        Une voix céleste lui dit un jour : "Hubert, dans un mois tes liens seront brisés." Il se prépara pieusement à la mort, et, après avoir chanté le Credo et entonné le Pater, il rendit son âme à Dieu. On l'invoque spécialement contre la rage et contre la peur.

Comme je l’ai souvent dit, et comme Dieu nous le dit sans cesse, notre Amour pour Dieu n’existe pas réellement s’il ne nous renvoie pas vers notre Prochain, car Dieu est attentif à tous Ses enfants (Nous sommes tous frères, fils adoptifs du Père, de Notre Père) et compte sur chacun pour s’entraider concrètement dans les combats quotidiens qui jalonnent notre route… les plus forts étant là pour aider les plus faibles…et non pas pour les écraser…ou les ignorer.

Extrait de ma Réflexion : Jeudi 25 Juin 2009.

Ce sont par nos actes d’Amour (tous nos actes de Charité fait avec empressement, avec joie et avec Amour, Compassion et Miséricorde) que nous serons jugés lors de notre Jugement au Ciel (au moment où nous aurons expirés notre dernier souffle sur cette terre).

Ce ne seront pas nos temps de prières qui seront comptabilisés…car s’ils ne sont pas désirs d’Union avec La Source de L’Amour, de La Vérité et de La Lumière qu’est Dieu, ils sont vains.

Nos prières, comme nos retraites spirituelles (si nous en faisons) ne doivent pas être des moments de fuite de la réalité du monde qui nous entoure (ils ne doivent pas être du « tourisme spirituel »)…mais l’occasion de se plonger à La Source de L’Amour, de puiser de cette Eau qui étanche notre soif, de recevoir Dieu en nous, dans notre âme…afin de pouvoir venir au secours de notre Prochain…qui a besoin de notre aide (que ce soit notre conjoint, nos enfant ou celui qui se présente à notre porte…soyons toujours joyeux de pouvoir lui apporter L’Amour, La Compassion et La Miséricorde de Dieu par nos actes concrets en réponse à son attente).

Ne soyons pas de ceux qui après s’être retrouvé dans un groupe de prière, voient un frère ou une sœur exprimant toute ses souffrances en demandant notre aide…à qui nous disons : « Réjouis-toi, rend grâce à Dieu…et tu verras, tout ira bien » !!!...mais sachons porter notre frère ou notre sœur en prenant sur nous sa souffrance, en l’aidant concrètement par tous les moyens dont nous pouvons disposer avec les dons dont Dieu nous a fait bénéficier et entourons le (ou la) de notre présence pleine de L’Amour, de La Compassion et de La Miséricorde de Dieu…tant qu’il ou elle en aura besoin, sans se dire fatigué, sans se dire « ras-le-bol », sans se dire qu’il ou elle nous dérange encore (Pensons à la parabole du bon Samaritain (Luc 10 29-37))…Lequel de ces trois, à ton avis, s’est montré le Prochain de l’homme tombé aux mains des brigands ???. Il dit : « Celui-là qui a exercé la Miséricorde envers lui »…

Et Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même ».

Ce sont nos actes d’Amour qui seront notre Juge au moment de notre mort…la prière ne devant servir qu’à nous relier à La Source de L’Amour…pour la déverser sur notre Prochain…à chaque instant que Dieu nous prête vie…sans regarder notre fatigue, sans regarder nos manques de capacités…sans nous regarder…mais en regardant Dieu, et Son Amour pour chacun de nous…pour moi…mais aussi pour mon Prochain à côté de moi à qui Dieu voudrait témoigner de Son Amour…en passant par moi…si je l’accepte avec joie, si je le désire du plus profond de mon cœur…et avec empressement…tellement j’ai envi qu’il découvre combien Dieu est Amoureux de lui !!!


POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA DEUXIEME PARTIE.


Sous-pages :


Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/07/2012