Les Hérésies modernes…L’Enfer et Le Purgatoire n’existeraient pas…grâce à La Miséricorde Infinie du Père !!!...1ère Partie.

Les Hérésies modernes…L’Enfer et Le Purgatoire n’existeraient pas…grâce à La Miséricorde Infinie du Père !!!

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT AVEC VOUS, VOS FAMILLES ET VOS PROCHES.

 

La réponse à ces affirmations hérétiques se retrouve tout au long des Réflexions de mon site. Mais, ayant eu un Prêtre (Catholique), moine et itinérant, venu faire pendant un mois des Enseignements pour convaincre chacun du bien fondé de « sa vérité », y compris dans les Eucharisties qu’il célébrait chaque jour (Il aurait pu être Evêque, cela n’aurait rien changé), et devant le nombre impressionnant de personnes qui adhéraient « sans réfléchir » à sa doctrine, je me suis décidé à faire une Réflexion sur ce thème (ainsi que pour ceux qui ne connaissent pas encore mon site).

Il va de soi que je ne condamne en rien ce Prêtre (et bien au contraire, je prie beaucoup pour lui et pour toutes les personnes qu’il rencontre)…mais je condamne « sa doctrine » et ses Enseignements, comme de sa manière de Célébrer L’Eucharistie…qui vont à l’encontre de L’Enseignement et des directives de L’Eglise Catholique Romaine.

Je condamne cette doctrine car elle induit en erreur tant de personnes et fait tant de mal que je ne peux que réagir par Amour pour Dieu et Son Eglise.

Il m’a été demandé, par des personnes convaincues de « sa vérité » si la venue de ce Prêtre m’avait déstabilisé !!!

Ce à quoi j’ai répondu que non !!!

Car pour être déstabilisé, il faudrait que ma Foi ne soit pas bâtie sur le roc, celui de La Parole de Dieu que l’on retrouve dans Les Evangiles (où c’est Jésus Lui-même qui s’adresse à nous), dans tout le nouveau Testament (y compris dans L’Apocalypse), dans l’ancien Testament ainsi que dans les dogmes et Tradition de L’Eglise Catholique Romaine (qui est Le Corps Mystique du Christ)…sans parler des personnes que L’Eglise reconnaît « Saintes » et qui ont eu des Visions très claires, voir des Apparitions…et reconnues par L’Eglise !!!

Effectivement ceux qui ne bâtissent pas les fondations de leur Foi sur le roc de L’Evangile (qu’ils ne connaissent souvent pas !!!...ce qui est surprenant pour des personnes dites Chrétiennes, censées Aimer Dieu plus que tout…et qui ne cherchent pas à Le connaître au travers de La Parole de Dieu donnée par Jésus tout au long de Sa vie sur Terre !!!)…et sur le roc de L’Eglise (corps Mystique du Christ)…sont balayés à chaque tempête qui leur tombe dessus…et se mettent à croire toutes les hérésies où le sable de leur Foi les entraîne).

Matthieu 7 24-27.

" Ainsi, quiconque écoute ces pare-les que je viens de dire et les met en pratique, peut se comparer à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc.

La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison, et elle ne s’est pas écroulée. C’est qu’elle avait été fondée sur le roc.

Et quiconque entend ces Paroles (celles de Jésus dans tous les Evangiles, sans en omettre une, et sans en rajouter d’autres !!!) que Je viens de dire et ne les met pas en pratique, peut se comparer à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.

La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont rués sur cette maison, et elle s’est écroulée.Et grande a été sa ruine !!!  

 

Mais si je n’ai pas été déstabilisé, j’ai eu très mal.

Mal pour tous ceux qui se détournent de L’Enseignement de L’Eglise Catholique et de celui de Jésus dans les Evangiles.

Mal pour tous ceux qui du coup, vont se détourner de la morale Chrétienne, des Sacrements, mais aussi des lois humaines pour vivre dans l’orgueil, l’égoïsme, la dureté de cœur, la haine, le mensonge, la corruption, les vols, les meurtres, les viols (y compris sur les petits enfants… qui peuvent être les vôtres !!!), la luxure, la paresse, la gourmandise, etc…et s’il se font arrêtés, ils se suicideront…pour soi-disant arriver immédiatement au Bonheur éternel du Ciel (qui seul subsiste !!!) où Le Père les accueille « à bras ouvert » !!!

Sauf qu’ils risquent en réalité, à leur décès, d’être accueillis à bras ouvert par Satan en personne…qui les enverra (à leur grande surprise !!!) en Enfer éternel !!!


J’aimerais, ici, rappeler le dogme de L’Eglise Catholique, appris dans le catéchisme.

Catéchisme de L’Eglise Catholique.

L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l’enfer, "le feu éternel" - Dieu ne prédestine personne à aller en enfer; il faut pour cela une aversion volontaire de Dieu (un péché mortel), et y persister jusqu’à la fin. (§ 1033 à 1037).

 

Mal aussi pour toutes les âmes qui souffrent atrocement au Purgatoire…et dont seul nos Prières, nos Eucharisties offertes avec Foi et Amour, nos actes de Charité, nos privations et nos sacrifices faits par Amour pour eux…peuvent atténuer non seulement l’intensité de leurs souffrances, mais aussi leurs durées…Alors si un nombre de plus en plus important de Chrétiens ne Prient plus pour eux parce qu’ils ont acceptés de croire que le Purgatoire n’existe pas, et donc que les âmes de nos ancêtres, de nos familles, de nos proches décédés avant nous…ne souffrent pas, puisqu’ils sont au Ciel !!!

C’est le même raisonnement que certains ont eu en rappelant le souvenir de la guerre de 1939-1345, en prétendant que les camps d’exterminations nazis…n’ont jamais existés et ont été inventés !!!

Que penseraient les personnes qui y ont vécus et en ont survécus, ou des membres proches dans leurs familles (enfants, parents) qui n’en sont jamais revenus !!!

Que doivent penser ces âmes au Purgatoire, voyant que l’on ne veut plus Prier pour elle afin d’alléger leurs souffrances atroces !!!...sans doute la même chose que les prisonniers dans les camps d’exterminations voyant qu’on refuse de leur venir en aide…car ils ne souffrent pas !!!


C’est ainsi que pendant les Eucharisties célébrées pendant un mois par ce Prêtre itinérant…les intentions de Prières pour les âmes de nos défunts…ont toutes été supprimées…et remplacées par le rappel de leur souvenir…et notre action de Grâce parce qu’ils sont tous dans La Lumière éternelle du Père !!!

Ainsi une Eucharistie dont la messe était offerte pour les âmes du Purgatoire a bien faire rire ce Prêtre…car il nous a dit en souriant qu’il n’y a pas d’âmes au Purgatoire, puisque celui-ci n’existe pas !!!

Il a donc rendu grâce pour toutes ses âmes qui étaient dans La Lumière du Père…et n’a pas prier pour elles !!!


J’aimerais, ici, rappeler le dogme de L’Eglise Catholique…dogme établi au Concile de Florence puis confirmé au Concile de Trente (toujours en vigueur actuellement…les vérités de Dieu sont immuables !!!).

Concile de Florence – 1439
X° Session (Juillet) : Décret d'union des Grecs avec les Latins.
"Nous déclarons que les âmes des véritables Pénitents, morts dans la charité de Dieu, avant que d'avoir fait de dignes fruits de pénitence pour expier leurs péchés de commission ou d'omission, sont purifiés après leur mort par les peines du Purgatoire, et qu'elles sont soulagées de ces peines par les suffrages des Fidèles vivants, comme sont le Sacrifice de la Messe, les prières, les aumônes et les autres œuvres de piété, que les Fidèles font pour les autres Fidèles, suivant les règles de l'Eglise ; et que les âmes de ceux qui n'ont point péché depuis leur Baptême, ou celles de ceux qui étant tombés dans des péchés, en ont été purifiés dans leur corps, après en être sorties, comme nous venons de dire, entrent aussitôt dans le Ciel, et voient purement la Trinité, les uns plus parfaitement que les autres, selon la différence de leurs mérites ; enfin que les âmes de ceux qui sont morts en péché mortel, actuel, ou dans le seul péché originel, descendent aussitôt en enfer, pour y être toutes punies, quoique inégalement."

Un décret canonique contenant une doctrine semblable est incorporé au « Décret d'Union » rédigé avant la clôture du Concile de Florence, lequel avait donné un court instant l’espoir de mettre fin au Grand Schisme d'Orient.

Un développement de la doctrine sur le Purgatoire se retrouva par la suite dans les canons du Concile de Trente (Session XXV), qui tire l’idée de Purgatoire « des Écritures saintes [I Co 3, 12-17 et II Ma 12, 43-45] et de la tradition ancienne des Pères enseignée dans les Conciles. » Au XV° siècle sainte Catherine de Gênes écrit un traité du Purgatoire.

Confirmation par une « bulle » du Pape Pie IV.

La bulle Iniunctum nobis de Pie IV du 13 novembre 1564, présente le purgatoire : « Je tiens sans défaillance qu’il y a un purgatoire et que les âmes qui y sont retenues sont aidées par les intercessions des fidèles ».


Cet enseignement nous est confirmé encore aujourd’hui par nos Evêques ainsi que par la Congrégation pour la doctrine de La Foi.

Le catéchisme pour adultes, publié par la Conférence des évêques de France en 1991 avec l'accord de la Congrégation pour la doctrine de la foi qui a donné le 23 janvier 1991 l'approbation du Saint-Siège, indique simplement ce qui suit :

"...Pour parvenir à cette contemplation de Dieu, une "étape" de purification, appelée purgatoire, peut être nécessaire. Il ne s'agit ni d'un lieu, ni d'un temps ; on peut parler plutôt d'un état. En tout cas, le purgatoire, qui est bien une peine, n'est pas à concevoir comme une punition, par laquelle Dieu se vengerait en quelque sorte de nos infidélités.

La communion avec Dieu, dans laquelle nous introduit la mort, nous fait prendre conscience douloureusement de nos imperfections et de nos refus d'aimer, et du besoin de nous laisser purifier par la puissance salvatrice du Christ.

C'est Dieu lui-même qui purifie et transforme. Mais la Tradition de l'Église catholique affirme que ceux qui sont au purgatoire bénéficient des prières et des supplications adressées en leur faveur à Dieu par leurs frères, et aussi de l'intercession des saints déjà introduits dans la béatitude de la vision de Dieu".

 

Une chose cependant est constante dans la pratique de l'Eglise, ce sont les suffrages pour les défunts. Cela signifie donc que les âmes du purgatoire peuvent être soulagées.

C'est une application à leur endroit du dogme de la communion des saints, en vertu duquel nous sommes membres les uns des autres et pouvons satisfaire les uns pour les autres.

C'est aussi un appel pressant à la miséricorde de Dieu. Aussi les fidèles appliquent-ils à leurs défunts des prières, des bonnes œuvres, des aumônes et surtout le saint sacrifice de la messe. L'Eglise ouvre aussi pour les défunts le trésor de ses indulgences, c'est-à-dire le trésor des mérites accumulés par ses saints et dont elle a le dépôt, afin que tous en bénéficient.

 

Au sujet du Purgatoire, retenons ce que la foi de l'Eglise affirme clairement :
Le Purgatoire existe. Il consiste en une purification très douloureuse.
Cette purification ne fait pas croître la charité mais elle débarrasse l'âme du défunt d'une "rouille", c'est-à-dire de ce qui fait obstacle à l'éclatement en gloire du degré de charité atteint au terme du pèlerinage terrestre.
En quoi consiste la souffrance des âmes du Purgatoire ? Cette question est importante. Bien y répondre, nous fera mieux saisir l'importance d'aider les âmes du purgatoire, en concourant par nos suffrages a les faire entrer dans la plénitude de la "Vraie vie".
Rappelons brièvement ceci :
La souffrance au Purgatoire dépasse les plus grandes souffrances de la terre tout simplement parce que cette souffrance naît d'un désir dévorant de contempler l'Amour infini.
Tout s'est évanoui pour laisser la place à ce désir qu'exprime si bien un psaume : "Mon âme a soif du Dieu vivant, quand le verrai-je face-à-face ?"

Du fait que l'heure de la rencontre a sonné et que cette rencontre est empêchée par un obstacle dans âme, une intense souffrance surgit aussitôt.

Une telle souffrance est le signe, à la fois terrible et apaisant, de l'amour qui veut l'union parfaite et définitive.
Au Purgatoire, la souffrance est vécue dans la paix et dans l'espérance. L'âme, en effet, a la certitude de voir Dieu. Elle sait aussi que les voies de Dieu sont amour et vérité. C'est pourquoi elle les suit allégrement.

Les baptisés, cheminant encore sur cette terre, peuvent aider leurs frères et sœurs séjournant dans le Purgatoire de "l'ardent désir de Dieu".

 

Nous venons de voir plus haut qu’au XV° siècle, sainte Catherine de Gênes écrit un traité du Purgatoire…suite à une vision accordée par Dieu et confirmé par L’Eglise avec la « Bulle » du Pape Pie IV (voir ci-dessus dans cette Réflexion).

Pour approfondir le sujet, vous pouvez aller voir ma Réflexion : Les Âmes du Purgatoire.

Extrait de ma Réflexion : Les Âmes du Purgatoire.

Pour clore ce sujet, je voudrais donner un témoignage de Sainte Catherine de Gênes :

De ce Divin Amour, je vois jaillir vers l’âme, certains rayons et flammes brûlantes, si pénétrants et si forts qu’ils sembleraient capables de réduire au néant, non seulement les corps, mais l’âme elle-même, si cela était possible. Ces rayons opèrent de deux manières : L’une est de purifier et l’autre d’anéantir. Tel est l’effet du feu dans les choses matérielles. Il y a cette différence que l’âme ne peut s’anéantir en Dieu, mais uniquement, dans son être propre. Plus elle se purifie, plus elle s’anéantit en elle-même et pour finir elle est toute purifiée en Dieu. L’or, purifié à vingt carats ne se consume plus, quelque soit le feu par où il passe. Ce qui peut être consommé en lui, ce ne peut être que sa propre imperfection. Ainsi opère dans l’âme, le Feu Divin. Dieu la maintient dans le Feu jusqu’à ce que toute imperfection soit consumée. Il la conduit à la pureté totale de vingt carats, chaque âme, cependant, selon son degré. Quand elle est purifiée, elle reste toute entière en Dieu, sans rien en elle qui lui soit propre, et son être est Dieu. Une fois que Dieu a ramené à Lui l’âme purifiée, celle-ci, n’ayant plus rien à consumer, ne peut plus souffrir. Dans cet état de pureté, l’âme ne peut plus sentir que Le Feu du Divin Amour de La Vie Eternelle, sans rien de pénible.

 

J’aimerais aussi rappeler un des textes sur lequel L’Eglise fonde aussi sa croyance :

1 Corinthiens 3 11-17.

De fondement, en effet, nul n’en peut poser d’autre que celui qui s’y trouve, c’est-à-dire Jésus-Christ. Que si sur ce fondement on bâtit avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, de la paille, l’œuvre de chacun deviendra manifeste.

Le jour, en effet, la fera connaître, car il doit se révéler dans le feu, et c’est ce feu qui éprouvera la qualité de l’œuvre de chacun.

Si l’œuvre bâtie sur le fondement subsiste, l’ouvrier recevra une récompense.

Si son œuvre est consumée, il en subira la perte. Quant à lui, il sera sauvé, mais comme à travers le feu.

  

J’ai parlé plus haut du dogme de L’Eglise Catholique Romaine aussi bien sur la réalité de L’Enfer que celle du Purgatoire.

J’aimerais maintenant en venir d’abord aux « Visions » reconnues par L’Eglise sur : La réalité de L’Enfer.

De nombreuses personnes reçoivent aussi bien des paroles que des visions qui nous en parle (c’est entre autre le cas de Maria Valtorta qui a eu la vision de l’enfer et que l’on retrouve plusieurs fois sur mon site, notamment dans ma Réflexion citée plus haut sur les âmes du Purgatoire)…mais je ne m’attarderais aujourd’hui que sur trois personnes reconnues « saintes » par L’Eglise et dont les visions sont aussi reconnues par L’Eglise.


Sainte Thérèse d’Avila : Vision de l'enfer extraite du Livre de la vie, chapitre 32.

Tout ce qu’on peut entendre dire, de l’enfer, ce que j’en avais lu ou appris dans mes propres méditations, quoique j’aie assez rarement approfondi ce sujet, la voie de la crainte ne convenant pas à mon âme, tout ce que les livres nous disent des déchirements et des supplices divers que les démons font subir aux damnés, tout cela n’est rien auprès de la peine, d’un tout autre genre, dont j’ai parlé ; il y a entre l’un et l’autre la même différence qu’entre un portrait inanimé et une personne vivante ; et brûler en ce monde est très peu de chose, en comparaison de ce feu où l’on brûle dans l’autre…Cette vision a fait naître en moi une indicible douleur à la vue de tant d’âmes qui se perdent…en voyant la perte éternelle de tant d’âmes que le démon entraîne chaque jour avec lui dans l’enfer...qui pourrait donc soutenir la vue d’une âme en proie pour une éternité à un tourment qui surpasse tous les tourments ?  Quel cœur n’en serait déchiré ?

Lire la suite => http://www.carmel.asso.fr/Vision-de-l-enfer-et-fondation-de.html


Sainte Sœur Faustine : note dans son "Petit Journal", § 740.

Cette vision qui reprend étrangement celle de Maria Valtorta et pourtant il presque impossible qu'il y ait eu connaissance réciproque des textes :

§ 740 "Aujourd’hui, j’ai été introduite par un Ange dans les gouffres de l’Enfer. C’est un lieu de grands supplices. Et son étendue est terriblement grande. Genres de souffrances que j’ai vues :

- La première souffrance qui fait l’enfer, est la perte de Dieu.

- La seconde : les perpétuels remords de conscience.

- La troisième : le sort des damnés ne changera jamais.

- La quatrième : c’est le feu qui va pénétrer l’âme sans la détruire. C’est une terrible souffrance, car c’est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu.

- La cinquième souffrance, ce sont les ténèbres continuelles, une odeur terrible, étouffante. Et malgré les ténèbres, les démons et les âmes damnées se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur.

- La sixième souffrance, c’est la continuelle compagnie de Satan.

- La septième souffrance : un désespoir terrible, la haine de Dieu, les malédictions, les blasphèmes.

Ce sont des souffrances que tous les damnés souffrent ensemble, mais ce n’est pas la fin des souffrances. Il y a des souffrances, qui sont destinées aux âmes en particulier : ce sont les souffrances des sens. Chaque âme est tourmentée d’une façon terrible selon ses péchés. Il y a de terribles caveaux, des gouffres de tortures où chaque supplice diffère de l’autre. Je serais morte à la vue de ces terribles souffrances, si la Toute-Puissance de Dieu ne m’avait soutenue !

Que chaque pécheur sache qu’il sera torturé durant toute l’éternité par les sens qu’il a employés pour pécher !

J’écris cela sur ordre de Dieu pour qu’aucune âme ne puisse s’excuser disant qu’il n’y a pas d’enfer, ou, que personne n’y a été et ne sait comment c’est. Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j’ai pénétré dans les abîmes de l’enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l’enfer existe. Je ne peux pas en parler maintenant. J’ai l’ordre de Dieu de le laisser par écrit. Les démons ressentaient une grande haine envers moi. Mais l’ordre de Dieu les obligeait à m’être obéissants.

Ce que j’ai écrit est un faible reflet des choses que j’ai vues. Une chose que j’ai remarquée c’est qu’il y avait là beaucoup d’âmes qui doutaient que l’enfer existât. Quand je suis revenue à moi, je ne pouvais pas apaiser ma terreur de ce que les âmes y souffrent si terriblement. Aussi je prie encore plus ardemment pour le salut des pécheurs. Sans cesse j’appelle la miséricorde divine sur eux. Ô mon Jésus, je préfère agoniser jusqu'à la fin du monde dans les plus grands supplices que de Vous offenser par le moindre péché !".

 

Je voudrais mettre ici une courte parenthèse, suite à ces deux visions qui parlent l’une comme l’autre, de « tant d’âmes » qui sont en Enfer (notamment d’âmes qui ne croyaient pas à son existence), pour rappeler une Parole de Jésus dans Les Evangiles…sans doute bien négligée… et qui pourtant confirme ces visions !!!

Luc 13 22-29. (La porte étroite et l’entrée dans Le Royaume).

Jésus dit : …Luttez pour entrer par la porte étroite, car beaucoup, Je vous le dis, chercheront à entrer et ne pourront pas…alors vous vous mettrez à dire : « Nous avons mangé et bu devant Toi, tu as enseigné sur nos places ». Mais il vous répondra : « Je ne sais pas d’où vous êtes, éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l’injustice ».

Là seront les pleurs et les grincements de dents, lorsque vous verrez Abraham, Isaac, Jacob, et tous les prophètes dans Le Royaume de Dieu, et vous, jetés dehors.

 

Il est d’ailleurs notable de constater que cette dernière vision n’a pas troublé ce Prêtre itinérant venu nous « évangéliser à sa sauce »…la tournant en dérision…alors que c’est Dieu qui montre à Sainte Sœur Faustine cette vision.

Par contre il a vanté les mérites d’un écrit de Sainte Thérèse Bénédicte de La Croix (Edith Stein), Béatifié par le Pape Jean-Paul II le 1er Mai 1987.

Dans un de ses écrits, elle aurait émie une pensée comme quoi il était « infiniment » improbable que des êtres humains puissent être séparés définitivement de Dieu.

Ce en quoi, ce Prêtre en a conclu qu’elle a voulu dire…que c’était impossible !!!

Rajoutant que, comme pour être déclaré « Sainte », tous ses écrits ont été épluchés à la loupe… L’Eglise reconnaît donc que L’Enfer n’existe pas !!!

Sauf que ce n’est qu’une pensée émise par une personne aussi sainte soit-elle, que L’Eglise n’en n’a rien conclu au sujet de L’Enfer, puisque pour Elle, il existe vraiment…et que Sœur Faustine qui a elle aussi été déclarée « Sainte »…et pour cela ses écrits et ses visions ont aussi été épluchés à la loupe…et que ceux-ci ont été reconnues par L’Eglise (d’autant que ce n’est pas des pensées de Sœur Faustine, mais des Visions données par Dieu !!!)…et de même pour Sainte Thérèse d’Avila…qui en plus, a été reconnue comme la première femme « docteur de L’Eglise Catholique »…ou pour Sainte Catherine de Gênes…ou pour Sainte Brigitte de Suède, etc…

 

       EN UNION DE CŒUR, D’AMOUR FRATERNEL ET DE PRIERES.

 

                                        PIERRE

 

 

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA DEUXIEME PARTIE.

 

Sous-pages :

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/07/2012